Grand Prix automobile des Pays-Bas 1955

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Grand Prix des Pays-Bas 1955

Tracé de la course

Drapeau Circuit de Zandvoort

Données de la course
Nombre de tours 100
Longueur du circuit 4,193 km
Distance de course 419,300 km
Résultats
Vainqueur Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio,
Mercedes-Benz,
h 54 min 23 s 8
(vitesse moyenne : 144,257 km/h)
Pole position Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio,
Mercedes-Benz,
min 40 s 0
(vitesse moyenne : 150,948 km/h)
Record du tour en course Drapeau : Argentine Roberto Mieres,
Maserati,
min 40 s 9
(vitesse moyenne : 149,602 km/h)

Le Grand Prix des Pays-Bas 1955 (VI Grote Prijs van Nederland), disputé sur le circuit de Zandvoort le , est la quarante-sixième épreuve du championnat du monde de Formule 1 courue depuis 1950 et la cinquième manche du championnat 1955.

Contexte avant le Grand Prix[modifier | modifier le code]

Les conséquences de l'accident du Mans[modifier | modifier le code]

Le week-end précédent la course se sont déroulées les 24 Heures du Mans, course marquée par le plus terrible accident ayant frappé le sport automobile, une voiture de course s'étant désintégrée dans le public. Ce drame, qui a causé la mort de 84 personnes, a pour effet immédiat l'interdiction provisoire de la compétition automobile sur circuit en France, mais aussi en Allemagne, en Suisse (où l'interdiction sera définitive) et en Espagne[1], avec pour conséquence l'annulation de quatre Grands Prix de championnat du monde. Faisant face à toute opposition, les organisateurs du Grand-Prix des Pays-Bas ont maintenu l'épreuve, arguant que les conditions de sécurité y étaient suffisantes.

Le championnat du monde[modifier | modifier le code]

Depuis 1954, la Formule 1 suit la réglementation 2,5 litres (moteur 2 500 cm3 atmosphérique ou 750 cm3 suralimenté, carburant libre). Pour la saison 1955, les équipes favorites étaient Mercedes et Lancia, disposant de monoplaces nettement plus rapides que leurs principales rivales Maserati et Ferrari. Mais la disparition fin mai d'Alberto Ascari lors d'essais privés à Monza a privé Lancia de son pilote de pointe, et le constructeur italien a pris la décision de renoncer à la compétition, décision également motivée par de récentes difficultés financières. Vainqueur à deux reprises cette année, le pilote Mercedes Juan Manuel Fangio se trouve en position de force pour l'obtention d'un troisième titre mondial, son rival le plus dangereux étant désormais son coéquipier Stirling Moss, qui compte déjà douze points de retard sur le champion argentin.

Le circuit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : circuit de Zandvoort.
Zandvoort
Le circuit de Zandvoort est situé en bord de mer, à quelques kilomètres d'Haarlem.

Circuit permanent, Zandvoort est situé en Hollande-Septentrionale, à quelques kilomètres d'Haarlem. Cette piste récente (inaugurée en 1948) parcourt les dunes du bord de mer, la présence éventuelle de sable s'avérant souvent gênante pour l'adhérence ainsi que pour la fiabilité des moteurs. Entièrement refait en 1953 juste avant le Grand Prix, le revêtement trop neuf avait alors posé beaucoup de problèmes aux pilotes qui n'avaient pu approcher le record de la piste, détenu depuis 1952 par Alberto Ascari qui en course avait accompli un tour à 137,475 km/h de moyenne sur sa Ferrari.

Monoplaces en lice[modifier | modifier le code]

  • Mercedes-Benz W196 "Usine"
Mercedes-Benz W196
Les Mercedes W196 sont les favorites de la course.

