Ordres mineurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la religion catholique, les ordres mineurs sont des degrés hiérarchiques de ministères, appelés ainsi par rapport aux ordres majeurs.

Église latine[modifier | modifier le code]

Dans l'Église latine, les ordres étaient les premiers degrés du sacrement de l'Ordre mais ne sont plus comptés dans les ordres cléricaux depuis la promulgation du motu proprio Ministeria quaedam (de) de Paul VI du 15 août 1972 les supprimant. L'acolytat et le lectorat sont cependant maintenus sous une nouvelle forme, les « ministères » ouverts aux laïcs hommes et qui reçoivent leur charge non plus par une ordination mais par une institution liturgique. L'office de sous-diacre est désormais supprimé et confié à ces ministères institués du lectorat et de l'acolytat[1].

Le Motu proprio Summorum pontificum de Benoît XVI donnant un nouveau cadre normatif à l’usage de la liturgie romaine en vigueur en 1962 (rite tridentin) maintient ces quatre ordres pour les communautés (instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique) suivant l'Ordo liturgique d'avant 1962[2].

Ils étaient au nombre de quatre, selon la hiérarchie croissante :

Églises catholiques orientales[modifier | modifier le code]

Selon le canon 327 du Code des canons des Églises orientales, les églises catholiques orientales ont leurs propres ordres mineurs (acolyte, chantre, sous-diacre) qui sont régis par le droit particulier de leur église sui iuris[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Humberto José Sanchez Zarinana, L'être et la mission du laïc dans une église pluri-ministérielle, Éditions L'Harmattan,‎ 2008, p. 272
  2. Instruction sur l’application de la Lettre apostolique Summorum Pontificum donnée motu proprio par sa sainteté le pape Benoît XVI, 30
  3. Canon 327 du CCEO

Articles connexes[modifier | modifier le code]