Saint-Jean-le-Thomas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Jean-le-Thomas
Le littoral de Saint-Jean-le-Thomas avec vue sur le mont Saint-Michel et le rocher de Tombelaine dans la brume du soir.
Le littoral de Saint-Jean-le-Thomas avec vue sur le mont Saint-Michel et le rocher de Tombelaine dans la brume du soir.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Sartilly
Intercommunalité Communauté de communes Avranches - Mont-Saint-Michel
Maire
Mandat
Alain Bachelier
2014-2020
Code postal 50530
Code commune 50496
Démographie
Gentilé Saint-Jeannais
Population
municipale
430 hab. (2011)
Densité 181 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 48″ N 1° 31′ 01″ O / 48.73, -1.516944 ()48° 43′ 48″ Nord 1° 31′ 01″ Ouest / 48.73, -1.516944 ()  
Altitude Min. 5 m – Max. 90 m
Superficie 2,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Saint-Jean-le-Thomas

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Saint-Jean-le-Thomas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-le-Thomas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-le-Thomas

Saint-Jean-le-Thomas est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie donnant sur la baie du mont Saint-Michel. Elle est peuplée de 430 habitants[Note 1] (les Saint-Jeannais).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est au nord-ouest de l'Avranchin. Son bourg est à 6 km à l'ouest de Sartilly, à 15 km au nord-ouest d'Avranches et à 17 km au sud de Granville[1].

Saint-Jean-le-Thomas est entourée de Dragey-Ronthon et Champeaux et se trouve dans le canton de Sartilly. Ses plages offrent un panorama sur le mont Saint-Michel, Tombelaine et la Côte d'Émeraude.

Communes limitrophes de Saint-Jean-le-Thomas[2]
Champeaux Champeaux Champeaux,
Ronthon (com. ass. à Dragey-Ronthon)
Mer de la Manche Saint-Jean-le-Thomas[2] Ronthon (com. ass. à Dragey-Ronthon)
Mer de la Manche Dragey-Ronthon Dragey-Ronthon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sancti Johannis villam en 1022 et 1026 et de Saint Johan vers 1175[3]. La paroisse est son église sont dédiées à Jean le Baptiste. Le patronyme Thomas est lié par l'article le, l'ancien français pouvant donner à l'article valeur démonstrative[4] : « Saint-Jean, celui de Thomas ».

Histoire[modifier | modifier le code]

En 917, Guillaume « Longue-Épée » fait donation à l'abbaye du Mont-Saint-Michel de la seigneurie[5], de l'église, du moulin, des vignes et des pêcheries. Dans une charte datée de 1121[6], on lit que Thomas, seigneur de Saint-Jean, transforme le castel primitif au bord de la falaise en château fort et a des démêlés avec l'abbé qui l'accuse de détruire ses bois. Il donne son nom à la seigneurie qui dorénavant sera Saint-Jean-le-Thomas. Au début du XIIIe siècle, Philippe Auguste en ordonne la destruction et la confiscation des biens au profit de l'abbaye du Mont-Saint-Michel et de Fouques Paisnel. Au XIXe siècle, on détruisit les restes du donjon.

La ligne de Granville à Sourdeval à travers les bois de Saint-Jean-le-Thomas.

La commune a été desservie de 1908 à 1935 par la ligne de Granville à Sourdeval, un chemin de fer secondaire à voie métrique exploité par les Chemins de fer de la Manche[7].

Saint-Jean-le-Thomas s'associe à Dragey, Ronthon et Genêts le 1er janvier 1973. La nouvelle commune prend alors le nom de Dragey-Tombelaine. Genêts et Saint-Jean-le-Thomas quittent l'association en 1979 (Dragey-Tombelaine sera renommée Dragey, puis Dragey-Ronthon).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Jean-le-Thomas

Les armes de la commune de Saint-Jean-le-Thomas se blasonnent ainsi :
D'argent plain au chef de gueules chargé de deux molettes d'éperon du champ[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Roger Grupallo    
mars 2001 en cours Alain Bachelier[9] SE Boulanger
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et trois adjoints[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 430 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour Saint-Jean-le-Thomas[10]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
273 237 310 321 269 303 304 259 270
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
263 250 264 258 240 241 227 197 229
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
232 264 257 237 267 313 337 457 428
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
377 376 327 390 398 395 421 429 430
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-le-Thomas est dénommé « commune touristique » depuis février 2010[13].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tombelaine et le mont Saint-Michel vus depuis les hauteurs de Saint-Jean-le-Thomas.
L'église Saint-Jean-Baptiste du Xe siècle.

Église de Saint-Jean-le-Thomas[modifier | modifier le code]

Par l'extérieur et l'intérieur, on peut retrouver la marque des onze siècles d'histoire de l'église, de ses remaniements et cicatrices. L'édifice est inscrit aux Monuments historiques[14]. De nombreuses œuvres notables sont incluses[15] :

L'église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Jean-le-Thomas après avoir dépendu de l'abbaye du Mont-Saint-Michel, de l'abbaye de La Lucerne puis du doyenné de Genêts, dépend aujourd'hui de la paroisse Saint-Auguste-Chapdeleine du doyenné du Pays de Granville-Villedieu[18].

La cabane Vauban[modifier | modifier le code]

Sur le GR 223, sentier littoral ou sentier des douaniers, on rencontre trois cabanes Vauban : la plus connue est celle de Carolles, la deuxième celle de Champeaux et la troisième celle de Saint-Jean-le-Thomas.

Archéologie des pêcheries dans la partie nord-orientale de la baie du mont Saint-Michel[modifier | modifier le code]

Comme tous les grands estuaires européens, la baie du mont Saint-Michel offre un patrimoine archéologique spécifique et spectaculaire. Elle le doit à plusieurs particularités liées à un environnement exceptionnel. En premier lieu, elle le doit à la richesse des ressources littorales telles que le poisson et le sel. Elle le doit également à des conditions géologiques rarement rencontrées : d'une part, une sédimentation continue pendant toute la durée de l'Holocène récent (depuis 6300 avant J.-C.), et d'autre part, à l'omniprésence de l'eau, qu'il s'agisse de l'eau douce de la nappe phréatique ou de l'eau salée apportée par le battement des marées. Par la qualité de la conservation des vestiges au sein de sédiments fins vaseux ou sableux, les sites dits « en milieu humide » constituent une des priorités actuelles de la recherche archéologique.

Les recherches archéologiques récentes réalisées dans la partie sud de la baie se sont portées sur l'activité de briquetage aux époques gauloises et gallo-romaines (Bizien-Jaglin, 1995), ainsi que sur l'occupation de la Butte de Lillemer et de son marais vers 4000 avant J.-C. (Laporte et al., 2003). Nous évoquerons ici le travail en cours sur la partie nord-orientale qui porte principalement sur les vestiges d'anciennes pêcheries fixes.

Les pêcheries du nord-est de la baie[modifier | modifier le code]

En 2003 a été lancé un programme de recherche visant à étudier les installations anciennes sur le domaine maritime. Ce projet a montré l'état général de conservation exceptionnel de ce type de sites. La zone nord-est de la baie (secteur de Saint-Jean-le-Thomas - Champeaux) constitue à cet égard un véritable laboratoire d'étude pour les anciennes pêcheries. Grâce à une faible exposition à la houle du nord-ouest et à des dépôts de sédiments très fins, les vestiges de ces sites ont pu être remarquablement conservés, même s'ils sont aujourd'hui largement menacés par l'érosion littorale.

Les travaux sur la zone intertidale ont été menés dans des conditions difficiles. Ils ont jusqu'à présent comporté des relevés topographiques, l'étude du contexte sédimentaire de cette zone, des campagnes d'échantillonnage des bois, des fouilles et des travaux d'analyse (étude des bois et des restes de poissons, datation par le carbone 14).

Les sites découverts se partagent en trois grands ensembles :

  • au sud, des pêcheries en bois du début du Bronze ancien (vers 2 000 ans avant J.-C. en date calibrée) ;
  • au nord, des pêcheries médiévales mêlant digues de pierre et palissades en bois ;
  • au centre, un ensemble de structures circulaires en pierres (avec parfois des pieux de bois), non datées et probablement également liées à la pêche[19].

Les pêcheries en bois des plages de Pignochet et de Saint-Michel[modifier | modifier le code]

Une grande partie des travaux de fouille a principalement porté sur le site de la pêcherie de la plage de Pignochet à Saint-Jean-le-Thomas, qui est aujourd'hui l'une des plus anciennes installations de ce type en Europe. Il revient à Alain L'Homer d'avoir découvert ce site dans les années 1970 et d'en avoir fait une première étude avec la collaboration d'A. Petra. Ingénieur géologue et familier de la baie, Alain L'Homer fut intrigué par l'aspect singulièrement ancien du bois qu'il trouva sur une plage soumise à l'érosion. Il en préleva un fragment pour effectuer une datation par le carbone 14. Celle-ci révéla que ces pieux dataient du début de l'âge du bronze.

Vers 2000 ans avant J.-C., la mer a atteint temporairement un niveau moyen relativement proche de l'actuel dans un contexte transgressif. S'installant dans une zone traversée par des chenaux de marée, les hommes ont alors construit sur l'estran une vaste installation en bois, couvrant près de 2 hectares et destinée à piéger les poissons. Découverte dans un état de conservation exceptionnelle, elle est constituée d'alignements de pieux : au centre, deux structures fermées en bois, en périphérie des alignements rayonnants. Chaque alignement supportait un entrelacs de gaules, tandis que des branches très fines, des herbacées ou des tiges de fougères protégeaient fréquemment la base de ces haies, fortement exposées à la houle, et qui nécessitaient un entretien permanent.

L'un des aspects les plus spectaculaires du site réside également dans la présence de multiples renforts obliques étayant les palissades, qui devaient s'élever à un minimum de 1,50 m de hauteur.

Les principales essences ayant servi à la fabrication des pieux sont l'aulne, le saule, le frêne, le noisetier, plus rarement le chêne. L'analyse des éléments issus de la fouille des premiers sondages permet également une approche de l'approvisionnement en bois de clayonnage composé surtout de noisetiers, mais également de saules et de genêts.

Les nombreux chenaux qui traversent l'installation semblent avoir eu une fonction importante. Le principe de piégeage des poissons semble toutefois plus complexe que les pêcheries actuelles. La connaissance de l'environnement du site a considérablement progressé grâce, d'une part, à une collaboration étroite avec les géologues et géomorphologues travaillant sur le site. Une première typologie des faciès lithologiques sur la zone intertidale actuelle a ainsi été dressée. Les objectifs principaux de cette analyse sont de mesurer l'éloignement du site par rapport à la côte, d'identifier les multiples chenaux qui ont sillonné l'estran et de les dater par rapport à la période de fonctionnement de la pêcherie.

La fouille de multiples secteurs a été riche d'informations techniques, aussi bien sur les dispositifs de protection du pied de haie que sur les modes de clayonnage. L'élévation de clayonnage conservée grâce à une chape de tangue peut ainsi atteindre une cinquantaine de centimètres. Le passage de petits chenaux de marée traversant des haies de clayonnage peut être identifié en surface par la présence de nombreux galets de tangue ou de graviers. Les aménagements découverts évoquent plusieurs zones « pêchantes » et la possibilité de barrer le chenal par un filet ou bien une grande nasse. L'érosion active a permis l'observation de nombreuses empreintes de pas humains bien visibles, ainsi que des zones de circulation de bovidés. Les objets archéologiques rencontrés sont rares et souvent sans rapport avec ceux que l'on trouverait sur un site d'habitat : peson de filet en terre cuite, copeaux de bois, liens torsadés en branches de noisetier, outil en bois de cerf emmanché destiné à fendre du bois. Les restes de poissons sont fréquemment piégés en pied de haie : le tamisage des nombreux prélèvements a permis la collecte d'un grand nombre d'écailles, de quelques éléments de rachis et de crâne actuellement en cours d'étude.

La pêcherie en bois de la plage Saint-Michel est située environ 500 m au nord de la précédente et utilise le même vaste système de chenaux de marées. Cette pêcherie en bois, découverte plus récemment, a globalement une forme en V dont l'angle est très ouvert vers le nord-ouest. Elle est indiscutablement implantée dans un ancien paléochenal colmaté. À la pointe du dispositif, la ligne de pieux s'interrompt pour faire place à un aménagement qui a été partiellement fouillé. Le long des pieux est apparue une trame de fines gaules de noisetier entrelacées sur une armature de piquets épointés. Ces piquets sont répartis tous les 20 cm en moyenne et forment un véritable panneau de clayonnage autonome, fixé sur la face aval de la haie.

L'existence de panneau de clayonnage mobile est pour la première fois attestée dans cette zone d'étude. Ce dispositif est connu dès le Néolithique final et a été employé jusqu'à quasiment aujourd'hui sur les pêcheries en bois de la façade occidentale du Cotentin. Cette installation semble contemporaine de l'ensemble de la plage de Pignochet.

Les pêcheries médiévales en pierre de Champeaux[modifier | modifier le code]

Au sud de la falaise de Champeaux qui forme la limite du massif de Carolles, figure un vaste complexe de digues de pierres en forme de V, couvrant près de 12 hectares. Cet ensemble spectaculaire et visible du haut de la falaise émergeait des sédiments estuariens dans les années d'après-guerre. Complètement envasé, il n'est réapparu à Alain L'Homer et A. Petra qu'en 1992 par l'effet de l'érosion littorale. Catherine Bizien-Jaglin a survolé ces pêcheries en septembre 2000 et en fait état pour la première fois en 2001. Le premier indice de l'ancienneté de cet ensemble est fourni de manière très indirecte, dans la charte de fondation de l'abbaye de La Lucerne en 1162, qui mentionne que le seigneur Guillaume de Saint-Jean fit don, à Saint-Jean même, d'une pêcherie ainsi mentionnée : « la place d'une pêcherie à la mer et toute la dîme de toutes les pêcheries et des seiches venant de la pêche en bateau ». Rien n'indique toutefois qu'il s'agisse du même groupe de pêcheries.

Une première datation par le carbone 14 réalisée sur un échantillon provenant d'un pieu de chêne situé au sein d'une des digues les plus anciennes du site a donné environ 700 après J.-C. Il apparaît donc que, dans ce cas précis, des travaux de restauration et d'entretien plus récents n'ont pas fait disparaître les vestiges de l'installation primitive. Le relevé général des vestiges est en cours grâce à un appareil GPS différentiel.

Bilan[modifier | modifier le code]

Faute d'un intérêt suffisant pour le patrimoine fluvial et maritime, l'archéologie des pêcheries a connu un retard considérable en France, particulièrement pour la zone littorale. Pourtant le poisson en estuaire offre l'une des plus grandes densités de nourriture dont puissent disposer les sociétés traditionnelles.

Ailleurs en Europe, particulièrement dans les îles Britanniques, les données accumulées sur cette activité sont très nombreuses depuis une vingtaine d'années. Elles ont été possibles principalement dans les grands estuaires qui offrent des conditions très protégées, comparables à celles de la baie du mont Saint-Michel, qui sont uniques sur le littoral français.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Une autre « personnalité » est indissociable de Saint-Jean-le-Thomas. La commune doit une poussée de notoriété au champion équin Idéal du Gazeau qu'elle hébergea au haras des Dunes de 1975, à l'âge d'un an, à son départ comme reproducteur pour la Suède en 1983. Les Saint-Jeannais pouvaient parfois croiser leur « Idéal » à l'entrainement sur la plage[21]. La popularité locale du cheval est à la hauteur de son palmarès hors du commun : il est notamment le seul cheval à avoir obtenu trois fois le titre officieux de champion du monde du trot et remporta par deux fois le Prix d'Amérique.
  • Émile Le Marié des Landelles, peintre (1847-1903), sa tombe dans l'ancien cimetière est protégé par un bloc de granit porté par eux pleureuses.

Souvenirs de Jean Robidel[modifier | modifier le code]

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

31 juillet 1944 : les Américains arrivent à Jullouville[modifier | modifier le code]

Les services de l'état-major d'Eisenhower s'installent dans le château de la Mare, propriété de la colonie de la ville de Saint-Ouen. Un central téléphonique est édifié. Sur le plateau situé au-dessus de la vallée des peintres, un camp d'aviation va permettre d'incessants départs et arrivées d'avions de renseignement. Eisenhower habite une immense roulotte camping.

La maison Montgomméry : sur le plateau de Champeaux, la route de Jullouville à Avranches permet au voyageur de prendre du regard la baie du mont Saint-Michel dans sa quasi-totalité. Le point de vue est assez remarquable pour avoir été qualifié par Édouard Herriot de « plus beau kilomètre de France ». La descente vers Saint-Jean-le-Thomas laisse, sur la gauche, la falaise flanquée de belles demeures et propriétés boisées. Parmi elles se cache la maison Montgomméry. Celle-ci servira de résidence au général Eisenhower du 19 août au 29 septembre 1944.

Le choix porté par les Américains sur cette maison a sans doute été préparé avec soin. À l'abri des regards, facile à protéger, en raison de sa situation en bord de la baie, sur un coteau escarpé, confortable et spacieuse, elle dispose d'une terrasse qui offre un panorama exceptionnel sur le mont Saint-Michel, le rocher de Tombelaine et l'ensemble de la baie. À proximité de la maison s'élevait, au XIIe siècle, le donjon du château de Saint-Jean qui lui-même avait été édifié à l'emplacement de fortifications romaines. C'est dire que les Américains chargés de trouver une résidence sûre ne s'étaient pas trompés. La maison porte un nom prestigieux : « Montgomméry », souvenir du bastion que le seigneur de Montgomery avait construit à cet endroit, au XVIe siècle. En 1944, la villa Montgomméry est la propriété de M. Benois, associé de la maison Coty, la célèbre marque de parfums. À cette époque, personne n'occupe la maison car la famille Benois a quitté sa résidence pour Genève et Chamonix.

Premiers contacts[modifier | modifier le code]

Jean Robidel, 24 ans, saint-jeannais, est chargé d'entretenir la maison, le parc et les jardins qui sont situés alors de l'autre côté de la route, sur le coteau. Jean Robidel a échappé au service du travail obligatoire en Allemagne.

« Un jour, le 7 ou 8 août, un officier américain est venu me demander les clefs de la maison. Il avait demandé par politesse l'autorisation du maire de Saint-Jean, M. Percepied. On a parcouru le parc, il prenait des notes... quelques jours plus tard, un camion est arrivé. Des Américains ont emménagé une baignoire, car celle de la villa était trop petite à leur goût. Les soldats ont déchargé du charbon pour le chauffage de la maison. Un groupe électrogène a été installé, car depuis le mois d'avril nous n'avions plus d'électricité. Suivaient des fourneaux à fioul pour la cuisine. Je fus chargé d'aller chercher un grand lit dans la villa voisine, propriété des Massin. Ma sœur et ma femme avaient fait le ménage et fleuri les pièces. La caravane roulotte est arrivée par la suite. Des stocks de nourriture et des rouleaux de tissus furent rentrés dans la propriété : ils occupaient la moitié de l'une des pièces de la maison. J'avais vu auparavant apporter des kilomètres de fil de téléphone dans et tout autour de la propriété. »

Le personnel d'Eisenhower[modifier | modifier le code]

« Durant la campagne d'Afrique du Nord, en Italie et à Londres, un personnel accompagne Eisenhower. Il est encore présent à la villa Montgommery : son maître d'hôtel principal, Williams, un superbe noir bâti en armoire à glace, qui était « le chouchou » du général. Deux assistants cuisiniers, des Noirs. Un vacher ! En effet, Eisenhower avait deux vaches, Maribell et Lullabell pour le lait frais et la crème. Elles paissaient au-dessus de la villa. Deux valets de chambre, l'ordonnance Michaël Mckeogh. Un chauffeur, Léonard Dray, de Détroit, ouvrier chez Ford et un mécanicien qui avaient à disposition trois Packard. Un plombier, Sam Cassalino, qui était originaire de New York. Un tailleur, Michel Popp, yougoslave originaire de Belgrade. Celui-ci s'installera dans une grande avenue de New York après la guerre. Trois ouvriers tailleurs étaient sous ses ordres.

Les Blancs logeaient dans la villa mais les Noirs, dans les dépendances. La guerre n'avait pas effacé les pratiques du pays. Tous ces gens avaient beaucoup d'estime pour celui qu'ils appelaient "le chef". »

L'entourage d'Eisenhower[modifier | modifier le code]

« Occupaient la villa avec Eisenhower, le lieutenant-colonel britannique James Gault, de la Garde écossaise qui représentait le maréchal Montgomery auprès d'Eisenhower et Kay Summersby (en), une belle jeune femme aux cheveux roux, que certains appelaient la « fidèle secrétaire » et qui faisait office de chauffeur du général. Et puis, il y avait les officiers de passage, Patton et Bradley, ces généraux avec qui Eisenhower coordonnait l'avancée de trois millions de soldats vers l'Allemagne, le général Koenig, les officiers de l'Armée de l'air que je reconnaissais à leur uniforme et qui allaient participer à la bataille d'Arnheim. Le maréchal Montgomery n'est jamais venu à la villa : il faut dire que les deux hommes avaient peu de sympathie mutuelle. »

Dans son livre Croisade en Europe, Eisenhower cite tous ceux qui l'entouraient : « La qualité des services qui me furent rendus par mon état-major personnel est un de mes meilleurs souvenirs de guerre. Tous accordaient à mes affaires et même à mon confort, une priorité absolue. »

Les soldats américains à Saint-Jean[modifier | modifier le code]

« Un dispositif de sentinelles avait été mis en place autour de la propriété, tous les vingt-cinq mètres. Elles étaient reliées entre elles par téléphone. Et, sur la falaise de Champeaux, un camp de deux mille hommes avait été monté en quelques jours. Des patrouilles de nuit de six hommes se relayaient pour protéger la villa. Les soldats américains venaient parfois boire un coup chez le père Redon, à l'hôtel de la Plage ainsi que chez la mère Rosper. Mais leur présence à Saint-Jean était beaucoup plus discrète que celle des soldats allemands. »

Eisenhower et la table[modifier | modifier le code]

« C'était un bon vivant. Il adorait la crème fouettée que lui préparait son vacher avec le lait des deux vaches qui elles aussi étaient arrivées à la villa Montgommery. Il dégustait la crème avec framboises et mûres sauvages. Le petit déjeuner était très copieux. J'allais chercher régulièrement du filet de bœuf, de gros morceaux, à la boucherie du village tenue par Pierre Grant, occupée aujourd'hui par M. Lecarpentier. A 9 heures, chaque matin, Eisenhower venait à la cuisine. Il avait trois cuisiniers mais cela ne l'empêchait pas de faire lui-même sa tambouille. C'était la cuisine à l'américaine, généreuse en maïs, souvent très épicée. Par contre, les fruits de mer lui étaient inconnus. Je leur fournissais parfois des légumes du jardin qui s'étendait de la route jusqu'au chemin de la plage. »

« Un jour, Eisenhower est allé manger avec des généraux et Miss Kay à la Grande Auberge, tenue alors par M. et Mme Tilche, juifs anglais qui portaient l'étoile jaune au revers de la veste et qui n'avaient jamais été importunés par les nazis. La Grande Auberge est toujours là, sur la route qui mène à l'église, vaste demeure aujourd'hui transformée en appartements. »

L'emploi du temps du général[modifier | modifier le code]

« Il allait et venait entre le quartier général de Jullouville et la villa Montgomméry, recevait les officiers, se reposait. Le mois de septembre n'avait pas été très beau mais il allait souvent sur la terrasse regarder et contempler les méandres changeants que le sable et les rivières dessinent dans la baie. »

Atterrissage forcé dans la baie[modifier | modifier le code]

« Le 27 ou 28 aout, Eisenhower est parti pour Paris, afin de rencontrer De Gaulle après la libération de Paris par la division Leclerc. Son avion s'était envolé de la piste de Carnet à proximité de Saint-James. La piste de Carolles était en effet trop courte pour l'avion du général. Ce jour-là, le brouillard était épais, le pilote a du posé son avion dans la baie du Mont-Saint-Michel. Le général en sortit avec une entorse au genou. C'est moi qui le soignais tous les jours avec de la tangue de la baie. Fangothérapie ou tangothérapie déjà appliquée. »

Dans Croisade en Europe, Eisenhower relate cet incident : « Nous essayâmes de traîner l'avion assez loin du bord de la mer pour éviter qu'il fut atteint par la marée montante. Ce faisant, je me démis un genou. Mon pilote Underwood m'aida à traverser la plage pendant que je scrutais d'un œil anxieux le sable uni pour y détecter toute trace de mine enfouie... ce fut une marche pitoyable sous une pluie diluvienne. »

Les relations avec les occupants de la ville[modifier | modifier le code]

« J'ai eu le privilège d'être le seul français à approcher le général et son entourage. J'avais mes entrées partout. Eisenhower parlait mal notre langue, j'ai donc eu peu de conversation avec lui.