Le constructeur allemand a engagé trois W196 à carrosserie ouverte, deux à empattement moyen (2210 mm) et une à empattement court (2150 mm). Ces voitures pèsent environ 690 kg à vide, leur moteur à huit cylindres en ligne alimenté par injection directe et à distribution desmodromique développant 290 chevaux à 8500 tr/min. La boîte de vitesses ZF est à cinq rapports. Le freinage est assuré par de gros tambours. La monoplace à empattement moyen attribuée à Stirling Moss dispose de quatre freins montés "inboard", celles de Juan Manuel Fangio (empattement court) et de Karl Kling (empattement moyen) ont également des tambours "inboard" à l'arrière, mais des freins dans les roues à l'avant[2].

  • Ferrari 555 "Usine"
Ferrari 555
La Ferrari 555 Supersqualo

Tout comme en Belgique deux semaine auparavant, la Scuderia Ferrari a engagé trois 555 'Supersqualo' (625 kg, moteur à quatre cylindres en ligne, environ 250 chevaux à 7500 tr/min[3]). Si Maurice Trintignant a toujours sa place dans l'équipe, il est désormais épaulé par Eugenio Castellotti (ex pilote Lancia) et par Mike Hawthorn, de retour à la Scuderia après un début de saison sur Vanwall, le constructeur britannique ayant décidé de développer plus avant sa monoplace avant de reprendre la compétition. Ils remplacent Giuseppe Farina (qui envisage une retraite sportive) et Harry Schell, dont les performances ont déçu Enzo Ferrari qui l'a remercié[4]. Johnny Claes est engagé à titre privé, il dispose de l'ancienne Ferrari 500 que son écurie a rachetée à Louis Rosier.


  • Maserati 250F "Usine"
Maserati 250F
Le cockpit de la Maserati 250F.

L'usine a engagé trois 250F pour Jean Behra, Roberto Mieres et Luigi Musso. Récemment recruté, Cesare Perdisa a provisoirement renoncé à la compétition pour raisons familiales[5]. La 250F est équipée d'un moteur six cylindres en ligne développant près de 250 chevaux à 7200 tr/min, la voiture pesant 620 kg[6]. Trois Maserati privées sont également présentes : Louis Rosier et Horace Gould pilotent leurs voitures personnelles, tandis que Stirling Moss a confié la sienne à Peter Walker.

  • Gordini T16 "Usine"

Malgré les problèmes financiers qui l'assaillent, Amédée Gordini est parvenu a engager trois anciens modèles T16 (la nouvelle Type 32 à huit cylindres n'est pas achevée). Ces voitures sont confiées à Robert Manzon, Jacques Pollet et Hermano da Silva Ramos qui effectue ses débuts en championnat du monde. Malgré l'atout de leur faible poids (moins de 600 kg à vide, environ 640 en ordre de marche) sur ce circuit sinueux, le manque de puissance des T16 (à peine 220 chevaux) constitue un handicap insurmontable pour l'obtention d'un résultat tangible[7].

Coureurs inscrits[modifier | modifier le code]

Liste des pilotes inscrits[8]
no  Pilote Écurie Constructeur Modèle Moteur Pneumatiques
2 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
4 Drapeau : France Maurice Trintignant Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
6 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Scuderia Ferrari Ferrari Ferrari 555 Ferrari L4 E
8 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
10 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
12 Drapeau : Allemagne Karl Kling Daimler Benz AG Mercedes-Benz Mercedes-Benz W196 Mercedes-Benz L8 C
14 Drapeau : France Jean Behra Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
16 Drapeau : Argentine Roberto Mieres Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
18 Drapeau : Italie Luigi Musso Officine Alfieri Maserati Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
20 Drapeau : France Robert Manzon Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
22 Drapeau : Brésil Hermano da Silva Ramos Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
24 Drapeau : France Jacques Pollet Équipe Gordini Gordini Gordini T16 Gordini L6 E
26 Drapeau : Royaume-Uni Peter Walker Stirling Moss Maserati Maserati 250F Maserati L6 D
28 Drapeau : France Louis Rosier Écurie Rosier Maserati Maserati 250F Maserati L6 P
30 Drapeau : Belgique Johnny Claes Écurie nationale belge Ferrari Ferrari 500 Ferrari L4 E
32 Drapeau : Royaume-Uni Horace Gould Gould's Garage Maserati Maserati 250F Maserati L6 D

Qualifications[modifier | modifier le code]

Les séances qualificatives se déroulent les vendredi et samedi précédant la course. Elles vont être totalement dominées par les pilotes Mercedes. C'est tout d'abord Stirling Moss qui se montre le plus rapide le vendredi après-midi, bouclant son meilleur tour en 1 min 40 s 4[9] (150,3 km/h), soit 13 km/h plus vite que le record officiel de la piste ! Le lendemain, c'est au tour de Juan Manuel Fangio de se montrer le plus rapide, battant son coéquipier de quatre dixièmes avec un tour à près de 151 km/h de moyenne, qui lui vaut la pole position. Karl Kling est un peu moins à l'aise, mais réalise néanmoins le troisième temps absolu, reléguant pour un dixième de seconde Luigi Musso (Maserati) en deuxième ligne. Les trois Mercedes s'élanceront donc de la première ligne, avec Fangio (à l'intérieur), Moss et Kling. Pour son retour dans la Scuderia Ferrari, Mike Hawthorn s'est montré plus rapide que ses coéquipiers Maurice Trintignant et Eugenio Castellotti. Cinquième temps, il partira en seconde lignes au côté de Musso. Encore légèrement handicapé par sa blessure à la jambe subie au Mans, Jean Behra a égalé le temps de Hawthorn et partira à l'intérieur de la troisième ligne.

Fangio
Juan Manuel Fangio, une nouvelle fois le plus rapide aux essais.
Résultats des qualifications
Pos. no  Pilote Écurie Temps Écart
1 8 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Mercedes-Benz 1 min 40 s 0
2 10 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Mercedes-Benz 1 min 40 s 4 + 0 s 4
3 12 Drapeau : Allemagne Karl Kling Mercedes-Benz 1 min 41 s 1 + 1 s 1
4 18 Drapeau : Italie Luigi Musso Maserati 1 min 41 s 2 + 1 s 2
5 2 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Ferrari 1 min 41 s 5 + 1 s 5
6 14 Drapeau : France Jean Behra Maserati 1 min 41 s 5 + 1 s 5
7 16 Drapeau : Argentine Roberto Mieres Maserati 1 min 42 s 1 + 2 s 1
8 4 Drapeau : France Maurice Trintignant Ferrari 1 min 42 s 4 + 2 s 4
9 6 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Ferrari 1 min 42 s 7 + 2 s 7
10 26 Drapeau : Royaume-Uni Peter Walker Maserati 1 min 44 s 9 + 4 s 9
11 20 Drapeau : France Robert Manzon Gordini 1 min 46 s 0 + 6 s 0
12 24 Drapeau : France Jacques Pollet Gordini 1 min 48 s 6 + 8 s 6
13 28 Drapeau : France Louis Rosier Maserati 1 min 49 s 2 + 9 s 2
14 22 Drapeau : Brésil Hermano da Silva Ramos Gordini 1 min 50 s 2 + 10 s 2
15 32 Drapeau : Royaume-Uni Horace Gould Maserati 1 min 50 s 4 + 10 s 4
16 30 Drapeau : Belgique Johnny Claes Ferrari 1 min 53 s 3 + 13 s 3

Grille de départ du Grand Prix[modifier | modifier le code]

Grille de départ du Grand Prix et résultats des qualifications[9]
1re ligne Pos. 3 Pos. 2 Pos. 1
Drapeau : Allemagne
Kling
Mercedes-Benz
1 min 41 s 1
Drapeau : Royaume-Uni
Moss
Mercedes-Benz
1 min 40 s 4
Drapeau : Argentine
Fangio
Mercedes-Benz
1 min 40 s 0
2e ligne Pos. 5 Pos. 4
Drapeau : Royaume-Uni
Hawthorn
Ferrari
1 min 41 s 5
Drapeau : Italie
Musso
Maserati
1 min 41 s 2
3e ligne Pos. 8 Pos. 7 Pos. 6
Drapeau : France
Trintignant
Ferrari
1 min 42 s 4
Drapeau : Argentine
Mieres
Maserati
1 min 42 s 1
Drapeau : France
Behra
Maserati
1 min 41 s 5
4e ligne Pos. 10 Pos. 9
Drapeau : Royaume-Uni
Walker
Maserati
1 min 44 s 9
Drapeau : Italie
Castellotti
Ferrari
1 min 42 s 7
5e ligne Pos. 13 Pos. 12 Pos. 11
Drapeau : France
Rosier
Maserati
1 min 49 s 2
Drapeau : France
Pollet
Gordini
1 min 48 s 6
Drapeau : France
Manzon
Gordini
1 min 46 s 0
6e ligne Pos. 15 Pos. 14
Drapeau : Royaume-Uni
Gould
Maserati
1 min 50 s 4
Drapeau : Brésil
Silva Ramos
Gordini
1 min 50 s 2
7e ligne Pos. 16
Drapeau : Belgique
Claes
Ferrari
1 min 53 s 3

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Moss
Stirling Moss, sur Mercedes, avant le départ de la course.

Le départ est donné par un temps assez froid et couvert, la piste étant sèche. C'est une nouvelle fois Juan Manuel Fangio (en pole position sur sa Mercedes) qui est le plus vite en action, et qui sort en tête du premier virage devant la Maserati de Luigi Musso, auteur d'un très bon départ depuis la deuxième ligne. Viennent ensuite les deux autres Mercedes de Stirling Moss et Karl Kling, puis la Maserati de Jean Behra et la Gordini de Robert Manzon[5], ce dernier ayant dépassé cinq concurrents au premier freinage. Au premier passage devant les tribunes, Fangio, Musso et Moss passent groupés dans cet ordre, ayant creusé l'écart sur Kling et Behra. On trouve ensuite les deux Ferrari de Mike Hawthorn et Maurice Trintignant et la Maserati de Roberto Mieres, tous trois ayant doublé Manzon au cours de ce premier tour. Au freinage de l'épingle, Moss déborde Musso et prend la roue de son coéquipier Fangio. Le pilote italien tente de rester dans le sillage des deux Mercedes de tête, mais va progressivement perdre du terrain, au rythme d'une demi-seconde par tour. Fangio et Moss vont dès lors accomplir l'entièreté de la course roues dans roues, sans être inquiétés. L'intérêt de l'épreuve se reporte désormais sur la lutte pour les places d'honneur. Behra a dépassé Kling au cours du second tour, mais encore handicapé par ses récentes blessures du Mans, le pilote français ne peut suivre le train de son coéquipier Musso. Très incisif, Mieres a débordé Trintignant au quatrième tour, puis Hawthorn deux boucles plus tard, et réduit progressivement l'écart sur Kling. Ce dernier va effectuer un tête-à-queue au cours du vingt-deuxième tour. Moteur calé, il ne parvient pas à reprendre la course. Derrière les deux Mercedes de tête, toujours roues dans roues, on trouve alors les trois Maserati de Musso (à environ dix secondes), Behra et Mieres (à une trentaine de secondes).

La course devient monotone, les positions en tête restant inchangées au cours des vingt-cinq tours suivants. Au quarante-septième tour, Mieres parvient à dépasser Behra qu'il talonnait depuis un long moment. À mi-distance, Fangio et Moss, qui ne prennent aucun risque, comptent dix-sept secondes d'avance sur Musso. À plus d'une minute viennent ensuite Mieres et Behra, ce dernier commençant à connaître des problèmes d'embrayage qui vont le contraindre à un arrêt au stand. Derrière, les Ferrari de Trintignant, Castellotti et Hawthorn comptent déjà plus d'un tour de retard. Au soixantième tour, l’apparition de la pluie ne fait que renforcer la domination des Mercedes, qui se montrent très à l'aise sur la piste humide. Contrairement à Musso, qui dans ces conditions va effectuer un tête-à-queue, perdant une vingtaine de secondes. Il conserve toutefois sa troisième place.

Hormis l'abandon de Trintignant, boîte de vitesses cassée au soixante-sixième tour alors qu'il était cinquième, les positions ne vont plus évoluer jusqu'à la fin de la course, les deux Mercedes de Fangio et Moss terminant loin devant les Maserati de Musso et Mieres. Grâce à cette nouvelle victoire, Fangio prend une sérieuse option sur le titre mondial, qu'il est en passe de remporter pour la troisième fois.

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des monoplaces aux premier, deuxième, cinquième, dixième, vingtième, trente-cinquième, cinquantième, soixantième et soixante-quinzième tours[10].

Classement de la course[modifier | modifier le code]

Pos No Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 8 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Mercedes-Benz 100 2 h 54 min 23 s 8 1 8
2 10 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Mercedes-Benz 100 + 0 s 3 2 6
3 18 Drapeau : Italie Luigi Musso Maserati 100 + 57 s 1 4 4
4 16 Drapeau : Argentine Roberto Mieres Maserati 99 + 1 tour 7 4
5 6 Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Ferrari 97 + 3 tours 9 2
6 14 Drapeau : France Jean Behra Maserati 97 + 3 tours 6
7 2 Drapeau : Royaume-Uni Mike Hawthorn Ferrari 95 + 5 tours 5
8 22 Drapeau : Brésil Hermano da Silva Ramos Gordini 92 + 8 tours 14
9 28 Drapeau : France Louis Rosier Maserati 92 + 8 tours 13
10 24 Drapeau : France Jacques Pollet Gordini 90 + 10 tours 12
11 30 Drapeau : Belgique Johnny Claes Ferrari 88 + 12 tours 16
Abd. 4 Drapeau : France Maurice Trintignant Ferrari 65 Boîte de vitesses 8
Abd. 20 Drapeau : France Robert Manzon Gordini 44 Transmission 11
Abd. 32 Drapeau : Royaume-Uni Horace Gould Maserati 23 Sortie de piste 15
Abd. 12 Drapeau : Allemagne Karl Kling Mercedes-Benz 21 Sortie de piste 3
Abd. 26 Drapeau : Royaume-Uni Peter Walker Maserati 2 Roulement de roue 10

Légende:

  • Abd.=Abandon

Pole position et record du tour[modifier | modifier le code]

Tours en tête[modifier | modifier le code]

