Jean Galfione

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Galfione Portail athlétisme
Athletissima 2012 - Jean Galfione.jpg
Jean Galfione lors du meeting Athletissima 2012.
Informations
Disciplines Saut à la perche, Voile
Période d'activité 1990-2014
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 9 juin 1971 (43 ans)
Lieu Paris
Taille 1,84 m
Poids 82 kg
Club Stade français, Cab Pont l'Abbé
Entraîneur Gérard Lenzoni, Maurice Houvion
Records
• Ancien détenteur du record de France du saut à la perche en extérieur (5,98 m)
• Ancien détenteur du record de France du saut à la perche en salle (6,00 m).
Palmarès
Jeux olympiques 1 - -
Championnats du monde - - 1
Champ. du monde en salle 1 - 1
Championnats d'Europe - - 2
Champ. d'Europe en salle - 1 -

Jean Galfione, né le 9 juin 1971 à Paris, est un athlète français, spécialiste du saut à la perche.

En 1996, à Atlanta, il devient champion olympique du saut à la perche en effaçant une barre à 5,92 m, nouveau record olympique. Premier français à franchir la barre des six mètres, le 6 mars 1999 à l'occasion de sa victoire aux Championnats du monde en salle de Maebashi, il détient le record de France en plein air de 1993 à 2009.

Depuis 2005, Jean Galfione se consacre à la voile, sa deuxième passion. Il est désormais le skipper du Team Serenis Consulting[1] et prépare la Route du Rhum 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Jean Galfione naît en 1971 à Paris dans une famille sportive. Fils d'une ancienne gymnaste et d'un ancien escrimeur de haut niveau, il est par ailleurs le neveu de Jean-Claude Magnan, vice-champion olympique de fleuret en 1964. Il découvre le saut à la perche à l'âge de treize ans alors qu'il pratique les épreuves combinées au Stade français. Repéré par Maurice Houvion[2], entraîneur à l'INSEP, il se consacre pleinement à cette discipline et établit un nouveau record de France cadets en 1988 (5,16 m). En 1990, il remporte son premier titre international lors des Championnats du monde junior de Plovdiv avec un saut à 5,45 m. Il franchit 5,80 m en 1991, puis 5,90 m l'année suivante lors du meeting de Saint-Denis.

En début d'année 1993, Galfione décroche la médaille de bronze des Mondiaux en salle de Toronto, devancé au nombre d'essais par Grigoriy Yegorov, et obtient en août, une place de finaliste (8e) lors des Championnats du monde de Stuttgart avec 5,70 m[3]. En 1994, le Français termine troisième de la finale de la perche des Championnats d'Europe d'Helsinki remportée par Rodion Gataullin. Peu avant la compétition, il porte le record de France à 5,94 m.

L'année suivante, il remporte à Göteborg la médaille de bronze des Championnats du monde 1995 avec un saut à 5,86 m. Il est devancé par l'Ukrainien Sergueï Bubka et le Russe Maksim Tarasov[4].

Titre olympique[modifier | modifier le code]

Concours du saut à la perche des Jeux olympiques d'été de 1996.

Le 2 août 1996, Jean Galfione devient champion olympique lors des Jeux d'Atlanta de 1996. Au bout de quatre heures trente de compétition, il établit un nouveau record olympique de la discipline avec 5,92 m et devance finalement le Russe Igor Trandenkov au nombre d'essais, Galfione ayant franchi la barre intermédiaire de 5,86 m dès sa première tentative[5]. Il devient le second athlète français champion olympique à la perche après Pierre Quinon, couronné douze ans plus tôt à Los Angeles. Favori de la compétition, Sergueï Bubka ne participe pas à la finale à la suite de son élimination au stade des qualifications à cause d'une inflammation au tendon d’Achille[6].

En 1998, Galfione réalise 5,97 m au meeting en plein air d'Athènes, et obtient une nouvelle médaille de bronze continentale lors Championnats d'Europe de Budapest. Il se classera également deuxième lors des Goodwill Games de 1998, avec un saut à 5,80 m[7].

Le 5 mars 1999, à l'occasion des Championnats du monde indoor de Maebashi, il entre dans le club fermé des perchistes ayant franchi la barre des six mètres. Le Français établit un nouveau record des Championnats avec 6,00 m et devance l'Américain Jeff Hartwig de cinq centimètres[8]. Le 23 juillet 1999, il bat son propre record de France en plein air en réalisant 5,98 m à Amiens[9] ; mais est éliminé dès les qualifications des Championnats du monde de Séville, ne parvenant pas à franchir la moindre hauteur.

Durant la saison 2000, Galfione doit faire face à plusieurs blessures, notamment par une tendinite à la cheville gauche, et doit subir par ailleurs une opération d'un pneumothorax[10]. Il parvient néanmoins à se qualifier pour les Jeux olympiques de Sydney mais est éliminé en qualifications. Il est handicapé en 2001 et 2002 par une blessure au tendon d'Achille qui occasionnera une nouvelle opération. Ne parvenant pas à réaliser les minimas de qualification pour les Mondiaux de Paris en 2003, il refuse une invitation du Directeur technique national français et déclare forfait.

