Goliath (chenillé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goliath.
Montage d'un Goliath Sd. Kfz. 303 par des soldats allemands lors de l'Insurrection de Varsovie de 1944.
Soldats britanniques avec des engins Goliath capturés en Normandie.
Un Goliath dans le Deutsches Panzermuseum.
Intérieur d'un Goliath Sd. Kfz. 303.

Le Goliath est un petit engin chenillé filoguidé utilisé par la Wehrmacht lors de la Seconde Guerre mondiale. D’une masse de 365 kg à 430 kg selon les types, il disposait d'une charge d'explosifs de 60 à 100 kg, pouvant être actionnée à distance, afin de détruire un char ou une place fortifiée. Chaque Goliath était prévu pour être détruit avec sa cible.

Historique[modifier | modifier le code]

Goliath au Musée de la Libération, Fort de la Montagne du Roule, Cherbourg-Octeville

En juin 1940, après avoir confisqué dans un laboratoire à Croissy-sur-Seine le prototype d'un véhicule miniature développé par le concepteur français Adolphe Kégresse, le bureau de l'ordonnance de la Wehrmacht demanda le développement par la compagnie automobile Borgward de Brême d'un véhicule semblable afin de transporter des explosifs à distance. Le résultat fut le Sd.Kfz. 302 (Sonderkraftfahrzeug, « véhicule spécial ») appelé le Leichter Ladungsträger (« porteur de charge léger ») ou Goliath. Le véhicule était dirigé à distance par l'intermédiaire d'une boîte de commande munie d'un manche à balai, qui était relié au Goliath par deux câbles téléphoniques se connectant à l'arrière du véhicule. Le premier modèle du Goliath utilisait un moteur électrique pour se mouvoir mais à cause de son coût et de ses difficultés de réparation, le modèle suivant (connu sous le nom de Sd. Kfz. 303) utilisa un moteur à essence plus simple et plus fiable[1].

Le Goliath fut utilisé par l’offensive allemande pour neutraliser un gigantesque champ de mines défensif lors de la bataille de Koursk en 1943. Plus tard, lors de l'insurrection de Varsovie de 1944, ils furent ensuite employés par les unités SS. Les Polonais, avec le nombre restreint d'armes antichars à leur disposition, envoyaient souvent des volontaires pour couper les câbles de commande du Goliath avant qu'il n'atteigne sa cible. Ces résultats ont prouvé que si le Goliath n'était pas couvert par un tir de suppression, ses câbles de commande pouvaient être facilement sectionnés par un combattant déterminé, juste équipé d'une pelle.

Il est ensuite également présent sur les plages du débarquement en Normandie. Les Goliaths avaient cependant été mal entretenus et étaient fragiles du fait de la corrosion due à l'air marin. Pour preuve, à Utah Beach, un seul de ces chars explosa, les autres étant trop rouillés ou leurs câbles trop abîmés par l'artillerie, pour pouvoir être opérationnels. Bien qu'un total de 7 564 Goliaths des deux modèles aient été produits, cette arme à usage unique n'a pas été considérée comme une réussite en raison de son prix de revient unitaire élevé, de sa vitesse très lente (9,5 km/h), de son mince blindage qui ne le protégeait contre aucun type d'armes antichars modernes, et de ses câbles de commande vulnérables.

Le Goliath créa la base pour les avancées post-Seconde Guerre mondiale en matière de technologies de contrôle distant (drone).

Plusieurs exemplaires sont conservés dans des musées, entre autres, un exemplaire de ce « mini-char » est exposé au musée du Débarquement de Sainte-Marie-du-Mont, au musée de la Libération de Cherbourg-Octeville, au musée Guerre et Paix en Ardennes à Novion-Porcien ainsi qu’au Deutsches Panzermuseum Munster à Munster (Örtze).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter Chamberlain, Hilary L. Doyle, Encyclopedia of German Tanks of World War Two, 2nd ed. Londres, Arms & Armour, 1999 (ISBN 1-85409-214-6).
  • (en) Markus Jaugitz, Funklenkpanzer: A History of German Army Remote-and Radio-Controlled Armor Units, trad. de l'allemand par David Johnston, Winnipeg, Manitoba : J.J. Fedorowicz Publishing, Inc., 2001 (ISBN 0-921991-58-4).
  • (en) Thomas L. Jentz, Panzer Tracts no 14 Gepanzerte Pionier-Fahrzeuge (Armored Combat Engineer Vehicles) - Goliath to Raeumer, S. Darlington, