Gabriel Fallope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gabriele Falloppio

Gabriele Falloppio ou Gabriele Falloppia (né v. 1523 à Modène - mort le à Padoue), connu dans les lettres françaises sous le nom de Gabriel Fallope et connu dans la République des Lettres sous son nom latin Fallopius, était un naturaliste, un botaniste, un anatomiste et un chirurgien italien du XVIe siècle, considéré comme l'un des plus importants anatomistes et médecins de son époque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gabriele Falloppio a étudié la médecine à l'université de Ferrare, qui était à l'époque l'une des meilleures écoles de médecine d'Europe.

C'était l'âge d'or de l'anatomie et parmi les contemporains de Falloppio on trouvait de grands anatomistes comme Vésale, Eustachius, et Realdo Colombo (à qui il a succédé à Padoue).

Il professa l'anatomie et la chirurgie à l'université de Pise, puis à celle de Padoue.

Il est le premier qui ait élucidé l'ostéologie et l'angiologie exactes du fœtus. Les travaux de Falloppio concernaient surtout l'anatomie de la tête.

Il décrivit avec non moins de justesse :

  • l'organe de l'ouïe, dont le canal tortueux porte encore son nom. Il a apporté des contributions importantes à ce que l'on savait alors de l'oreille interne et a décrit en détail le tympan et ses relations avec l'anneau osseux dans lequel il est situé. Il décrivit aussi la fenêtre circulaire et fenêtre ovale (fenestræ) et leur communication avec le vestibule et la cochlée ;
  • le ligament inguinal, qui va de l'épine iliaque antéro-supérieure à la symphyse pubienne ;
  • les appareils sécréteurs de la bile, de l'urine, de la semence, et les annexes de l'utérus dites « trompes de Fallope ». Il a étudié l'appareil reproducteur des deux sexes, et décrit les trompes de Fallope, qui mènent de l'ovaire à l'utérus et portent depuis lors son nom.
  • L'aquæductus Fallopii, le canal par lequel le nerf facial passe après s'être séparé du nerf auditif, porte également son nom.

Préservatif[modifier | modifier le code]

Il propose l'utilisation de ce que certains ont d'abord cru être un préservatif[1], « fourreau d'étoffe légère, fait sur mesure, pour protéger des maladies vénériennes », pour se protéger de la syphilis dans « De morbo gallico » publié après sa mort en 1564 après avoir testé son efficacité sur 1 100 hommes[2]. Il écrivait en fait : « Demum cum coiverit ponat supra glandem et recurrat praeputium », indiquant qu'il s'agissait d'un remède posé après la relation[3].

Liste partielle des publications[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Searching for Dr Condom, BMJ, 2008;337:a1166
  2. (en) Notice biographique sur le site anglophone « Who Named It? », par Ole Daniel Enersen
  3. Gabriel Fallope (1523 1562) sur medarus.org