Jean-François Le Gall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Gall.

Jean-François Le Gall

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

en 2011

Naissance 15 novembre 1959 (54 ans)
Morlaix (France)
Nationalité Française
Champs Mathématicien
Institutions Université Paris-Sud
Diplôme École normale supérieure
Directeur de thèse Marc Yor
Étudiants en thèse Romain Abraham
Jean-François Delmas
Jean-Stéphane Dhersin
Thomas Duquesne
Wendelin Werner
etc
Distinctions prix Rollo Davidson (1986)
prix Loève (1997)
prix Fermat (2005)
prix Sophie-Germain (2005)

Jean-François Le Gall est un mathématicien français, spécialiste de théorie des probabilités, né le 15 novembre 1959 à Morlaix.

Institutions[modifier | modifier le code]

Le Gall intègre l'École normale supérieure en 1978, il effectue une thèse intitulée « Temps locaux et équations différentielles stochastiques » sous la direction de Marc Yor qu'il soutient en 1982. Il soutient son doctorat d'État intitulé « Quelques propriétés du mouvement brownien » en 1987.

De 1983 à 1988, il est chargé de recherche au laboratoire de mathématiques de l'université Pierre-et-Marie-Curie. Il est professeur des universités à l'université Pierre-et-Marie-Curie de 1988 à 2006.

Il est professeur des universités à l'École normale supérieure (1997-2007) ; il est alors directeur des études mathématiques de 1997 à 2000 et de 2004 à 2007 et responsable du magistère mathématiques et informatiques de 2000 à 2004.

Depuis 2006, il est professeur des universités à l'université Paris-Sud et est coresponsable du master 2 probabilités et statistiques.

Travaux et étudiants[modifier | modifier le code]

Le Gall travaille sur le mouvement brownien et le serpent brownien, les processus de Lévy, les arbres aléatoires tels que l'arbre brownien ou l'arbre de Lévy, les cartes planaires aléatoires, les processus de branchement et les relations entre superprocessus et les équation aux dérivées partielles.

Ces travaux représentent plus d'une centaine de publications avec de nombreux auteurs. Son nombre d'Erdős est de 2 en 2013, c'est-à-dire qu'il a écrit un article avec un coauteur de Paul Erdős.

Depuis 1993, Le Gall a encadré 18 étudiants en doctorat. Parmi eux, se trouve Wendelin Werner qui s'est vu attribuer la médaille Fields en 2006.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Hans Föllmer et Jean-François Le Gall (à droite) en 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]page de Le Gall sur le site de l'institut universitaire de France.
  2. CNRS, « Médailles d'argent du CNRS - Les lauréats 2009 », sur http://www.cnrs.fr,‎ 2009 (consulté le 18 février 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]