Jean Galfione décide de mettre à un terme à sa carrière à la fin de l'été 2005. Il obtient en début d'année une sixième place lors des Championnats d'Europe en salle et ne parvient pas à se qualifier pour la finale des Championnats du monde d'Helsinki (5,45 m en qualifications).

Reconversion[modifier | modifier le code]

Jean Galfione à bord de son class40, Serenis Consulting

Après son retrait des pistes d'athlétisme, il décide de se consacrer à l'une de ses autres passions, la voile, en rejoignant comme « grinder » l'équipe de K-Challenge, le syndicat français qui participe à la Coupe de l'America en 2007[11]. Cette aventure se solde par une 8e place lors des éliminatoires de la Coupe Louis Vuitton 2007.

Jean Galfione commente les compétitions d'athlétisme sur la chaine de télévision Canal+ avec Grégoire Margotton.

Il présente également, pour la chaîne Voyage, un certain nombre de reportages sur les côtes françaises, à bord de son voilier[12] dans l'émission La mer en face.

Il participe à la Transat La Solidaire du Chocolat de Nantes / Saint-Nazaire à Progreso dans la province du Yucatan au Mexique, transat en double sur Class40 dont le départ a été donné le 11 mars 2012.

En 2014, il navigue sur Serenis Consulting et prépare la Route du Rhum, célèbre transatlantique en solitaire, dont le départ sera donné le 2 novembre de Saint-Malo. Il a terminé 5ème du Grand Prix Guyader à Douarnenez au mois de mai et participe également à la Normandy Channel Race aux côtés de Roland Jourdain.

Palmarès[modifier | modifier le code]

International[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Performance
1990 Championnats du monde junior Plovdiv 1er 5,45 m
1991 Championnats du monde Tokyo 10e 5,40 m
1992 Jeux olympiques Barcelone Qualif. 5,50 m
1993 Championnats du monde en salle Toronto 3e 5,80 m
Championnats du monde Stuttgart 8e 5,70 m
Universiade d'été Buffalo 3e 5,60 m
Jeux méditerranéens Languedoc-Roussillon 3e
1994 Championnats d'Europe en salle Paris 2e 5,80 m
Championnats d'Europe Helsinki 3e 5,85 m
Coupe d'Europe des nations Birmingham 1er 5,70 m
Coupe du monde des nations Londres 2e 5,75 m
1995 Championnats du monde Göteborg 3e 5,86 m
1996 Jeux olympiques Atlanta 1er 5,92 m
1997 Coupe d'Europe des nations Munich 2e 5,75 m
1998 Championnats d'Europe Budapest 3e 5,76 m
Goodwill Games Uniondale 2e 5,80 m
1999 Championnats du monde en salle Maebashi 1er 6,00 m
2005 Championnats d'Europe en salle Madrid 6e 5,60 m

National[modifier | modifier le code]

  • Champion de France seniors 1993, 1994, 1995, 1996, 1997 et 1998
  • Champion de France en salle en 1990, 1993 et 1994
  • 36 sélections en équipe de France A, de 1990 à 2005 (et 5 en juniors)

Records[modifier | modifier le code]

Ses records personnels en compétition sont de :

  • 6,00 m (ancien record de France en salle, 1999)
  • 5,98 m (ancien record de France en plein air, 1999) (et à 4 autres reprises, en 1993 - 2 fois, 1994 et 1998)
  • 5,92 m (ancien record olympique, 1996, aujourd'hui détenu par le Français Renaud Lavillenie aux Olympiades londoniennes le 10 août 2012)
  • 5,60 m (record de France juniors en salle, 1990)
  • 5,16 m (ancien record de France cadet, 1988)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Team Serenis Consulting », sur www.teamserenisconsulting.com (consulté le 15 mai 2014)
  2. Jean Galfione et Maurice Houvion : l’association de bienfaiteurs, L'Humanité.fr, 5 août 1996
  3. (en) « Résultats du concours du saut à la perche des Championnats du monde de 1993 », IAAF (consulté le 30 septembre 2011)
  4. (en) « Résultats du concours du saut à la perche des Championnats du monde de 1995 », IAAF (consulté le 30 septembre 2011)
  5. Détail du concours du saut à la perche des Jeux olympiques d'Atlanta en 1996, consulté le 22 janvier 2009
  6. (en) « Achilles injury forces Bubka out again », Deseret News (consulté le 1er août 1996)
  7. (en) « Résultats des épreuves d'athlétisme aux Goodwill Games de 1998 », Site des Goodwill Games (consulté le 24 mars 2011)
  8. (en) « 6m victory for Galfione as Szabo looks for more Maebashi gold and Fredricks finds his », IAAF,‎ 6 mars 1999
  9. (en) « Galfione breaks French record », IAAF,‎ 24 juillet 1999
  10. (en) « Galfione in Olympic battle for fitness », IAAF,‎ 9 juin 2000
  11. « Jean Galfione : « Je voulais changer d'horizon » », La Dépêche,‎ 26 octobre 2004
  12. « Yoaké et Jean Galfione prennent le large », Télé Obs - Le Nouvel Observateur,‎ 17 mars 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :