Iran Air

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Iran Air
ایران ایر

Logo de cette compagnie
AITA OACI Indicatif d'appel
IR IRA IRAN AIR
Repères historiques
Date de création 1962
Généralités
Basée à Imam Khomeini International Airport
Autres bases Mehrabad International Airport
Programme de fidélité SkyGift
Taille de la flotte 53 (+35)
Nombre de destinations 55 dans 28 pays
Siège social Téhéran, Iran
Société mère Iran National Airlines Corporation
Dirigeants Saeed Hessami (P-DG)
Site web www.iranair.com
Boeing 747 d'Iran Air
Siège social d'Iran Air
Bureau d'Iran Air à 63 Avenue des Champs-Elysées, 8ème arrondissement, Paris

Iran Air (en persan : ایران ایر) (code AITA : IR ; code OACI : IRA) est la compagnie aérienne nationale de la République islamique d'Iran.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts : l'Iranian Airways[modifier | modifier le code]

L'Iranian Airways est fondée en décembre 1944 par un groupe d'investisseurs privés dont les deux membres les plus actifs furent Reza Afshar et Gholam Hossein Ebtehaj. En mars 1945, la compagnie achète ses trois premiers avions: les mythiques DC-3. Il en achètera encore par la suite jusqu'en posséder une vingtaine au total.

Pour des raisons économiques, il effectue son premier vol entre Téhéran et Mashhad (nord-est de l'Iran). Cela étant dû au fait que la demande pour visiter le mausolée de l'Imam Reza est toujours forte quelle que soit la saison.

Pour des raisons touristiques, les premières destinations internationales proposés sont Baghdad et Le Caire.

Le premier vol international vers Paris se fait via Beyrouth et Athènes. La compagnie ouvrira d'ailleurs sa première agence à l'étranger à Paris en avril 1947. À cette époque, la compagnie compte 400 employés.

À cette époque seule Iran Air débute son activité en tant que compagnie privée jusqu'en août 1961, date à laquelle elle fusionne avec une autre compagnie privée, Pars Airways, pour former la United Iranian Airlines . La compagnie compte alors 700 employés.

Création d'Iran Air et âge d'or : 1962-1979[modifier | modifier le code]

Seulement trois crashs eurent lieu en 1951 et 1952 mais un quatrième crash le 25 décembre 1952 fit 27 morts sur les 29 passagers et membres d'équipages présents. Ces crashs furent la cause de la nationalisation, par le gouvernement, du transport aérien iranien le 24 février 1962. Cela ayant pour but de créer un transporteur aérien international crédible. La nouvelle compagnie s'appelle l'Iran National Airline Corporation (Compagnie Aérienne Nationale d'Iran), en persan 'Havapeimai Melli Iran' ou son acronyme HOMA. Elle est connue internationalement en tant que Iran Air. La nouvelle société acquiert tous les avions de la United Iranian Airlines en achetant toutes les parts de celle-ci.

La compagnie a pour emblème l'oiseau mythique iranien Homa.

Son premier président fut le Major Général Ali Mohammad Khademi. Il le resta pendant 17 ans jusqu'à la révolution. Il développa considérablement la compagnie et en fit l'une des plus rentables du monde.

Les avions utilisés à l'époque sont le Avro York, Douglas DC-3, Douglas DC-6 et le Vickers Viscount. Le transporteur deviendra un membre à part entière de l'IATA en 1964.

En 1965, Iran Air prend livraison de son premier jet, le Boeing 727-100, suivi par le Boeing 737-200 en 1971, puis le Boeing 727-200 en 1974, et trois variantes du Boeing 747s (747-100, -200 et SP) à partir de 1975. Au milieu des années 70, Iran Air dessert plusieurs villes clefs en Europe avec des vols directs ou avec une escale (il y avait plus de 30 vols en semaine pour Londres seulement).

Le 8 octobre 1972, Iran Air place un ordre d'achat avec la British Aircraft Corporation pour deux Concordes plus une option. Cet ordre fut annulé en avril 1980 dans le sillage de la Révolution iranienne, faisant d'Iran Air la dernière compagnie à annuler ces achats de Concorde.

Boeing 747 à Heathrow en 1979

Le 29 mai 1975, la route Téhéran-Londres-New York fut inaugurée avec le Boeing 707s, suivi par les Boeing 747 et 747SP utilisés ensuite. En 1978, la compagnie acquiert six avions Airbus A300B2k pour ses lignes intérieures et régionales principales. À la fin de cette année, Iran Air dessert trente trois destinations internationales s'étalant de New York à Pékin et Tokyo. Des plans furent faits à cette époque pour offrir des vols directs pour Los Angeles et Sydney, pour lequel le Boeing long courrier 747SP était idéalement approprié. Cela aurait permis à Iran Air d'utiliser Téhéran comme point de liaison entre l'Est et l'Ouest à cause de son positionnement géographique favorable. Ce plan ne fut cependant jamais réalisé.

À la fin de 1970, Iran Air était la compagnie aérienne à croissance la plus rapide du monde et l'une des plus profitables. En 1976, Iran Air était classé second derrière Qantas en tant que compagnie la plus sure du monde, n'ayant pas eu d'accident pendant dix années de suite.

Après la Révolution Islamique[modifier | modifier le code]

Quelques mois après l'instauration de la république islamique en 1979, le nom de la compagnie devient Compagnie Aérienne de la République Islamique d'Iran. Iran Air a commencé à réorganiser ses opérations internationales à partir du 26 février 1979, en réduisant le service vers les destinations étrangères. Téhéran a été retenue comme la seule porte d'entrée officielle en Iran, alors que Shiraz pourrait être utilisée comme un remplaçant seulement en cas de nécessité. Les autres villes d'Iran on toutes perdu leur aéroport international au profit du national.

Le dernier départ de Téhéran à New York a eu lieu le 7 novembre 1979. Il a été dérouté à la dernière minute à l'aéroport de Montréal à cause d'un embargo subitement imposé par le gouvernement américain. Par la suite, le Boeing 747 a été utilisé sur les routes européennes et asiatiques. L'acronyme ne correspond plus au nouveau nom mais le logo et le surnom Homa sont néanmoins conservés.

En 1980, le premier des six nouveaux Airbus A300-B2K rejoint la flotte.

atterrissage d'un Boeing 747-200

Après le début de la guerre Iran-Irak en septembre 1980, les vols intérieurs et internationaux Iran Air sont sujet à annulation ou à retard à cause de la situation militaire. Cela continua jusqu'en août 1988, quand le cessez-le-feu prit effet. Depuis le début de la guerre, Abadan a perdu ses liaisons aériennes à cause de la fermeture de son aéroport.

En 1980, Iran Air transporte 1.7 million de passagers. En 1990, le premier de six jets Fokker 100 rejoint la compagnie. En 2001, la compagnie achète six avions d'occasion Airbus A310 (cinq de la série -200 et un de la série -300) depuis que les autorités américaines bloquent l'achat planifié de nouvelles unités de l'Airbus A330. En 2005, le transporteur achète deux Airbus A300-600 à l'Olympic Airlines. Dans le sillage de la tension grandissante entre les États-Unis et le gouvernement iranien à propos du programme nucléaire iranien, les plans de fourniture de pièces de rechange de Boeing ou d'avions pour renouveler la flotte âgée d'Iran Air est bloquée par les États-Unis et certains membres de l'Union Européenne. Cependant un nouvel arrangement entre l'Iran et les États-Unis à la fin 2006 a changé cette situation et permet une révision de la flotte d'Iran Air[1].

La compagnie aérienne est entièrement possédée par le gouvernement iranien et emploie 7,500 employés. Iran Air continue à opérer vers plusieurs destinations autour du monde incluant deux vols journaliers vers plusieurs destinations et continue à être une compagnie à croissance rapide.

Les filiales d'Iran Air[modifier | modifier le code]

Iran Air Cargo[modifier | modifier le code]

Iran Air Cargo est la filiale de marchandises de la compagnie aérienne. Deux Airbus sont achetés en mai 2008 pour reprendre l'activité cargo qui avait été suspendue après l'arrêt de l'unique avion cargo, un 747-200F.

Iran Air Tour[modifier | modifier le code]

Iran Air Tour est une compagnie aérienne à bas prix (low-cost) basée à l'Aéroport international de Mashhad (MHD). Le jet Tu-154M de design soviétique est le principal appareil de la compagnie aérienne, bien que Iran Air Tour ait acquis un certain nombre d'Airbus et de MD-83 pour augmenter ses destinations nationales.

Homa Hotel Group[modifier | modifier le code]

Homa Hotel Group est une chaine d'hôtels de luxe répartis dans les plus grandes villes d'Iran.

Destinations[modifier | modifier le code]

Les destinations actuelles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Destinations d'Iran Air.

Les nouvelles destinations[modifier | modifier le code]

En 2008, la liaison Téhéran-Bangkok est lancée, pendant que Saeed Hessami (le président de la compagnie) a dit à la télévision que Iran Air envisageait de desservir Kuala Lumpur et Sydney ; le dossier est en étude auprès du gouvernement australien.

Codeshare[modifier | modifier le code]

Iran Air a des codeshare (partage de ligne et d'appareils) avec les compagnies suivantes :

Flotte[modifier | modifier le code]

Flotte d'Iran Air
Appareil Total Passagers Lignes Commentaires
Airbus 300 B2k 4 278 Nationales et Internationales
Airbus 300 B4 4 278 Nationales et Internationales
Airbus 300 - 600 4 253-265 Internationales
Airbus A310-200 6 240 Internationales 4 conservés au sol
Airbus A310-300 2 167-203 Internationales
Airbus A320 6 150 Nationales et Internationales
Boeing 727-200 3 154 Nationales et Internationales
Boeing 747-200 4 448 Internationales 1 conservé à Kuala Lumpur
Boeing 747 SP 4 316 Internationales L'appareil EP-IAA a été récemment révisé et remis en service
Fokker F100 16 102 Nationales et Internationales
Tupolev Tu-204-100 35 (En cours d'achat) 5 pour Iran Air Tours
Total 53 + 35 (En cours d'achat)
Flotte d'Iran Air Cargo
Appareil Total
Airbus 300 B4-F 2
Boeing 747-200-F 1
Total 3

Problèmes[modifier | modifier le code]

L'âge moyen de la flotte de Iran Air est de 25,5 ans (2014). Iran Air souhaiterait moderniser sa flotte mais elle ne peut pas en raison des sanctions imposées par le gouvernement des États-Unis. Les compagnies aériennes iraniennes souhaitant acheter un avion fabriqué aux États-Unis peuvent seulement acquérir les avions d'au moins 7 ans auprès d'un tiers plutôt que directement de Boeing. La quantité de parties fabriquées aux États-Unis contenues sur les avions d'Airbus implique qu'il n'est pas non plus possible pour Iran Air d'acheter des Airbus. La compagnie aérienne se dirige donc vers les avions de fabrication russe notamment les Tupolev après l'annonce d'une commande de 18 Tu-204-100.

Plus généralement, le lourdeur bureaucratique du gouvernement iranien empêche la modernisation de la compagnie elle-même, ce qui contribue à augmenter son retard sur les autres lignes aériennes. Il est par exemple notable que les portails d'achat de e-tickets via le Web n'existent toujours pas (à l'exception toutefois d'un accès limité et valable uniquement en Iran même - car seulement accessible aux personnes bénéficiant de mots de passe officiels délivrés par la Compagnie au cas par cas - ce qui de facto limite cet accès aux agences de voyages).

Le 21 mai 2008, l'Union européenne menace de mettre la compagnie sur liste noire si elle ne s'occupe pas de ses problèmes techniques sur ses anciens appareils. Les appareils d'Iran Air sont souvent inspectés à l'arrivée sur ses 11 destinations européennes. Aujourd'hui, certains appareils de la compagnie Iran Air sont inscrits sur la liste noire élaborée par l'Union Européenne.

Modernisation[modifier | modifier le code]

Après les menaces de l'UE et même avant, Iran Air (et sa filiale charter Iran Air Tour) a commencé à moderniser sa flotte principalement avec les appareils russes neufs, seuls appareils qu'elle peut acheter sans restrictions. Après la commande des 18 Tupolev Tu-204 elle en a aussi commandé 5 autres pour sa filiale charter et pense même à en acheter 30 autres. Elle a ensuite commandé deux longs-courriers Ilyushin Il-96. Iran Air a aussi acheté 4 Fokker F100 (équivalent du Airbus A319 ou du Boeing 737) à la compagnie brésilienne TAM.

Accidents[modifier | modifier le code]

Malgré ses anciens appareils Iran Air n'a eu que très peu d'accidents depuis sa création, voici les 5 plus importants :

  • 25 décembre 1952; Iran Air Douglas DC-3; Téhéran, Iran : 27 morts et 2 survivants.
  • 21 janvier 1980; Iran Air Boeing 727 ; près de Téhéran, Iran: L'avion s'est écrasé dans une tempête de neige à l'approche vers l'aéroport de Téhéran. Les 8 membres d'équipage et les 120 passagers ont été tués.
  • Le 3 juillet 1988, le vol 655 de Iran Air volait sur le Golfe Persique allant de Bandar Abbas à Dubaï. Selon la version américaine des événements, le croiseur naval américain "USS Vincennes" a pris l'avion de ligne pour un avion de chasse iranien et l'a abattu avec deux missiles, tuant les 16 membres de l'équipage et les 274 passagers de 6 nationalités différentes. L'Iran considère toujours cet accident comme un "acte de barbarie contre la nation". Les États-Unis ont dédommagé financièrement les proches des victimes. Quelques mois après, les membres de l'équipage naval américain ont reçu des médailles de reconnaissance et ont été nommés "héros" pour avoir protégé la "sécurité américaine". Un journaliste Américain a pu prouver que le groupe naval se trouvait quatre kilomètres à l'intérieur des eaux territoriales iraniennes au moment où les missiles ont été lancés.
  • Le 2 janvier 2008 un Fokker 100 de Iran Air (EP-IDB) avec 100 passagers à bord dérape sur la piste de l'aéroport de Téhéran (Mehrabad) après que son aile a pris feu lors du décollage mais aucun mort ou blessé dans cet accident.
  • Le 9 janvier 2011 un Boeing 727 de Iran Air avec 105 personnes à bord s'écrase dans la ville d'Orumiyeh, située au Nord Ouest de Téhéran en Iran. Il y a 77 morts et 28 survivants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The History of Iranian Commercial Aviation par Abbas Atrvash (en persan). Pour trouver le livre aller sur [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]