La Pomarède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Pomarède
Vue aérienne
Vue aérienne
Blason de La Pomarède
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Castelnaudary-Nord
Intercommunalité Communauté de communes de Castelnaudary Lauragais Audois
Maire
Mandat
Nadine Rostoll
2014-2020
Code postal 11400
Code commune 11292
Démographie
Gentilé Pomarédois
Population
municipale
163 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 24′ 20″ N 1° 57′ 03″ E / 43.4055555556, 1.9508333333343° 24′ 20″ Nord 1° 57′ 03″ Est / 43.4055555556, 1.95083333333  
Altitude 243 m (min. : 188 m) (max. : 375 m)
Superficie 13,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
La Pomarède

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
La Pomarède

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Pomarède

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Pomarède

La Pomarède est une commune française située dans le département de l'Aude et la région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Pomarédois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Lauragais sur Le Fresquel

Un peu d'Histoire[modifier | modifier le code]

Le toponyme « La Pomarède », d’origine végétale, signifie en occitan médiéval « La Pommeraie ». Son premier témoignage manuscrit remonterait à l’an 1091 sous la forme : «  La Pomareda ».

À cette période, La Pomarède est un habitat ecclésial. Elle devient une communauté villageoise avant le milieu du XIIIe siècle.

En 1211, La Pomarède, qui fait partie des places fortes acquises à la cause du comte de Toulouse contre Simon de Montfort, est assiégée lors de la croisade des Albigeois (1208-1249), menée à l'instigation de l'église catholique romaine contre l'hérésie, et en particulier contre le catharisme.

Vers 1347, Aimeri de Roquefort est le premier à être nominativement désigné seigneur de La Pomarède. À partir du siècle suivant, la baronnie de La Pomarède sera associée aux vicomtes de Caraman avant d'être liée à d'autres patronymes (Antoine de Carmaing à la moitié du XVe s., Jean de Saint-Etienne à partir de 1552, Jean Emeric de Bruyères[1], baron de Chalabre, au XVIIIe s., le marquis Louis d’Auberjon en 1841...) .

Le château de La Pomarède est vendu à la municipalité en 1950 par Jeanne-Marie-Louise d’Auberjon (1883-1968), épouse de Louis Marie Nicolas Ernest Maurin de Brignac. Elle incarnerait ainsi la dernière châtelaine de La Pomarède[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pomarède (La) Blason De gueules aux trois grenades tigées et feuillées de sinople ouverte du champ.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 2013 en cours Nadine Clergue    
mars 2008 mai 2013 Jean-Jacques Régnier    
avril 1999 mars 2008 Philippe de la Motte Saint-Pierre    
juin 1995 mars 1999 Jacques Bonnemaison    
mars 1983 juin 1995 Guy Calvet    
  mars 1983 Antoine Pujol Sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 163 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
383 426 373 427 481 494 513 526 522
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
464 507 490 465 446 405 415 386 353
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
339 322 336 261 257 273 271 269 233
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
181 175 174 165 163 158 166 169 162
2011 - - - - - - - -
163 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Enceinte fortifiée du XIe et XIIe siècle qui abrite la mairie, l'agence communale de "La Poste", l'école et la salle des fêtes. Appuyée sur deux des tours le bâtiment seigneurial du XVIIe siècle est devenu depuis 1997 l'Hostellerie du Château de La Pomarède (une étoile au guide Michelin). Une autre tour est dite de Jean XXII, pape d'Avignon, qui est supposé y avoir passé une nuit en 1320.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Bézian, auteur de bandes dessinées, a vécu, d'abord de 1960 à 1963, puis de 1984 à 1998 au château de La Pomarède où il a puisé son inspiration pour créer certains des paysages dans lesquels il a mis en scène ses personnages fantastiques, en particulier dans la série Adam Sarlech[5]

Photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :