Carl Siegel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siegel.
photographie de Carl Ludwig Siegel en 1975
Carl Ludwig Siegel en 1975

Carl Ludwig Siegel (31 décembre 1896 - 4 avril 1981) était un mathématicien allemand spécialiste de la théorie des nombres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Berlin, où il s'est inscrit à l'université Humboldt en 1915 en tant qu'étudiant en mathématiques, astronomie et physique. Parmi ses professeurs, il y avait Max Planck et Ferdinand Georg Frobenius dont l'influence a poussé le jeune Siegel à abandonner l'astronomie et à se tourner plutôt vers la théorie des nombres.

En 1917, appelé dans l'armée allemande mais objecteur de conscience, il a été interné en institut psychiatrique. Après la fin de la Première Guerre mondiale, il s'est inscrit à l'université de Göttingen, soutenant sa thèse en 1920 sous la direction d'Edmund Landau. Il est ensuite resté à Göttingen en tant que chargé d'enseignement et de recherches. Plusieurs de ses résultats les plus célèbres ont été publiés pendant cette période. En 1922, il a été nommé professeur à l'université de Francfort.

En 1938, il est retourné à Göttingen avant d'émigrer aux États-Unis en 1940 en passant par la Norvège. Il a alors séjourné à l'Institute for Advanced Study de Princeton, où il avait déjà passé une année sabbatique en 1935. Il est revenu à Göttingen après la Seconde Guerre mondiale, en acceptant en 1951 un poste de professeur qu'il a gardé jusqu'à sa retraite en 1959.

Son travail sur la théorie des nombres, les équations diophantiennes et la mécanique céleste lui a valu une grande reconnaissance. En 1978, il a reçu le prix Wolf, un des prix les plus prestigieux dans le domaine des mathématiques.

Siegel a travaillé en théorie analytique des nombres et son théorème de finitude (en) sur les points entiers des courbes de genre ≥ 1 est historiquement important comme résultat général sur les équations diophantiennes, domaine jusqu'alors peu développé. Il a travaillé aussi sur les fonctions L, découvrant le phénomène des zéros de Siegel (contre-exemple potentiel à l'hypothèse de Riemann généralisée). Son travail dérivé de la méthode du cercle de Hardy-Littlewood sur les formes quadratiques a eu beaucoup d'influence sur la théorie moderne des groupes adéliques (en). Les formes modulaires de Siegel (en) sont utilisées dans la théorie des modules des variétés abéliennes. Tout ce travail montre les implications structurales des méthodes analytiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Carl Ludwig Siegel » (voir la liste des auteurs)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (en) Serge Lang, « Mordell's Review, Siegel's Letter to Mordell, Diophantine Geometry, and 20th Century Mathematics », Gaz. Math., vol. 63,‎ 1995, p. 17-36 (lire en ligne)