Étienne-François Geoffroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Geoffroy.
Étienne-François Geoffroy

Étienne-François Geoffroy, né le 13 février 1672 à Paris où il est mort le 6 janvier 1731, est un chimiste et médecin français.

Membre d’une longue lignée d’apothicaires, il bénéficie d’une très bonne formation scientifique. Il voyage dans plusieurs pays d'Europe. Il soutient sa thèse de médecine avec un sujet intitulé Si l'homme a commencé par être un ver. Il est titulaire de la chaire de médecine au Collège royal de 1709 à 1731. Il est doyen de la faculté de médecine de Paris de 1726 à 1729. Il est professeur de chimie au Jardin du roi en remplacement de Guy-Crescent Fagon (1638-1718) et en alternance avec Louis Lémery (1677-1743).

Associé à l'Académie des sciences depuis 1699, il devient pensionnaire le 8 janvier 1716. Son frère est le pharmacien Claude Joseph Geoffroy (1685-1752), membre lui aussi de l'Académie des sciences. Il est élu membre de la Royal Society le 6 juillet 1698.

Il est surtout connu pour ses tables des rapports, qu'il présenta à l'Académie des Sciences en 1718 et 1720. Ce sont des listes d'affinités chimiques, obtenues par l'observation des réactions des substances les unes avec les autres. Elles restèrent en vogue jusqu'à la fin du siècle, avant d'être invalidées par les travaux de Claude Louis Berthollet (1748-1822).

Via le contact de Caspar Neumann (en), un élève de Georg Ernst Stahl, avec les frères Étienne-François et Claude-Joseph Geoffroy a rejoint les idées de phlogistique dans la science française.

Table des rapports (1718) : en haut d'une colonne se trouve une substance avec laquelle toutes les autres en dessous peuvent se combiner

Lien externe[modifier | modifier le code]