Classement général à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

  • attribution des points : 8, 6, 4, 3, 2 respectivement aux cinq premiers de chaque épreuve et 1 point supplémentaire pour le pilote ayant accompli le meilleur tour en course (signalé par un astérisque)
  • Le règlement permet aux pilotes de se relayer sur une même voiture, les points éventuellement acquis étant alors partagés. En Argentine, González, Farina et Trintignant marquent chacun deux points pour leur deuxième place, Farina, Trintignant et Maglioli marquent chacun un point un tiers pour leur troisième place, Herrmann, Kling et Moss marquent chacun un point pour leur quatrième place. Fait exceptionnel, Farina et Trintignant cumulent les points des deuxième et troisième places. À Monaco, Behra et Perdisa marquent chacun deux points pour leur troisième place. À Indianapolis, Bettenhausen et Russo marquent chacun trois points pour leur seconde place, Faulkner et Homeier chacun un point pour leur cinquième place. En Belgique, Mieres et Behra marquent chacun un point pour leur cinquième place.
  • Sur onze épreuves qualificatives initialement prévues pour le championnat du monde 1955, sept seulement seront effectivement courues, les Grands Prix de France (programmé le 3 juillet), d'Allemagne (programmé le 31 juillet), de Suisse (programmé le 21 août) et d'Espagne (programmé le 23 octobre) ayant été annulés au lendemain de la catastrophe des 24 Heures du Mans[9].
Classement des pilotes
Pos. Pilote Écurie Points Drapeau : Argentine
ARG
Drapeau : Monaco
MON
États-Unis
500
Drapeau : Belgique
BEL
Drapeau : Pays-Bas
NL
Drapeau : Royaume-Uni
GBR
Drapeau : Italie
ITA
1 Drapeau : Argentine Juan Manuel Fangio Mercedes-Benz 27 9* 1* - 9* 8
2 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Mercedes-Benz 13 1 - - 6 6
3 Drapeau : France Maurice Trintignant Ferrari 11,33 3,33 8 - - -
4 Drapeau : Italie Giuseppe Farina Ferrari 10,33 3,33 3 - 4 -
5 États-Unis Bob Sweikert Kurtis Kraft 8 - - 8 - -
Drapeau : Italie Eugenio Castellotti Lancia & Ferrari 8 - 6 - - 2
7 Drapeau : Argentine Roberto Mieres Maserati 7 2 - - 1 4*
8 États-Unis Jimmy Davies Kurtis Kraft 4 - - 4 - -
Drapeau : Italie Luigi Musso Maserati 4 - - - - 4
10 États-Unis Tony Bettenhausen Kurtis Kraft 3 - - 3 - -
États-Unis Paul Russo Kurtis Kraft 3 - - 3 - -
Drapeau : France Jean Behra Maserati 3 - 2 - 1 -
États-Unis Johnny Thomson Kuzma 3 - - 3 - -
Drapeau : Belgique Paul Frère Ferrari 3 - - - 3 -
15 Drapeau : Argentine José Froilán González Ferrari 2 2 - - - -
Drapeau : Italie Cesare Perdisa Maserati 2 - 2 - - -
Drapeau : Italie Luigi Villoresi Lancia 2 - 2 - - -
18 Drapeau : Italie Umberto Maglioli Ferrari 1,33 1,33 - - - -
19 Drapeau : Allemagne Hans Herrmann Mercedes-Benz 1 1 - - - -
Drapeau : Allemagne Karl Kling Mercedes-Benz 1 1 - - - -
États-Unis Walt Faulkner Kurtis Kraft 1 - - 1 - -
États-Unis Bill Homeier Kurtis Kraft 1 - - 1 - -
États-Unis Bill Vukovich Kurtis Kraft 1 - - 1* - -

À noter[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Johnny Rives, L’Equipe, 50 ans de Formule 1 - tome 1 : 1950-1978, SNC L’Equipe,‎ , 233 p. (ISBN 2-7021-3009-7)
  2. Pierre Dieudonné, « Essai rétro : Mercedes-Benz W196 », Revue Auto hebdo, no 321,‎
  3. (en) Mike Lawrence, Grand Prix Cars 1945-65, Motor racing Publications,‎ , 264 p. (ISBN 1-899870-39-3)
  4. Gérard Crombac, 50 ans de formule 1 - Les années Fangio, Editions E-T-A-I,‎ , 224 p. (ISBN 2-7268-8336-2)
  5. a et b L'année automobile 1955-1956 - éditeur : Edita S.A., Lausanne
  6. Denis Bernard, « Grand Prix de Monaco 1955 », Automobile historique, no 17,‎
  7. Christian Huet, Gordini Un sorcier une équipe, Editions Christian Huet,‎ , 485 p. (ISBN 2-9500432-0-8)
  8. (en) Bruce Jones, The complete Encyclopedia of Formula One, Colour Library Direct,‎ , 647 p. (ISBN 1-84100-064-7)
  9. a, b, c et d (en) Mike Lang, Grand Prix volume 1, Haynes Publishing Group,‎ , 288 p. (ISBN 0-85429-276-4)
  10. Edmond Cohin, L'historique de la course automobile, Editions Larivière,‎ , 882 p.