Élections régionales de 2010 en Catalogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2006 Seal of the Generalitat of Catalonia.svg 2012 Suivant
Élections régionales de 2010 en Catalogne
135 sièges du parlement
Électorat et résultats
Votants 3 135 764
  
59,95 % Green Arrow Up.svg 7 %
Votes nuls 21 727
Artur Mas.jpg
Artur MasConvergència i Unió
Voix 1 198 010 Green Arrow Up.svg 28 %
  
38,47 %
Sièges obtenus 62 Green Arrow Up.svg 14
José Montilla - 001 cropped.jpg
José MontillaParti des socialistes de Catalogne
Voix 570 361 Red Arrow Down.svg 28,4 %
  
18,32 %
Sièges obtenus 28 Red Arrow Down.svg 9
Alicia Sánchez-Camacho.jpg
Alicia Sánchez-CamachoParti populaire catalan
Voix 384 019 Green Arrow Up.svg 21,4 %
  
12,33 %
Sièges obtenus 18 Green Arrow Up.svg 4
Joan Herrera Torres - 001.jpg
Joan HerreraICV-EUiA
Voix 229 985 Red Arrow Down.svg 18,6 %
  
7,39 %
Sièges obtenus 10 Red Arrow Down.svg 2
Joan Puigcercós (2010) cropped.jpg
Joan Puigcercós (es)Esquerra Republicana de Catalunya
Voix 218 046 Red Arrow Down.svg 47,6 %
  
7,00 %
Sièges obtenus 10 Red Arrow Down.svg 11
Albert Rivera cropped.jpg
Albert Rivera (es)Citoyens - Parti de la Citoyenneté
Voix 105 827 Green Arrow Up.svg 17,8 %
  
3,40 %
Sièges obtenus 3 Equal blue arrow.png 0
Joan Laporta - 002.jpg
Joan LaportaSolidaritat Catalana per la Independència
Voix 102 197
  
3,28 %
Sièges obtenus 4
Président de la généralité de Catalogne
Sortant
Élu

Les élections parlementaires catalanes de 2010 (Eleccions al Parlament de Catalunya, en catalan, ou Elecciones al Parlamento de Cataluña, en espagnol) se sont tenues le 28 novembre 2010 afin de renouveler le mandat des 135 députés au Parlement de Catalogne, pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin a vu la nette victoire de la fédération de centre-droit Convergence et Union (CiU), la lourde défaite de la coalition gouvernementale de centre-gauche au pouvoir depuis 2003, et la montée du parti indépendantiste Solidarité catalane pour l'indépendance (SI).

Contexte[modifier | modifier le code]

Dernières élections[modifier | modifier le code]

Lors des élections parlementaires anticipées du 1er novembre 2006, la coalition Convergence et Union, conduite par Artur Mas, avait remporté le scrutin avec 48 députés sur 135, et 31,5 % des voix. Elle était suivie par le Parti des socialistes de Catalogne (PSC), emmené par l'ancien ministre de l'Industrie, José Montilla, qui avait récolté 37 sièges et 26,8 % des suffrages. Montilla était alors parvenu à maintenir le PSC au pouvoir grâce à la réédition de l'alliance à trois (Tripartit ou Tripartito) avec la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et l'Initiative pour la Catalogne - Les Verts/Gauche unie et alternative (ICV-EUiA).

Deux autres partis avaient réussi à entrer au Parlament : le Parti populaire (PPC), alors dirigé par l'ex-chef de la diplomatie espagnole, Josep Piqué, et Citoyens - Parti de la Citoyenneté (C's), une formation hostile à l'indépendance de la Catalogne.

Changements politiques[modifier | modifier le code]

En 2007, Josep Piqué renonce à présider le PPC, à la suite de la décision du secrétaire général, Ángel Acebes, de ne nommer aucun de ses proches au sein du comité régional de campagne pour les élections législatives de mars 2008. Il a été remplacé par Daniel Sirera, avant qu'Alicia Sánchez-Camacho ne soit élue lors du congrès du 6 juillet.

Cette même année 2008, le président d'ERC depuis 2004 et vice-président de la Généralité de Catalogne, Josep-Lluís Carod-Rovira, renonce à se succéder à la tête du parti, et se voit remplacé par son secrétaire général et conseiller à l'Administration de Catalogne, Joan Puigcercós, qui quitte le conseil exécutif. Un an plus tard, il est également choisi comme tête de liste aux élections de 2010. Au cours de cette même année, le conseiller à l'Intérieur et chef de file d'ICV/EUiA au cours des scrutins de 2003 et 2006, Joan Saura, renonce à être une nouvelle fois candidat lors de ce scrutin.

Au cours de l'été 2010, l'ancien président du FC Barcelone, Joan Laporta, qui a toujours revendiqué sa proximité avec l'indépendantisme, se lance à son tour dans la course à la Généralité de Catalogne, sous les couleurs de nouvelle coalition politique Solidarité catalane pour l'indépendance (SI).

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Parlement de Catalogne est constitué de 135 députés élus pour un mandat de quatre ans dans les quatre provinces de Catalogne. Les sièges sont répartis entre la province de Barcelone, qui en reçoit 85, la province de Tarragone, qui en reçoit 18, la province de Gérone, qui en reçoit 17, et la province de Lleida, qui en reçoit 15. Les députés sont attribués à la proportionnelle suivant la méthode d'Hondt.

Partis et candidats[modifier | modifier le code]

  • Liste non-exhaustive, comprenant les candidats les plus notables.


Campagne[modifier | modifier le code]

Sondages[modifier | modifier le code]

Intentions de vote et projections en sièges pour
les élections parlementaires catalanes de 2010
Commanditaire Date CiU PSC ERC PPC ICV/EUiA C's SI
El Periòdic d'Andorra 27/11/2010 39,2 %
64/66
19,3 %
29/30
7,2 %
10/12
10,4 %
14/15
9,9 %
12/13
3,7 %
3/4
2,6 %
0
El Periòdic d'Andorra 23/11/2010 39,2 %
63/64
19,9 %
29/30
7,5 %
11/12
10,1 %
13/14
8,2 %
10/11
4,7 %
5
3,2 %
0/4
El País 21/11/2010 39,5 %
64/65
20,4 %
30
7,0 %
8/9
9,5 %
13/14
6,9 %
10
5,0 %
6/7
2,6 %
1/3
El Periódico de Catalunya 15/11/2010 39,0 %
62/63
21,3 %
31/32
7,7 %
11/12
10,8 %
14/15
9,0 %
11/12
-
3/4
-
0/2
Cadena SER 11/11/2010 42,4 %
65/66
18,4 %
30/32
7,3 %
10/11
11,6 %
14/16
7,5 %
7/8
4,1 %
3
3,5 %
2/3
La Razón 02/11/2010 41,0 %
62/63
21,6 %
30/31
8,8 %
11/12
11,9 %
15/16
10,1 %
12/13
2,9 %
2/3
-
-
RAC 1 25/10/2010 41,8 %
65/66
19,5 %
27/28
6,5 %
11/12
8,6 %
13
8,0 %
9/11
2,9 %
2/3
2,7 %
0/4
El Periódico de Catalunya 03/10/2010 40,5 %
63/65
20,8 %
30/31
8,4 %
12/13
10,4 %
14/15
7,2 %
9/10
2,9 %
2/3
2,7 %
0/2
El País 26/09/2010 40,7 %
61
19,2 %
28
9,2 %
12
12,5 %
17
7,6 %
9
3,6 %
4
2,6 %
2

Slogans[modifier | modifier le code]

Slogans préélectoraux et électoraux des principaux partis aux élections catalanes de 2010
Parti Slogan préélectoral Slogan électoral
En catalan En français En catalan En français
CiU Comença el canvi Le changement commence Una Catalunya millor Une Catalogne meilleure
PSC Segueixo creient
El canvi real
Continuer de croire
Le vrai changement
Garantia de progrés La garantie du progrès
ERC Puigcercós 2010, Catalunya decideix Puigcercós 2010, la Catalogne décide Gent valenta Les gens courageux
PPC Solucions per als catalans Des solutions pour les Catalans Solucions per a la crisi Des solutions pour la crise
ICV/EUiA Canvis que cal fer. Que ningú més farà Les changements nécessaires, que personne d'autre ne fera Verd. Esperança. Vert. Espoir.
C's Catalunya som tots Nous sommes tous la Catalogne Rebélate Rebelle-toi
SI Fem possible la independència ! Rendons possible l'indépendance ! Catalunya proper estat d'Europa La Catalogne, le prochain État européen

Journée électorale[modifier | modifier le code]

Participation[modifier | modifier le code]

A 13h00, le taux de participation était en légère baisse par rapport aux élections de 2006, avec 24,74 % de votants, contre 25,49 % quatre ans plus tôt. La mobilisation a alors connu une poussée relative, dans la mesure où le taux de participation à 18h00 s'établissait à 48,35 % de votants, en hausse par rapport à 2006, où il avait atteint 45,31 % des inscrits[1].

Sondages à la sortie des urnes[modifier | modifier le code]

Les premiers sondages effectués « à la sortie des urnes » sont dévoilés à 20h. Ils montrent la nette victoire de Convergence et Union (CiU), qui recueillerait entre 63 et 66 députés, en très forte progression par rapport à 2006. Ce score se ferait au détriment du Parti des socialistes de Catalogne (PSC), qui devrait se contenter de seulement 24 à 27 députés, contre 37 quatre ans plus tôt, et de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), qui recueillerait entre 11 et 13 parlementaires, une dizaine de mois que lors du scrutin de 2006. En outre, le Parti populaire de Catalogne (PPC) deviendrait, avec 15 à 17 élus, la troisième force politique de Catalogne, tandis que l'Initiative pour la Catalogne - Les Verts/EUiA conserverait entre 8 et 10 de ses 12 députés. Citoyens - Parti de la Citoyenneté (C's) garderait ses 3 sièges, tandis que deux formations indépendantistes feraient leur entrée au Parlement de Catalogne : Solidarité catalane pour l'indépendance (SI), conduite par Joan Laporta, recevrait 4 élus, et le Regroupement (RI) obtiendrait 1 siège[2],[3].

Résultats officiels partiels[modifier | modifier le code]

A 22h, la victoire de CiU est confirmée, tout comme la déroute du PSC et d'ERC. Selon les données officielles, basées sur 89 % des bulletins dépouillés, CiU obtient 63 députés, contre 30 élus pour le PSC. Le PPC, comme annoncé, se classe troisième avec 18 parlementaires, tandis qu'ICV/EUiA prend la quatrième place en obtenant 10 sièges, soit autant qu'ERC. C's et SI ferment la marche avec 3 sièges chacun[4].

Résultats[modifier | modifier le code]

Au niveau régional[modifier | modifier le code]

Résultats en voix et sièges des élections parlementaires catalanes de 2010 et différence avec celles de 2006
Parti Voix  % +/- Sièges +/-
CiU 1 198 010 38,47 % +6,95 62 +14
PSC 570 361 18,32 % -8,50 28 -9
PPC 384 019 12,33 % +1,68 18 +4
ICV/EUiA 229 985 7,39 % -1,13 10 -2
ERC 218 046 7,00 % -7,03 10 -11
SI 102 197 3,28 % +3,28 4 +4
C's 105 827 3,40 % +0,37 3 ±
Autres 432 246 9,81 % n/a 0 n/a
Total (participation 59,95 %) 3 021 706 100 % n/a 135 n/a

Par provinces[modifier | modifier le code]

Résultats dans la province de Barcelone
Parti Voix  % +/- Sièges +/-
CiU 818 588 36,85 % +6,94 35 +8
PSC 445 448 19,12 % -8,78 18 -7
PPC 298 856 12,83 % +1,67 12 +2
ICV/EUiA 192 836 8,28 % -2,10 8 -1
ERC 148 061 6,36 % -6,25 6 -5
C's 89 730 3,65 % +0,32 3 ±
SI 72 090 3,10 % +3,10 3 +3
Autres 105 003 9,61 % n/a 0 n/a
Total (participation 60,06 %) 2 260 212 100 % n/a 85 n/a


Résultats dans la province de Tarragone
Parti Voix  % +/- Sièges +/-
CiU 121 607 39,37 % +6,96 9 +2
PSC 56 173 18,18 % -7,80 4 -1
PPC 41 250 13,35 % +2,35 3 +1
ERC 26 280 8,51 % -9,11 1 -2
ICV/EUiA 15 708 5,08 % -1,43 1 ±
SI 10 546 3,41 % +3,41 0 n/a
C's 8 427 2,73 % +0,31 0 n/a
Autres 20 543 6,65 % n/a 0 n/a
Total (participation 57,67 %) 300 534 100 % n/a 18 n/a


Résultats dans la province de Gérone
Parti Voix  % +/- Sièges +/-
CiU 131 690 45,16 % +6,97 9 +2
PSC 41 498 14,23 % -7,90 3 -1
ERC 26 828 9,20 % -10,03 2 -2
PPC 25 050 8,59 % +1,37 1 ±
ICV/EUiA 14 057 4,82 % -2,82 1 ±
SI 13 845 4,75 % +4,75 1 +1
C's 4 926 1,69 % +0,75 0 n/a
Autres 25 274 8,66 % n/a 0 n/a
Total (participation 60,49 %) 283 168 100 % n/a 17 n/a


Résultats dans la province de Lleida
Parti Voix  % +/- Sièges +/-
CiU 86 525 46,93 % +6,94 9 +2
PSC 27 242 14,78 % -7,21 3 ±
PPC 18 863 10,23 % +1,12 2 +1
ERC 16 877 9,15 % -8,57 1 -2
ICV/EUiA 7 384 4,01 % -1,58 0 -1
SI 5 716 3,10 % +3,10 0 n/a
C's 2 744 1,49 % +0,52 0 n/a
Autres 12 441 6,78 % n/a 0 n/a
Total (participation 61,75 %) 177 792 100 % n/a 15 n/a

Conséquence[modifier | modifier le code]

Face à la déroute du Parti des socialistes de Catalogne (PSC), qui obtient le plus mauvais score de son histoire, le président de la Généralité, José Montilla, annonce qu'il ne sera pas à nouveau candidat au poste de premier secrétaire du parti lors congrès de 2012[5]. Dès le lendemain, il renonce à siéger au Parlament[6]. Dans le même temps, le président de de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), Joan Puigcercós, remet son mandat à disposition du conseil national du parti, tandis qu'Ernest Benach, président du Parlement et membre d'ERC, se retire de la vie politique[7]. Lors du vote d'investiture du 21 décembre, Artur Mas ne parvient pas à recueillir la majorité absolue des députés pour être investi président de la Généralité, en n'obtenant 62 voix en sa faveur, et 73 contre[8]. Le lendemain de son échec, il signe un accord avec le Parti des socialistes de Catalogne (PSC), qui prévoit l'abstention des 28 députés de ce dernier, et permet donc son investiture à la majorité relative[9]. Le 23 décembre, il est investi président de la Généralité de Catalogne par 62 voix favorables, 45 contre et 28 abstentions[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]