Armin Hary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Armin Hary Portail athlétisme
Informations
Disciplines 100 m, 4 × 100 m
Période d'activité Années 1950-1960
Nationalité Drapeau : Allemagne Allemand
Naissance 22 mars 1937 (77 ans)
Lieu Quierschied
Taille 1,82 m
Club FSV Francfort
Entraîneur Bert Sumser
Palmarès
Jeux olympiques 2 0 0
Championnats d'Europe 2 0 0

Armin Hary (né le 22 mars 1937 à Quierschied en Sarre) est un athlète allemand, spécialiste du 100 mètres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance[modifier | modifier le code]

Armin Hary était le fils d'un mineur, ancien champion de lutte. Il a été élevé avec la passion du sport[1],[2] Il a connu une enfance pauvre[3].

Sa carrière sportive[modifier | modifier le code]

Faux-départ[modifier | modifier le code]

Armin Hary débute le sport par le football, s'orientant par la suite vers le décathlon. C'est là qu'il est orienté vers le sprint, vu ses temps de réaction exceptionnels et sa vitesse de mise en action. À 16 ans il se consacre donc uniquement au sprint, entrainé par Bert Sumser[1].

Champion junior allemand en 1956[modifier | modifier le code]

Armin devient champion junior d'Allemagne de l'Ouest en 1956, à l'âge de 19 ans, en réalisant un temps de 10 s 4. Dans le même temps, aux Jeux olympiques de Melbourne, Bobby Morrow vient de gagner la finale du 100 m en 10 s 5. Armin se met donc à rêver aux Jeux olympiques. Délaissant ses études de mécanique automobile, il passe de plus en plus de temps à s'entrainer au stade, où il perfectionne principalement ses départs. Sa rapidité et la qualité de sa technique ont d'ailleurs berné de nombreux starters par la suite.

1958-1959 : Des déceptions[modifier | modifier le code]

En 1958, à Friedrichshafen, il s'élance donc et réalise 100 mètres en 10 secondes piles! Pour la première fois, les 10 secondes sont atteintes. Malheureusement le starter marque une hésitation, Armin est parti en même temps que le pistolet. Les officiels allemands n'homologuent pas la performance. La même année, il remporte ses premiers grands titres, lors des championnats d'Europe avec deux médailles d'or au 100 mètres et au relais 4 × 100m.

Toutefois, déçu de la réaction des officiels de son pays, il émigre aux États-Unis. Blessé au genou, il subit une opération et revient en Allemagne en 1960[1].

1960 : Le grand retour[modifier | modifier le code]

Il reprend alors l'entrainement en vue des Jeux olympiques. Le 21 juin 1960, à Zürich, il s'élance à nouveau sur le 100 m, et à nouveau les aiguilles des chronomètres sont bloquées sur 10 secondes pile. Les juges protestent, et décident de faire recourir l'épreuve. Seuls l'Allemand Jurgen Schuttler et le Suisse Muller acceptent de refaire la course[4]. Et rebelote moins d'une heure plus tard. Armin devient le premier homme à réaliser 100 m en 10 secondes[5].

En 1960, après deux faux-départs[2], il gagne la médaille d'or du 100 mètres aux Jeux olympiques de Rome en 10 s 2, l'américain, Dave Sime, réalise le même temps mais est second, à une demie-poitrine. C'est la première fois qu'un non-américain gagne cette distance depuis 1928 (remportée à l'époque par le Canadien Percy Williams)[6]. Lors du relais 4 × 100 mètres, l'équipe des États-Unis franchit la ligne d'arrivée première, mais ses membres sont disqualifiés pour passage de relais incorrect. Armin obtient sa seconde médaille d'or, le temps de l'équipe d'Allemagne égale les 39 s 5 du record du monde établi par les États-Unis lors des précédents Jeux olympiques.

Un record durable[modifier | modifier le code]

Son record est égalé 3 semaines plus tard par le canadien Harry Jerome[5], cependant il reste pendant 8 ans l'unique record d'Europe avant que Roger Bambuck l'égalise le 20 juin 1968. Son record européen a ensuite été égalé de nombreuses fois sans être battu, jusqu'au 24 septembre 1988, date à laquelle le Britannique Linford Christie a fait un temps de 9 s 97[7].Il perd son record du monde de 10 secondes le 20 juin 1968, battu par Jim Hines en 9,9s[6]. Le record de Hines sera d'ailleurs le dernier record enregistré en chronométrage manuel[8].

[modifier | modifier le code]

En outre, il détient un autre type de "record" : il a été le premier athlète à être payé pour courir avec une certaine marque de chaussures[9].

Style de course[modifier | modifier le code]

Il se distinguait par un don rare, un temps de réaction très bref au moment du départ, un talent particulier qu'il exploita par une technique étudiée de jaillissement des starting-blocks. Cette "bascule" grugea souvent les juges. Il restera dans l'histoire comme le premier athlète à avoir couvert la distance en dix secondes. Le fait que le chronométrage était encore manuel était la raison principale des doutes de faux départs qui planaient sur ses courses[10].

Une fin de carrière précoce[modifier | modifier le code]

Après les Jeux olympiques, il est suspendu par la Fédération allemande. Après cela, Hary décida d'arrêter le sport.

Sa carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1956, il faisait des études de mécanique automobile[1]. Lors de sa présentation aux Jeux olympiques de 1960, il était vendeur à Francfort[2].

En 1980, il est jugé coupable d'avoir détourné de l'argent et sera emprisonné pendant trois ans.

Actuellement, il s'occupe d'une association qui aide les enfants en difficulté et qui déniche de jeunes talents sportifs entre 4 et 12 ans[11].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats d'Europe d'athlétisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Henri Charpentier - Euloge Boissonnade, La Grande Histoire des Jeux olympiques, France-Empire,‎ 1999, 981 p. (ISBN 2-7048-0891-0), page 312
  2. a, b et c (en) Hary!Hary!Hary, article du Times daté du 12 septembre 1960, consulté le 7 mai 2009
  3. (de) 3e paragraphe de la présentation de son association
  4. Henri Charpentier - Euloge Boissonnade, La Grande Histoire des Jeux olympiques, France-Empire,‎ 1999, 981 p. (ISBN 2-7048-0891-0), page 313
  5. a et b (fr) Article des 100 mètres sur wikipédia
  6. a et b (fr)[PDF] « Chronologie des records », sur www.sep-olympic.ch,‎ 19 août 2006 (consulté le 7 mai 2009)
  7. (en) « Les premiers records européens du 100 m », sur athletix.org (consulté le 8 mai 2009)
  8. (fr) Records du monde du 100 m sur wikipedia
  9. (en) [PDF]1960 Rome Games were a turning point for Olympics écrit par Florangela Davila dans le Seattle Times, consulté le 7 mai 2009, 4e paragraphe
  10. (fr) Article sur la piste de Zürich, dans la partie "les débuts", consulté le 7 mai 2009
  11. (de) Son association

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Henri Charpentier - Euloge Boissonnade, La Grande Histoire des Jeux olympiques, France-Empire,‎ 1999, 981 p. (ISBN 2-7048-0891-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]