Montauriol (Aude)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montauriol.
Montauriol
Image illustrative de l'article Montauriol (Aude)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Salles-sur-l'Hers
Intercommunalité Communauté de communes de Castelnaudary Lauragais Audois
Maire
Mandat
Claude Almayrac
2014-2020
Code postal 11410
Code commune 11239
Démographie
Population
municipale
78 hab. (2011)
Densité 9,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 43″ N 1° 50′ 11″ E / 43.2786, 1.8364 ()43° 16′ 43″ Nord 1° 50′ 11″ Est / 43.2786, 1.8364 ()  
Altitude Min. 225 m – Max. 313 m
Superficie 8,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montauriol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montauriol

Montauriol est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Montauriolais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montauriol s'élève sur une colline boisée du massif de la Piège, dominant : à l'ouest, la grande route de Castelnaudary à Salles-sur-l'Hers, et, au sud, une petite vallée ombragée de peupliers, de pins et d'ormeaux. Le groupe comprenant la mairie et l'école est placé au centre du village (rue de la Mairie vers 1920)

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Montauriol (Aude).svg

Blasonnement de la commune : D'azur mantelé d'argent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2011 2014 (Mme) Claude Almeyrac[1]    
mars 2005 2011 Genevière Blanc    
mars 2001 2005 Marie-Thérèse Carbon    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 78 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
269 251 289 258 268 292 282 292 284
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
252 244 250 259 240 235 202 197 183
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
187 190 189 155 153 151 136 140 126
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
113 93 74 74 75 74 78 79 78
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Le territoire fertile produit du blé, du maïs, du bois de chauffage de la luzerne et un peu de vin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

De la gare au village, la route, bordée de grands arbres, forme une agréable promenade.

Au nord, et sur le point culminant du village, se trouvent l'ancien château seigneurial et l'église.

Sur la place, croix monumentale en pierre, surmontée du coq gaulois, élevée en 1776.

Moulin à vent du Clos de la Maït, au-dessus du château.

Sculptures sur le linteau de la porte de deux maisons, avant et après la Mairie : Sur l'un on voit deux lions affrontés avec un cœur entre et la date de 1827. Sur l'autre, deux animaux fantastiques, avec vase de fleurs entre et la date 1862. Ces sculptures sont l'œuvre d'un maçon du pays nommé Berquière.

Le château des anciens seigneurs de Montauriol (Monteauriolo) est une vaste et confortable résidence, précédée d'un jardin, d'un parc et entourée d'arbres séculaires. Deux tourelles carrées, démantelées, flanquent les angles de l'est et du sud, Ancienne fenêtre grillée donnant sur l'église. Du côté du nord-ouest, le château était naturellement défendu par une pente rapide. Des fossés, aujourd'hui comblés, protégeaient les autres faces. Cette belle demeure est devenue la propriété de M. Lapasset.

L'église, d'origine romane, est de construction modeste. Le porche a été ajouté en 1812. Clocher triangulaire moderne avec trois cloches. En 1311, l'église dépendait de l'abbaye de Lagrasse.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. changement de maire à Montauriol: http://www.lindependant.fr/2011/09/08/le-village-a-change-de-maire,59324.php
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :