Olympic Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Olympic Air

Logo de cette compagnie
AITA OACI Indicatif d'appel
OA OAL OLYMPIC
Repères historiques
Date de création [1]
Date de disparition
Généralités
Basée à Aéroport international d'Athènes Elefthérios-Venizélos
Autres bases Aéroport international de Thessaloniki "Macedonia"
Programme de fidélité Icarus
Taille de la flotte 44[2](2009)
Nombre de destinations 50[3](2009)
Siège social Athènes Drapeau de la Grèce Grèce
Société mère Olympic Airways S.A.[4]
Dirigeants Pyrros D. Papadimitriou[4]
Site web www.olympicairlines.com

Olympic Airlines (code AITA : OA ; code OACI : OAL) était la compagnie aérienne nationale grecque. Sa plateforme de correspondance était située à l’aéroport international d’Athènes. Fondée le 6 avril 1957, elle cessa toutes ses opérations le 29 septembre 2009 pour devenir Olympic Air[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

La première compagnie aérienne publique grecque Icare fut fondée en 1930 mais elle fit rapidement faillite. La Compagnie Grecque de Transport Aérien (Ε.Ε.Ε.Σ. Ελληνική Εταιρεία Εναέριων Συγκοινωνιών) lui succéda. En 1935, TAE (Techniques d'Exploitation Aéronautique Τεχνικαί Αεροπορικαί Εκμεταλλεύσεις), une compagnie privée vint lui faire concurrence.

En 1947, il y avait trois compagnies aériennes en Grèce : TAE, GAT / ΕΛΛ.Α.Σ. (Transport aérien / Ελληνικαί Αεροπορικαί Συγκοινωνίαι) et Lignes Aériennes Helléniques (Α.Μ.Ε. Αεροπορικαί Μεταφοραί Ελλάδος).

Période Onassis[modifier | modifier le code]

En 1951, la mauvaise santé financière de ces trois compagnies poussa l'État grec à les fusionner en une seule compagnie nationale : TAE. Mais, la nouvelle compagnie aérienne confrontée à de sérieuses difficultés financières fit faillite dès 1955.

En juillet 1956, l'État hellénique passa un accord avec l'armateur Aristote Onassis et lui vendit la société. Elle conserva le nom de T.A.E. jusque dans les premiers mois de 1957. Puis, le 6 avril 1957, devint Olympic Airways (Ολυμπιακή Αεροπορία).

La nouvelle compagnie se développa rapidement. En 1960, elle fit voler ses premiers avions à réaction, des de Havilland Comet 4B. Dans le même temps, elle passa un accord de coopération avec BEA pour des vols en partage de code et avec des équipages communs.

En 1966, Olympic reçut son premier Boeing 707-320, le « Ville d'Athènes » qui assurait un service non-stop Athènes-New York (aéroport JFK). En 1968, Olympic reçut son premier Boeing 727-200 et commença à desservir l'Afrique, avec un aller-retour bi-hebdomadaire reliant Athènes à Nairobi et Johannesburg.

En 1971, Olympic créa une filiale,Olympic Aviation Ολυμπιακή Αεροπλοϊα, pour desservir les îles grecques. En 1972, avec ses Boeing 707-320, Olympic se tourna vers l'Australie (Athènes-Sydney), deux fois par semaine via Bangkok et Singapour.

Période post-Onassis[modifier | modifier le code]

Le , un incident changea radicalement le destin de la compagnie. Alexander, le fils d'Aristote Onassis se tua dans un accident d'avion. Quelques mois plus tard, Onassis vendit la totalité de ses actions d'Olympic à l'État grec et mourut peu après (en 1975).

En 1976, compagnie d'État, Olympic acheta onze Boeing 737-200 et créa Olympic Catering, qui approvisionnait aussi bien Olympic que les autres compagnies faisant escale à Athènes.

En 1977, dans un effort de réduction des coûts, Olympic cessa de desservir l'Australie, puis le Canada en 1978. Cette même année, Olympic passa commande de quatre Airbus A300, plus quatre options.

En 1984, avec trois nouveaux Boeing 747-200 achetés à Singapore Airlines, les liaisons avec le Canada et l'Australie ont été rétablies. Une nouvelle division Olympic Airways Cargo a été créée, grâce à la conversion du Boeing 707-320 « ville de Lindos », mais le succès ne fut pas au rendez-vous. En 1986, les difficultés s'accentuèrent : grèves et déficit de plus en plus important.

La gestion financière a été considérée comme responsable des graves difficultés financières des années 1980, ainsi que les vols gratuits accordés aux hommes politiques et à leur famille.

Olympic AirTours (Ολυμπιακή Τουριστική) filiale charter fut créée et très vite rebaptisée Macedonian Airlines.

En 1990, une liaison vers Tokyo via Bangkok fut mise en place mais rapidement abandonnée, malgré un taux de remplissage de 95 %.

Olympic continua à acheter des avions (sept Boeing 737-400 d'avion en 1991, ainsi que la version avancée de l'A300, l'A300-600R et quatre Airbus A340-313X en 1999). Mais, en raison de l'augmentation des pertes et des dettes, le gouvernement décida un programme de restructuration qui effacerait toutes les dettes. Mais, ce fut un échec, comme tous les plans suivants. Dans une ultime tentative de rendre la compagnie rentable, elle fut confiée à une filiale de British Airways, Speedwing. Mais, dettes et pertes continuèrent d'augmenter.

D' Olympic Airways à Olympic Airlines[modifier | modifier le code]

En décembre 2003, en raison des pertes excessives, le groupe Olympic Airways (Olympic Airways, Olympic Aviation, Macedonian Airlines, Galileo Hellas, Olympic Fuel Company. Olympic Catering avait été vendu quelques mois plus tôt) fut restructuré par l'État grec qui créa Olympic Airlines SA puis décida de la privatiser en décembre 2004. Mais, la privatisation fut un échec : les acheteurs potentiels (Aegean Airlines, l'allemand LCC DBA et un consortium gréco-américain Olympic Investors se retirèrent) puis les aides d'État (700 millions d'Euros) pour renflouer la compagnie furent déclarées illégales par la Commission européenne qui imposa une forte amende à la compagnie.

Le gouvernement avait prévu de relancer l'entreprise sous forme de compagnie aérienne privée à la fin de 2006, sous le nom Panthéon Airways, dans lequel il serait actionnaire minoritaire, mais ce fut un nouvel échec. Un ballon d'oxygène fut cependant envoyé à Olympic cette même année lorsque les tribunaux obligèrent l'État grec à payer à la compagnie les 564 millions d'Euros qu'il lui devait (subventions des liaisons avec les îles grecques et remboursement du déplacement vers le nouvel aéroport). Mais, l'argent fut utilisé pour payer l'amende de l'UE.

En 2007, Olympic introduisit un système de e-tickets, réservation en ligne, qui remplaçait le vieux système Hermès. Cette même année, Olympic Investors se déclara à nouveau intéressé par le rachat de la compagnie. Mais, en novembre 2007, la compagnie aérienne irlandaise Ryanair porta plainte, affirmant que la Commission européenne n'avait pas tenu compte du fait qu'Olympic n'avait pas remboursé ses dettes. Le 1er décembre 2007, le ministre des transports Kostas Hatzidakis annonça que les dettes du groupe s'élevaient à 2 milliards d'euros, et que la compagnie aérienne sous sa forme actuelle cesserait toute activité en 2008.

Le trafic d'Olympic avait cependant augmenté en 2007 : 5 977 104 passagers contre 5 500 000 passagers en 2006. La compagnie eut un chiffre d'affaires d'environ 780 millions d'euros dont 500 provenaient de vols internationaux.

Disparition[modifier | modifier le code]

Vendredi  : Le ministre grec du Développement Costas Hadzidakis annonce un accord avec le groupe gréco-émirati d'investissements Marfin (MIG) pour le rachat de la compagnie nationale endettée Olympic Airlines après accord de la commission interministérielle des privatisations et de la Commission européenne. Marfin avait déposé le 13 septembre, après l'échec d'un appel d'offre international lancé par le gouvernement en septembre dernier, une offre s'élevant à 45,7 millions d'euros pour le rachat des activités de vol d'Olympic Airlines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Historique
  2. Flotte
  3. Destinations
  4. a et b Informations corporatives
  5. businesstravel.fr 29/09/09

Sur les autres projets Wikimedia :