Dragey-Ronthon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dragey-Ronthon
Le manoir de Potrel par Jan Griffier, en 1650.
Le manoir de Potrel par Jan Griffier, en 1650.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Avranches
Canton Sartilly
Intercommunalité Communauté de communes Avranches - Mont-Saint-Michel
Maire
Mandat
Jean Chapdelaine
2008-2014
Code postal 50530
Code commune 50167
Démographie
Population
municipale
800 hab. (2011)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 42″ N 1° 29′ 50″ O / 48.711667, -1.497222 ()48° 42′ 42″ Nord 1° 29′ 50″ Ouest / 48.711667, -1.497222 ()  
Altitude Min. 6 m – Max. 115 m
Superficie 15,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Dragey-Ronthon

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Dragey-Ronthon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dragey-Ronthon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dragey-Ronthon
Liens
Site web www.dragey-ronthon.com

Dragey-Ronthon est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 800 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est à l'ouest de l'Avranchin et dispose d'une plage qui donne sur la baie du mont Saint-Michel. Le bourg de Dragey est à 6,5 km au sud-ouest de Sartilly, à 13 km à l'ouest d'Avranches et à 19 km au sud de Granville. Le bourg de Ronthon est à 3 km au nord-est de celui de Dragey et à 4 km au sud-ouest de Sartilly[1].

Le point culminant (115 m) se situe en limite nord.

Communes limitrophes de Dragey-Ronthon[2]
Saint-Jean-le-Thomas Champeaux, Jullouville (comm. ass. de Saint-Michel-des-Loups), Angey Sartilly
Mer de la Manche Dragey-Ronthon[2] Champcey
Mer de la Manche Genêts Bacilly,
Genêts

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Dragey est attesté sous la forme Drageiun en 1027-1035[3]. Son origine est incertaine. Elle pourrait être liée à un anthroponyme roman tel que Dravius[3].

Ronthon est composé de l'élément -thon qui semble dérivé de l'anglo-saxon tun qui a donné l'anglais town[4], et de l'élément ron dont Ernest Nègre attribue l'origine à l'anthroponyme germanique Raganus[5]. Ce toponyme est attesté sous les formes Ransthun en 1158, Ronthon en 1212 et Ronton en 1254[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1973, les communes de Dragey, Genêts, Ronthon et Saint-Jean-le-Thomas ont formé Dragey-Tombelaine. Genêts, Ronthon et Saint-Jean-le-Thomas gardaient un statut de communes associées. En 1979, Genêts et Saint-Jean-le-Thomas ont repris leur indépendance, et la commune a finalement pris le nom de Dragey-Ronthon.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1995 en cours Jean Chapdelaine SE Artisan électricien
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et deux adjoints. Quatre de ces conseillers, dont un maire délégué, représentent la commune associée de Ronthon.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 800 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Dragey a compté jusqu'à 942 habitants en 1836, Ronthon 563 en 1821.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
774 810 939 924 894 942 926 867 813
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
773 754 739 676 667 667 607 604 586
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
560 557 526 518 570 562 561 485 479
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
452 377 569 597 571 616 719 737 799
2011 - - - - - - - -
800 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Ronthon avant 1973
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
494 518 518 563 560 512 446 463
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
468 429 417 385 363 363 350 322
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
314 273 271 293 274 220 225 250
1936 1946 1954 1962 1968 - - -
236 255 236 243 255 - - -
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Sources : EHESS[8])


Économie[modifier | modifier le code]

Commune rurale dont l'activité économique repose essentiellement sur l'élevage (de chevaux et de vaches laitières) et le tourisme estival.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les églises[modifier | modifier le code]

Ces églises dépendent de la paroisse Saint-Auguste-Chapdeleine du doyenné du Pays de Granville-Villedieu[12].

Les manoirs[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Vincent Cronin (1924-2011), homme de lettres, biographe et historien britannique, a résidé à la fin de sa vie au manoir de Brion.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  4. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton,‎ octobre 1999 (ISBN 2-862537-9), p. 134
  5. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève,‎ 1998 (lire en ligne), p. 1010
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Ronthon », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 12 septembre 2011)
  9. Église de Dragey - Site études françaises
  10. « Église Saint-Médard », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Œuvres mobilières à Dragey-Ronthon », base Palissy, ministère français de la Culture.
  12. Site du diocèse
  13. « Manoir de Potrel et ses dépendances », base Mérimée, ministère français de la Culture.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :