Maserati Biturbo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maserati Biturbo.

Après la reprise, en 1975, de Maserati par Alejandro de Tomaso à Citroën (SM ! ), celui-ci lance la marque dans l’aventure Biturbo.

L’idée consistait à introduire sur le marché une voiture de luxe dotée d’un prix raisonnable et d’une cylindrée de moins de 2 000 cm3, taxes italiennes obligent. La cible visée était la BMW série 3 version E21, comme l’illustrent plusieurs choix techniques, voire certaines pièces détachées.

Rapidement Maserati a dû pousser les murs de son usine pour faire face à la demande : c’était le sauvetage, peut-être encore temporaire, de la marque. Les besoins de capacité de production étaient tels que le montage de certains modèles était assuré dans l'usine Innocenti de Milan.

Genèse[modifier | modifier le code]

Cabriolet Zagato.
Version 4 portes.

La voiture est étudiée chez De Tomaso en 1980. Une première décision radicale: un (petit) V6 Biturbo, une première mondiale ! Tout en alliage léger faisant appel à des dépôts de couches dures à faible coefficient de friction (Nikasil) sur les chemises moteur, en alliage léger elles aussi, équipé de culasses à 2 arbres a cames et trois soupapes par cylindre. Le moteur reste en ligne avec les principes premiers des Maserati : un petit moteur multicylindre très élaboré et très puissant...

La voiture est dessinée par Pierangelo Andreani[1], ingénieur de l'équipe De Tomaso. On peut noter l’influence Italdesign, auteur de la Quattroporte III sortie quelques mois auparavant.

La voiture[2] est présentée à la presse fin 1981. C'est rapidement un succès.

D'abord équipée d'une alimentation à carburateur en motorisation 2 000 cm3, 2 500 cm3 et 2 800 cm3 (particulièrement pour le marché américain) le modèle évoluera rapidement pour intégrer plusieurs nouveautés: injection électronique et allumage électronique cartographique couplé à la gestion, elle aussi électronique, des turbos, le tout regroupés dans deux calculateurs. Introduit conjointement, on verra deux nouvelles culasses à 4 arbres à cames et à 4 soupapes par cylindre. Puis viendra la suspension réglable depuis le poste de conduite, étudiée avec Koni, 4 positions permettent d'adapter la loi d'amortissement de la voiture à celle du terrain rencontré ou du confort recherché.

Les déclinaisons du modèle sont nombreuses. d'abord deux portes (coupé), elle se déclinera en 4 portes, en cabriolet (carrossé par Zagato) et même en un élégant petit coupé à deux places Karif.

En fin de carrière, la Biturbo (les Biturbo devrait-on dire, compte tenu de leur diversité) muteront en Ghibli II, en Barchetta à moteur V6 et la Shamal à moteur V8... toujours avec une paire de turbos. La Maserati Racing a été un véhicule de transition développé pour tester certaines évolutions techniques.

À noter qu'il a été question d'équiper les Biturbo d'un moteur V6 2 000 cm3 4 arbres à cames en tête et 6 soupapes par cylindre (6.36V !). Le moteur et surtout sa culasse ont fait l'objet de plusieurs dépôts de brevet[3]. Quelques prototypes de moteur ont été réalisés mais jamais industrialisés.

Modèles et versions[modifier | modifier le code]

Modèles 2 portes[modifier | modifier le code]

Le modèle Coupé disposait d'un empattement de 2,51 m alors que le Spyder n'était que de 2,4 m. Les exceptions furent la Maserati Karif, basée sur le châssis court du Spyder, ainsi que la Maserati 228, basée sur le châssis long de la berline, et équipées d'un moteur 2,8 litres. Ces deux modèles spéciaux furent les seules carrosseries de Biturbo à ne pas recevoir de moteur 2 litres spécial pour le marché italien, ce qui contribua à leur rareté.