Les sentinelles me demandaient souvent de l'eau, c'était l'été, et en échange, ils me donnaient des cartouches de cigarettes.

Lorsque la bataille d'Arhneim fut terminée, je demandai au colonel Gault si la guerre allait prendre fin rapidement. Il me répondit qu'il faudrait encore attendre plusieurs mois.

Le tailleur était un chic type, il s'exprimait bien en français. Il travaillait beaucoup, pour le général, ses officiers, Miss Kay...

Mais c'est avec Williams, le maître d'hôtel que j'ai le plus échangé. Ayant suivi Eisenhower en Afrique, en Italie, à Londres, présent aux repas, il était au courant de tout ce qui se passait. Je n'avais pas de poste radio, et avec Williams, j'étais au courant de l'avancée du front, des projets et des résultats.

C'est grâce à lui que je pus suivre les préparatifs de la bataille d'Arnheim.

Tous les gens de la villa venaient souvent nous voir chez nous à la villa Bingard. Ma mère leur faisait des crêpes. On passait de bonnes soirées avec eux. Heureux d'apprendre le français, ils étaient curieux de tout, regardaient nos livres d'histoire et cherchaient à nous faire plaisir. Ils m'offrirent du matériel pour me raser, Michel Popp voulut tailler des jupes pour ma femme et ma sœur mais celles-ci ne voulaient pas se déshabiller devant des hommes. Ma femme et ma sœur allaient chercher le bois et le cidre à la villa ; elles aussi avaient leurs entrées. Les Américains leur offraient le thé et les faisaient monter dans leurs jeeps. Ils aimaient bien discuter avec elles. »

La bataille d'Arnheim[modifier | modifier le code]

« Il semble bien que le séjour d'Eisenhower à Saint-Jean-le-Thomas ait consisté à coordonner les préparatifs de cette bataille. Il y avait chez tous le désir d'en finir au plus vite avec la guerre. Le plus impatient était sans doute Montgommery. Il persuada Eisenhower de lui affecter l'armée aéroportée alliée pour monter une attaque au pont d'Arnheim aux Pays-Bas. C'était le principal objectif de l'opération Market Garden. Il permettrait de franchir le Rhin par le pont d'Arnheim et de pénétrer dans la Ruhr. C'en aurait été fini de la puissance de guerre nazie. Lancée le 17 septembre, l'opération Market Garden fut un demi-échec dû au mauvais temps, la 1re division aéroportée britannique fut décimée, la tête de pont ne fut pas établie. Il faudra attendre le mois de mai 1945 pour retrouver la paix. »

Eisenhower et De Gaulle[modifier | modifier le code]

« C'est toujours par William que j'appris qu'Eisenhower n'avait aucune sympathie pour de Gaulle. En Afrique du Nord, Eisenhower avait rencontré l'Amiral Darlan qui faisait partie du régime de Vichy et que les Américains avaient fait venir en Afrique du Nord. William me racontait qu'il n'avait jamais vu son chef aussi en colère que le jour où, au cours d'un repas, il avait appris que Darlan avait été assassiné, en décembre 1942. »

Départ[modifier | modifier le code]

« Après la bataille d'Arnheim, Eisenhower devait partir pour Versailles installer son quartier général. Avant de partir, le maître d'hôtel voulait faire une grosse commande de filet de bœuf. La Normandie offrait des vivres, mais qu'en était-il de la région parisienne ?

