Julie Payette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Julie Payette
Image illustrative de l'article Julie Payette

Nationalité Drapeau du Canada Canada
Naissance 20 octobre 1963 (51 ans)
Montréal, Québec
Durée cumulée des missions 25 j 11 h 58 min
Sélection Groupe 2 de l'ASC, 1992
Mission(s) STS-96
STS-127
Insigne Sts-96-patch.png STS-127 patch.png
Deuxième jour à bord de la station spatiale internationale (mission STS-127 juillet 2009)
Sur le pont supérieur de la navette spatiale (mission STS-127)

Julie Payette (née le 20 octobre 1963 à Montréal, au Québec) est une astronaute canadienne de l'Agence spatiale canadienne (CSA) qui a travaillé principalement avec la NASA.

Depuis juillet 2013, Julie Payette occupe de nouvelles fonctions à Montréal (Québec). Elle est maintenant directrice du Centre des sciences de Montréal situé dans le Vieux-Port de Montréal.

Études[modifier | modifier le code]

Elle a fait ses études primaires et secondaires à Montréal, dont au Collège Mont-Saint-Louis. Par la suite elle obtient, en 1982, un baccalauréat international au United World College of the Atlantic (en) au pays de Galles, puis, en 1986, un baccalauréat en sciences en génie électrique à l'Université McGill à Montréal et, finalement en 1990, une maîtrise en génie informatique à l'Université de Toronto.

Affiliations[modifier | modifier le code]

Bourses et Prix[modifier | modifier le code]

  • Une des six bourses canadiennes lui permettant de fréquenter l'UWC of the Atlantic (1980).
  • La bourse Greville-Smith (1982-1986) de l’Université McGill
  • Fut nommée Faculty Scholar par la faculté de génie (1983-1985) et a obtenu son diplôme avec distinction en 1986
  • Elle a reçu du CRSNG une bourse d’études supérieures (1988-1990).
  • Elle a reçu le Massey College Fellowship (1988-1990).
  • Le Conseil canadien des ingénieurs lui décerne la distinction pour réalisation exceptionnelle par un jeune ingénieur (1994)
  • Elle est Chevalier de l'Ordre national du Québec (2000)
  • Elle a reçu de l'Université Laval un doctorat honorifique en sciences[1] (2000)
  • Elle a été nommée Chevalier de l’Ordre de la Pléiade de la Francophonie (2001)
  • Elle a reçu de l'Université McGill un doctorat honorifique (2003)
  • Elle a transporté le drapeau olympique lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Vancouver (2010)
  • Elle a reçu de l'Université de Moncton un doctorat honorifique en ingénierie (2013)[2]
Julie Payette porte le drapeau des Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver.

Expérience[modifier | modifier le code]

Notamment en recherche en informatique, en traitement du langage naturel, en reconnaissance vocale automatique et en application de technologies interactives au domaine spatial. De plus, elle a été :

Jusqu'à tout récemment, elle était l'astronaute en chef de l'Agence spatiale canadienne, ce qui impliquait de faire de la formation en continu. Elle occupait aussi le poste de CAPCOM au Centre de contrôle de mission au Centre spatial Lyndon B. Johnson. Depuis juillet 2013, elle est directrice du Centre des Sciences de Montréal (Québec).

NASA[modifier | modifier le code]

C'est en 1996 qu'elle débuta sa formation au Lyndon B. Johnson Space Center de la NASA, à Houston, au Texas, qu'elle terminera en avril 1998. Elle a ensuite été affectée à différents départements, dont la robotique pour le compte du Bureau des astronautes ainsi que dans le département électronique.

Missions[modifier | modifier le code]

Du 27 mai au 6 juin 1999, Julie a pris part à la mission STS-96 à bord de la navette spatiale Discovery. Cette mission consistait à effectuer le premier amarrage manuel de la navette à la Station spatiale internationale, à la livraison et l'installation de quatre tonnes de matériel. Elle était responsable des systèmes de la station et opérait le bras robotique Canadarm en orbite.

De plus, elle était à bord de la navette spatiale Endeavour pour la mission STS-127, débutant le 15 juillet 2009. Durant cette mission de 16 jours remplie de tâches robotiques, l'équipage d'Endeavour réalisa cinq marches spatiales afin d'installer les éléments restants de Kibō, un complexe d'expérimentation construit par l'Agence spatiale japonaise. Les astronautes ont livré également six batteries pour la poutrelle P6, un mécanisme d'entraînement de rechange pour le transporteur mobile et une perche de rechange pour l'antenne en bande Ku.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Université Laval, communiqué de presse, 27 janvier 2000
  2. Université de Moncton, nouvelles, archives de 2013, Julie Payette, docteure d’honneur en ingénierie

Liens externes[modifier | modifier le code]