Stjepan Mesić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mesić.
Stjepan Mesić
Stjepan Mesić, en 2012.
Stjepan Mesić, en 2012.
Fonctions
2e président de la République de Croatie
18 février 200018 février 2010
(10 ans, 0 mois et 0 jour)
Élection 7 février 2000
Réélection 16 janvier 2005
Premier ministre Ivica Račan
Ivo Sanader
Jadranka Kosor
Prédécesseur Franjo Tuđman
Successeur Ivo Josipović
2e président de la Chambre des représentants
7 septembre 199224 mai 1994
(1 an, 8 mois et 17 jours)
Législature 2e
Prédécesseur Žarko Domljan
Successeur Nedjeljko Mihanović
1er Premier ministre croate
30 mai24 août 1990
(2 mois et 25 jours)
Président Franjo Tuđman
Gouvernement Ier
Législature 1re
Coalition HDZ
Successeur Josip Manolić
13e secrétaire général du
Mouvement des non-alignés
30 juin6 décembre 1991
(5 mois et 6 jours)
Prédécesseur Janez Drnovšek
Successeur Branko Kostić
15e président de la
République fédérative socialiste de Yougoslavie
30 juin6 décembre 1991
(5 mois et 6 jours)
Président du Conseil Ante Marković
Prédécesseur Borisav Jović
Successeur Branko Kostić (poste non occupé)
Biographie
Date de naissance 24 décembre 1934 (79 ans)
Lieu de naissance Orahovica (Yougoslavie)
Parti politique HNS (depuis 1997)
HND (1994-1997)
HDZ (1990-1994)
Diplômé de Université de Zagreb
Profession Juriste

Signature

Stjepan Mesić Stjepan Mesić
Présidents de la RFS Yougoslavie
Premiers ministres croates
Présidents de la République de Croatie

Stjepan « Stipe » Mesić, né le 24 décembre 1934 à Orahovica (Yougoslavie), est un homme d'État croate.

Député au Parlement de Croatie dans les années 1960, Mesić quitte la politique jusque dans les années 1990, lorsqu'il fonde l'Union démocratique croate (HDZ). Il est nommé Premier ministre après la victoire de la HDZ aux législatives de 1990 puis est alors élu représentant croate à la présidence de la République fédérative socialiste de Yougoslavie. D'abord vice-président, il devient, en 1991, le dernier président de la République fédérative socialiste.

Après la dissolution de la Yougoslavie, Mesić est président de la Chambre des représentants de 1992 à 1994. Il se brouille définitivement avec Franjo Tuđman en 1994, puis forme les Démocrates indépendants croates (HND), parti qui fusionne en 1997 avec le Parti populaire croate (HNS).

Après la mort de Franjo Tuđman en 1999, il est élu président de la République de Croatie en février 2000 et réélu à ce poste en janvier 2005. Il est remplacé à ce poste en février 2010 par Ivo Josipović.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les premières années[modifier | modifier le code]

Stjepan Mesić est né à Orahovica, en Slavonie. Il fait ses études à la faculté de droit de Zagreb. Après être devenu avocat, il travaille à Orahovica et à Našice. Il finit son service militaire et travaille comme juge municipal.

Il déménage à Zagreb pour travailler pour la société « Univerzal » en tant que directeur des affaires générales, ce qui impliquait, dans la Yougoslavie communiste, son alignement avec la Ligue des communistes de Yougoslavie.

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

En 1966, ses concitoyens votent spontanément pour lui aux élections municipales et il bat les deux autres candidats, du Parti communiste et de l'Union socialiste des travailleurs. En 1967, il devient maire de Orahovica et membre du Parlement croate. En tant que maire, il tente de construire une usine sur fonds privés mais le projet est arrêté par Tito car perçu comme une tentative d'introduction du capitalisme, ce qui était illégal au vu de la Constitution d'alors.

Un réformateur en prison[modifier | modifier le code]

Au début des années 1970, Mesić apporte son soutien au printemps croate qui, faisant suite à cette « déclaration », appelle à plus de droits pour la Croatie en Yougoslavie concernant l'économie, la politique et la culture. Le gouvernement l'accuse alors d'actes de propagande ennemie. Malgré le fait que seuls 5 des 55 témoins se prononcent contre lui, il est condamné à un an et deux mois de prison. Il fait appel mais il est incarcéré en 1975, pour un an, à la prison de Stara Gradiška. À sa sortie de prison, il ne réapparaitra pas dans la vie publique avant fin 1990.

Les changements des années 1990[modifier | modifier le code]

Un fondateur de la HDZ[modifier | modifier le code]

Absent de la vie politique depuis le début des années 1970, Stjepan Mesić participe en 1990 à la création de l'Union démocratique croate (HDZ) aux côtés de Franjo Tuđman. Il devient cette même année secrétaire général de ce parti puis Premier ministre de Croatie de mai à août 1990 après les premières élections multipartites en Croatie depuis la Seconde Guerre mondiale.

Le dernier président de la Youglosavie communiste[modifier | modifier le code]

Il quitte ce poste pour prendre part à la présidence fédérale de la RFS Yougoslavie, en tant que vice-président.

La présidence tournant annuellement entre les différentes républiques yougoslaves, lorsque le tour de la Croatie arrive le 15 mai 1991, le président en exercice, le représentant de la Serbie Borisav Jović demande contrairement aux règles qu'un vote ait lieu. S'opposent alors à la nomination de Mesić les quatre membres de la présidence que Slobodan Milošević y avait fait nommer à l'issue de ses coups de force de 1987-1990 en Serbie, en Voïvodine, au Monténégro et au Kosovo, tandis que les quatre autres membres le soutiennent (le représentant de la Croatie—c'est-à-dire lui-même, ainsi que ceux de la Slovénie, de la Bosnie-Herzégovine et de la Macédoine).

En juillet 1991, à l'issue des accords de Brioni, le médiateur de la Communauté européenne obtient que la règle constitutionnelle soit appliquée et Mesić est nommé président. Il devient ainsi, en 1991, le dernier président de la Yougoslavie socialiste.

Cependant, il est trop tard : Stipe Mesić n'aura jamais réellement l'autorité du président fédéral, la fonction de commandant en chef de l'armée fédérale (JNA) étant effectivement usurpée par Milošević et ses alliés, dont le secrétaire fédéral de la Défense Veljko Kadijević et son chef d'état-major Blagoje Adžić [1].

Retour en Croatie indépendante et scission de la HDZ[modifier | modifier le code]

Lorsque la Croatie déclare son indépendance en octobre 1991, Mesić quitte son poste de président car il était évident que la République fédérative socialiste de Yougoslavie n'existait plus. Il revient en Croatie en 1992 et devient député à la Chambre des représentants, chambre basse de la Diète. Le 7 février, il en est élu président.

Rapidement, il se brouille avec le président Tuđman qu'il accuse de céder à la branche la plus nationaliste de la HDZ ainsi que de s'arranger avec Slobodan Milošević pour se partager la Bosnie-Herzégovine. Il critique aussi les privatisations en temps de guerre, leur manque de transparence et les profits qu'elles engendrent. En outre, il apporte son soutien à Josip Manolić, président de la Chambre des comitats que Tuđman tente de démettre de ses fonctions, et chef de file des modérés de l'Union démocratique.

En 1994, Mesić quitte la HDZ pour former un nouveau parti, les Démocrates indépendants croate (HND), avant de rejoindre, en 1997, avec la plupart des membres de son parti le Parti populaire croate (HNS).

Président de la République[modifier | modifier le code]

Une élection sans difficultés[modifier | modifier le code]

Stjepan Mesić, le 8 août 2000.

À la suite de la mort de Franjo Tuđman le 10 décembre 1999, une élection présidentielle anticipée est convoquée le 24 janvier 2000. Mesić reçoit l'investiture du HNS, du Parti paysan croate (HSS), du Parti libéral (LS), de la Diète démocrate istrienne (IDS) et de l'Action sociale-démocrate croate (ASH). Au premier tour il se trouvé principalement opposé à Dražen Budiša, député, candidat du Parti social-libéral croate (HSLS) et du Parti social-démocrate de Croatie (SDP) ; et à Mate Granić, ancien ministre des Affaires étrangères et candidat de l'Union démocratique croate (HDZ).

En obtenant 1 100 671 voix, soit 41,1 % des suffrages exprimés, il se classe premier et se qualifie pour le second tour, devançant Budiša de 360 000 voix et Granić de 500 000. Le 7 février, Stjepan Mesić est élu président de la République en remportant 1 433 372 voix, soit 56 % des suffrages exprimés. Dix jours seulement après l'investiture du Premier ministre social-démocrate Ivica Račan, la HDZ se retrouve totalement exclue du pouvoir.

Un pro-européen très critique de Tuđman[modifier | modifier le code]

Il a critiqué durement la politique de l'ancien président Franjo Tuđman, le tenant pour nationaliste et autoritaire, privant de liberté des médias et menant une mauvaise politique économique. Mesić a favorisé alors les investissements étrangers et a mené une politique plus libérale pour la Croatie.

Après les amendements constitutionnels adoptés en septembre 2000, il perd beaucoup des pouvoirs qu'avait son prédécesseur en matière de politique intérieure, transférés au Premier ministre et ses ministres.

Très actif en matière de politique étrangère, Mesić a défendu le projet d'entrée de la Croatie dans l'Union européenne. Il a aussi été à l'origine des excuses au président de l'État de Serbie-et-Monténégro, de la part de la Croatie, pour les crimes de guerre éventuellement commis. Il s'est déclaré réservé au sujet de l'intervention militaire des États-Unis d'Amérique en Irak et a préconisé une action sous l'égide de l'ONU. Il a développé des relations avec la Libye et a rendu visite à plusieurs reprises au colonel Mouammar Kadhafi, contre l'avis du Royaume-Uni et de la diplomatie européenne.

Un président assumant le passé trouble de la Croatie[modifier | modifier le code]

Stjepan Mesić, le 6 mai 2006.

En septembre 2000, suite au mises en accusation du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) et en tant que président, il a mis 7 généraux croates à la retraite, dont Ante Gotovina, qui avaient écrit deux lettres ouvertes accusant le gouvernement de « mener campagne pour criminaliser la guerre d'indépendance et d'accuser et de négliger l'armée croate ». Mesić a affirmé que des officiers ne pouvaient écrire des lettres politiques publiques sans l'accord du commandant en chef. L'opposition d'extrême-droite et le HDZ ont critiqué cette mesure, l'accusant de mettre en danger la sécurité nationale. Mesić confirma sa décision et la réitéra en mettant à la retraite 4 autres généraux.

Mesić a été entendu comme témoin au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) concernant les actions de l'armée croate en Bosnie-Herzégovine. La droite s'interroge sur ses motifs et conteste la véracité de son témoignage ; elle l'accuse d'être un « traître »[2].

Une cohabitation et une réélection facile[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2003, la coalition menée par Ivica Račan vole en éclats. Constatant la répartition des forces politiques, le chef de l'État nomme Ivo Sanader, président de la HDZ au profil pro-européen, au poste de Premier ministre. Pour la première fois depuis son indépendance, la Croatie vit une période de cohabitation.

Dans la perspective de l'élection présidentielle des 2 et 16 janvier 2005, Stjepan Mesić reçoit l'investiture du HNS, du SDP, du HSS, de l'IDS et de petits partis libéraux et régionaux.

Son résultat du premier tour est sensiblement identique à celui de 2000, avec 1 089 398 voix, mais la chute de la participation lui permet de monter jusqu'à 48,9 % des voix. Il rate l'élection au premier tour de 24 139 suffrages et se trouve donc opposé, quinze jours plus tard, à Jadranka Kosor, Vice-Première ministre, ministre de la Famille, candidate de la HDZ, qu'il a devancé de 637 000 voix. Le second tour se révèle sans danger, puisque le président sortant reçoit 1 545 451 voix, ce qui correspond à 65,93 % des suffrages exprimés. Kosor échoue donc largement, puisqu'elle accuse un retard de 702 000 suffrages.

Lorsque Sanader remet sa démission en juillet 2009, Mesić suit la recommandation de la coalition majoritaire et confie à Kosor la direction du gouvernement. C'est la première fois en Croatie qu'une femme prend ainsi la tête de l'exécutif.

À l'issue de son second mandat de cinq ans, il ne peut plus prétendre à la fonction présidentielle. Le 18 février 2010, il transmet ses pouvoirs au social-démocrate Ivo Josipović.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1961, il se marie à Milka Dudundić avec qui il aura deux filles. Stjepan Mesić est ceinture noire de Nanbudo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]