Maurice Greene (athlétisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maurice Greene (athlète))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurice Greene.
Maurice Greene Portail athlétisme
Maurice Greene, Sydney2000.jpg
Maurice Greene aux JO de Sydney 2000
Informations
Disciplines 100 m, 200 m, 4 × 100 m
Période d'activité 1995-2008
Naissance 23 juillet 1974 à Kansas City
Taille 1,75 m
Poids 79 kg
Surnom Le pitbull, Mo, G.O.A.T
Entraîneur Al Hobson, John Smith
Records
• Ancien détenteur du record du monde du 100 m (9s 79).
• Actuel Détenteur du record du monde du 60 m en salle (6s 39) à deux reprises
Distinctions
Élu au Temple de la renommée de l'athlétisme des États-Unis en 2011
Palmarès
Jeux olympiques 2 1 1
Championnats du Monde 5 - -

Maurice Greene, né le 23 juillet 1974 à Kansas City, est un athlète américain spécialiste des épreuves de sprint. Premier athlète à remporter le 100 et le 200 m lors des mêmes Championnats du monde d'athlétisme, à Séville en 1999, et vainqueur des Jeux olympiques de 2000, Greene a également détenu durant six ans le record du monde du 100 m avec un temps de 9 s 79, établi le 16 juin 1999 lors des mondiaux d'Athènes. À ce jour, il détient toujours le record du monde du 60 en 6s39 depuis le 3 février 1998, performance qu'il a également réalisé une deuxième fois le 3 mars 2001.

En février 2008, il a annoncé sa retraite expliquant le handicap que représentaient ses blessures à répétitions[1]. Il dirige depuis 2012 l'entraînement des sprinteurs à l'Université de Californie à Los Angeles, parmi lesquels figure le Français Martial Mbandjock.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Alors qu'il pratique le football américain à la F.L. Schlagle High School de Kansas City, Maurice Greene est rapidement repéré pour ses qualités de vitesse par l'entraineur d'athlétisme Al Hobson qui le convainc de poursuivre sa voie dans le sprint. Il fait ses débuts sur la scène internationale en début de saison 1995 à l'occasion des Championnats du monde en salle de Barcelone, terminant au pied du podium du 60 m avec le temps de 6 s 59. Quelques mois plus tard, l'Américain établit un chrono de référence sur 100 m en signant 9 s 88 lors des Texas Relays d'Austin, devançant notamment le Jamaïcain Raymond Stewart et son compatriote Carl Lewis. Cette performance n'est cependant pas homologuée en raison d'un vent favorable de 5,4 m/s supérieur à la limite autorisée. Sélectionné pour les Championnats du monde en plein air de Göteborg, il s'incline en quart de finale du 100 m avec un temps moyen de 10 s 35. L'année suivante, il ne parvient pas à passer l'obstacle des sélections olympiques américaines d'Atlanta et ne peux donc pas participer à ses premiers Jeux olympiques. Après cet échec, il décide d'entamer une collaboration avec John Smith, ancien détenteur du record du monde du 440 yards, et entraineur notamment de Marie-José Pérec et d'Ato Boldon.

Premiers titres (1997-1998)[modifier | modifier le code]

En 1997, Maurice Greene passe pour la première fois sous la barrière des dix secondes au 100 m à l'occasion des Championnats des États-Unis d'Indianapolis en réalisant successivement 9 s 96 en demi-finale et 9 s 90 en finale. Il ne parvient cependant pas à s'imposer régulièrement lors des meetings estivaux européens où le Namibien Frankie Fredericks se montre plus régulier. Lors des Championnats du monde 1997 d'Athènes, l'Américain réédite son record personnel de 9 s 90 en quart de finale et en demi-finale, avant de remporter la finale en 9 s 86 (+0,2 m/s) devant le champion olympique et détenteur du record du monde canadien Donovan Bailey et son compatriote Tim Montgomery. Le 3 février 1998, Greene bat le record du monde du 60 m en 6 s 39 à l'occasion du meeting « indoor » de Madrid. Dominateur sur 100 m durant toute la saison 1998, il remporte huit courses en moins de dix secondes, signant notamment 9 s 90 à Stockholm, 9 s 92 à Lausanne, et 9 s 94 à Berlin et Bruxelles. Il décroche deux médailles d'or aux Goodwill Games de New York.

Record du monde du 100 m, triplé mondial (1999)[modifier | modifier le code]

Le 16 juin 1999, au Stade olympique d'Athènes, piste où il s'est révélé en remportant son premier titre mondial deux ans auparavant, Maurice Greene établit le nouveau record du monde du 100 m avec le temps de 9 s 79 (vent légèrement favorable de +0,1 m/s), améliorant de cinq centièmes le précédent meilleur temps de Donovan Bailey datant du 29 juillet 1996 aux Jeux olympiques d'Atlanta. L'Américain enregistre la plus forte marge réalisé par un athlète à l'occasion d'un record du monde du 100 m depuis l'instauration du chronométrage électrique. Sa performance de 9 s 79 a également une valeur symbolique puisqu'elle correspond au temps réalisé par Ben Johnson lors de la finale des Jeux de Séoul en 1988, record du monde annulé à l'époque suite au dopage avéré de l'athlète canadien.

Favori en août des Championnats du monde de Séville, Maurice Greene devient le premier athlète masculin à remporter trois médailles d'or lors de cette même compétition. Le 22 août 1999, il enlève tout d'abord le 100 m en 9 s 80 (vent de +0,2 m/s), devançant Bruny Surin, auteur pourtant du record national du Canada en 9 s 84, avant de remporter cinq jours plus tard la finale du 200 m en 19 s 90. Enfin, il parachève ses exploits de Séville en décrochant la médaille d'or du relais 4 × 100 m aux côtés de ses coéquipiers Jon Drummond, Tim Montgomery et Brian Lewis, établissant pour l'occasion la meilleure performance mondiale de l'année en 37 s 59.

Jeux olympiques de Sydney (2000)[modifier | modifier le code]

Ato Boldon, Maurice Greene et Obadele Thompson, médaillés sur 100 m à Sydney

Les Jeux olympiques de Sydney constituent pour Maurice Greene l'objectif principal de l'année 2000. Aligné sur l'épreuve du 100 mètres lors des Trials de Sacramento, il remporte la course en 10 s 01 et obtient ainsi sa qualification pour ses premiers Jeux. À Sydney, l'Américain remporte aisément ses deux premiers tours (10 s 31 puis 10 s 10) avant de réaliser le meilleur temps des demi-finales en 10 s 06. Situé au couloir n°5 en finale, et auteur d'un bon départ, Greene surclasse ses adversaires en remportant le 23 septembre 2000 la finale olympique en 9 s 87 (vent de -0,3 m/s), devançant de douze centièmes de seconde Ato Boldon et de dix-sept centièmes Obadele Thompson. Il ajoute une seconde médaille d'or à son palmarès en enlevant le titre du relais 4 × 100 m aux côtés de Jon Drummond, Bernard Williams et Brian Lewis en 37 s 61.

Jeux olympiques d'Athènes (2004)[modifier | modifier le code]

Lors des championnats du monde 2003 de Paris, il est éliminé en demi-finale du 100 m dans un temps de 10 s 37, finissant 7e. Après sa victoire sur le 100 mètres au cours de l'édition 2004 de l'Adidas Track Classic, Greene revint sur ses pas en direction de la ligne d'arrivée et prit ses chaussures dans ses mains comme si elles étaient brûlantes. Allen Johnson surgit avec un extincteur qu'il déversa sur les supposées chaussures en feu. Cet événement restera comme l'un des plus fameux shows et mises en scène du sprint.
Lors des Jeux olympiques 2004 à Athènes, Greene ajouta le bronze à sa collection de médailles en terminant 3e de la course où il tentait de défendre son titre du 100 m. Il glana également l'argent avec le relais 4 × 100 m devancé d'à peine 0,01 seconde par le relais britannique.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Avant chaque course, ses mimiques et sa gestuelle qui traduisaient son impatience du début des courses l'ont popularisé du grand public. Lors de ses courses, il compensait sa petite taille pour un sprinteur (1,75 m) par une vitesse de jambe supérieure à ses rivaux (45 foulées lors de son record du monde de 1999 par exemple).

Il fut parmi les premiers sprinteurs, avec le clan HSI de John Smith (athlète), à avoir apporté une innovation à la technique de mise en action du sprint au 100 mètres (athlétisme), appelée "Drive-Phase". Elle consiste, après avoir jailli des Starting-block, à stabiliser et conserver le buste et la tête en position basse, durant les premières foulées, avant un redressement progressif et une position définitive afin de rejoindre une vitesse de pointe optimale. Il a donné un bel exemple de cette technique lors de la finale du 100m des Jeux olympiques d'été de 2000 de Sydney, qu'il a remporté et où il a conservé cette position sur les 60 premiers mètres (26 foulées).

Maurice Greene a plusieurs surnoms, "Mo", "le boulet de canon de Kansas city" ou encore "le pitbull", en raison de sa hargne et de la vélocité de l'animal. Un dessin de ce chien est d'ailleurs tatoué sur son bras gauche, accompagné du mot "G.O.A.T.", pour "Greatest Of All Time" (le meilleur de tous les temps), témoin de la confiance qu'il accorde à son propre corps.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Parmi les sprinters de la fin des années 1990-début des années 2000, la longévité de ses performances au plus haut niveau est à relever. Il a par exemple couru 8 années consécutives sous les 10 secondes sur 100 m. Greene courut 53 courses de 100 mètres sous les 10 secondes durant sa carrière, ce qui à son époque constituait un véritable record. Ce record a maintenant été dépassé par Asafa Powell qui dénombre plus de 60 courses de 100 m sous les 10 secondes[2].

Il est élu au Temple de la renommée de l'athlétisme des États-Unis en 2011[3],[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès international de Maurice Greene (ordre chronologique)
Date Compétition Lieu Résultat Discipline Performance
1995 Championnats du monde en salle Barcelone 4e 60 m 6 s 59
1997 Championnats des États-Unis Indianapolis 1er 100 m 9 s 90 (0,2)
Championnats du monde Athènes 1er 100 m 9 s 86 (0,2)
1999 Championnats du monde en salle Maebashi 1er 60 m 6 s 42
Championnats des États-Unis Eugene 1er 200 m 19 s 83 (2,3)
Championnats du monde Séville 1er 100 m 9 s 80 (0,2)
1er 200 m 19 s 90 (1,2)
1er Relais 4 × 100 m 37 s 59
Finale du Grand Prix Munich 2e 200 m 19 s 90 (-0,8)
2000 Sélections olympiques Sacramento 1er 100 m 10 s 01 (-1,7)
Jeux olympiques Sydney 1er 100 m 9 s 87 (-0,3)
1er Relais 4 × 100 m 37 s 61
2001 Championnats du monde Edmonton 1er 100 m 9 s 82 (-0,2)
2002 Championnats des États-Unis Palo Alto 1er 100 m 9 s 88 (2,4)
2004 Sélections olympiques Sacramento 1er 100 m 9 s 91 (0,0)
Jeux olympiques Athènes 3e 100 m 9 s 87 (0,6)
2e Relais 4 × 100 m 38 s 08

Records[modifier | modifier le code]

Records du monde[modifier | modifier le code]

Date Épreuve Temps Lieu
3 février 1998 60 m 6 s 39 Madrid
13 février 1999 50 m 5 s 56[5] Los Angeles
16 juin 1999 100 m 9 s 79 Athènes
3 mars 2001 60 m 6 s 39 Atlanta

Meilleures performances[modifier | modifier le code]

En extérieur
Épreuve Performance Date Lieu
100 m 9 s 79 16 juin 1999 Athènes
200 m 19 s 86 7 juillet 1997 Stockholm
En salle
Épreuve Performance Date Lieu
50 m 5 s 56 13 février 1999 Los Angeles
60 m 6 s 39 3 février 1998
3 mars 2001
Madrid
Atlanta

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Maurice Greene prend sa retraite
  2. (en) IAAF All Tibe 100 Metre list, IAAF, consulté le 8 septembre 2010
  3. (en) USATF, « Devers and Greene among 2011 USA Hall of Fame inductees », sur iaaf.org,‎ 2 novembre 2011 (consulté le 2 novembre 2011)
  4. (en) « Devers, Greene lead Hall of Fame Class of 2011 », sur usatf.org (consulté le 2 novembre 2011)
  5. Record du monde non homologué par l'IAAF

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]