Versions :

Modèle Années Motorisation Cylindrée Marchés ciblés
Biturbo 1982-85 V6 SACT 1 995 cc Italie
Biturbo E 1983-85 V6 SACT 2 491 cc Tous
Biturbo S 1983-85 V6 SACT 1 995 cc Italie
Biturbo 2.5 S 1984-87 V6 SACT 2 491 cc Catalyseur, export
Biturbo 1985-87 V6 SACT 1 995 cc Italie
Biturbo 2.5 E 1985-88 V6 SACT 2 491 cc Catalysateur, export
Biturbo S 1985-86 V6 SACT 1 995 cc Italie
Biturbo i 1986-90 V6 SACT 1 995 cc Italie
Biturbo Si 1987-88 V6 SACT 1 995 cc Italie
Biturbo 2.5 Si 1987-88 V6 SACT 2 491 cc Catalyseur, export
Spyder 1985-94 tous tous tous
Karif 1988-91 V6 SACT 2 790 cc Catalyseur, export
228 1986-92 V6 SACT 2 790 cc tous
228i 1986-92 V6 SACT 2 790 cc Catalyseur, tous
2.24V 1988-92 V6 DACT 1 996 cc Italie
222 4v[4] 1988-91 V6 DACT 2 790 cc Catalyseur, export
222 E 1988-90 V6 SACT 2 790 cc Catalyseur, export
222 SE 1990-91 V6 SACT 2 790 cc Tous
222 SE 1990-91 V6 SACT 2 790 cc Catalyseur (US)
2.24V 1991-93 V6 DACT 1 996 cc Italie
2.24V 1991-93 V6 DACT 1 996 cc Catalyseur, Export
222 SR 1991-93 V6 SACT 2 790 cc Catalyseur, Export
Racing 1991-91 V6 DACT 1 996 cc Italie

Italie : pour le marché italien uniquement
SACT : simples arbres à cames en tête (18 soupapes)
DACT : doubles arbres à cames en tête (24 soupapes)

Modèles 4 portes[modifier | modifier le code]

Deux ans après l'introduction de la Biturbo, Maserati présenta une version à quatre portes. Pour cette version l'empattement était légèrement plus long (2,6 m). Cette version fut remplacée en 1994 par la Quattroporte IV.

Versions :

Modèle année Moteur Cylindrée Alimentation Marchés ciblés
425 1983-89 V6 SACT 2 491 cc Carburateur, turbo
420 1985-88 V6 SACT 1 995 cc Carburateur, turbo Italie
420i 1986-88 V6 SACT 1 995 cc Injection, turbo
420 S 1986-88 V6 SACT 1 995 cc Carburateur, turbo Italie
430 1987-90 V6 SACT 2 790 cc Injection, turbo Catalyseur, Export
425i 1987-90 V6 SACT 2 491 cc Injection, turbo Catalyseur, Export
422 1988-90 V6 DACT 1 996 cc Injection, turbo Catalyseur, Export
4.18v 1990-94 V6 SACT 1 995 cc Injection, turbo Catalyseur, Export
4.24v 1990-92 V6 DACT 1 996 cc Injection, turbo Italie
4.24v II 1991-94 V6 DACT 1 996 cc Injection, turbo Catalyseur, Export
430 4v 1991-94 V6 DACT 2 790 cc Injection, turbo Catalyseur, Export

Italie : pour le marché italien uniquement
SACT : simples arbres à cames en tête (18 soupapes)
DACT : doubles arbres à cames en tête (24 soupapes)

Cinéma[modifier | modifier le code]

La Maserati Biturbo apparaît dans Permis de tuer (1989). Elle est la voiture de Franz Sanchez (Robert Davi).[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maurizio Tabucchi, Maserati, Éd. ETAI
  2. Autoretro no 318, Maserati Biturbo, mars 2008, p. 38
  3. (en) Culasse 6 soupapes par cylindre
  4. AutoRetro no 337, décembre 2009, p. 54-59
  5. (en) « 1987 Maserati Biturbo 425i »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]