Le 29 septembre 1944, Eisenhower quittait la villa Montgomméry, suivi de son entourage et de son personnel. Quand les soldats partirent, il ne restait plus que quelques fils de téléphone oubliés dans la propriété et le souvenir d'avoir vu les hommes du nouveau continent, leur matériel moderne, leur maïs, leur wiskhy. et quelques adresses que ma sœur a conservées. J'ai reçu après la guerre une ou deux lettres du personnel mais à ma connaissance aucun de ceux qui avaient séjourné à la villa, n'est revenu sur les lieux. En 1953, j'apprenais que l'hôte de la villa Montgommery en août et septembre 1944 était élu Président des États-Unis. La télévision française vint me filmer, le journaliste Georges Panchené m'interviewa et j'eus droit à des émoluments d'artiste.

La villa Montgommery est toujours là, bien nichée dans la falaise regardant le va et vient de la mer et l'archange saint Michel. Le temps efface les traces du passage des hommes, même célèbres. Pourtant la mémoire découvre encore ce moment de l'été 1944 qui vit l'extraordinaire libération de l'Europe du nazisme. Saint-Jean-le-Thomas en fut un modeste point stratégique durant quelques semaines.

Une plaque commémorative a été posée au carrefour de la route de Jullouville et de l'avenue de Gaulle. En 1953, le conseil municipal de Saint-Jean décerna au nouveau président des États-Unis le titre de citoyen d'honneur de Saint-Jean-le-Thomas.

Dwight David Eisenhower est mort en 1969, après avoir mis fin à la guerre de Corée et établi les premiers contacts directs avec l'URSS. Il avait été président des États-Unis de 1953 à 1961[22]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève,‎ 1998 (lire en ligne), p. 1551
  4. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-86253247-9), p. 62
  5. À cette époque elle porte le nom de Saint-Jean au Bout de la Mer.
  6. Tirée du cartulaire manuscrit du Mont-Saint-Michel
  7. Office de tourisme Saint Jean le Thomas, « Le Petit Train de la Côte (1908 – 1935) », Histoire de St Jean, sur http://www.saintjeanlethomas.com (consulté le 17 octobre 2013)
  8. « GASO, la banque du blason - Saint-Jean-le-Thomas Manche » (consulté le 3 décembre 2010)
  9. a et b Réélection 2014 : « Saint-Jean-le-Thomas (50530) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  10. Date du prochain recensement à Saint-Jean-le-Thomas, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  13. [PDF] « Préfecture de la Manche - Recueil des actes administratifs - février 2010 » (consulté le 28 mars 2010) : page 4.
  14. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. Visite par Marie Lebert
  16. « Statue : Vierge à l'Enfant », base Palissy, ministère français de la Culture.
  17. « Statue à usage de pupitre : Moïse », base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. Site du diocèse
  19. Ce projet de recherche est cofinancé par le ministère de la Culture et de la Communication (DRAC-Service régional de l'archéologie) et le conseil général de la Manche. Le Groupe de recherches archéologiques du Cotentin assure la gestion de ces moyens.
  20. « Dwight David Eisenhower, Général », sur geneahistoire-normandie.fr (consulté le 19 juillet 2014)
  21. « Site de Saint-Jean-le-Thomas - Hôtes célèbres - Idéal du Gazeau » (consulté le 3 décembre 2010)
  22. Souvenirs de Jean Robidel recueillis par Louis Malle, avril 1999. Texte sous GFDL.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. Bizien-Jaglin, « Les sites de briquetage de la zone du Marais de Dol dans leur contexte sédimentaire », in Baie du Mont-Saint-Michel et Marais de Dol, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1995, p. 67-80.
  • L. Laporte, V. Bernard, C. Bizien-Jaglin, S. Blanchet, M.-F. Dietsch-Sellami, V. Guitton, J.-N. Guyodo, G. Hamon, P. Madioux, S. Naar, F. Nicollin, A. Noslier, C. Oberlin et L. Quesnel, « Aménagements du Néolithique moyen dans le Marais de Dol, au pied de la butte de Lillemer (Ille-et-Vilaine) : les apports d'un programme de prospection thématique », in Revue Archéologique de l'Ouest, 2003, no 20, p. 127-153.
  • A. L'Homer, « Les vestiges de la pêcherie en bois de Saint-Jean-le-Thomas datant de l'âge du Bronze », in Baie du Mont-Saint-Michel et Marais de Dol, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1995, p. 111-118.
  • Albert Percepied, Saint-Jean-le-Thomas, Coutances, 1976.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]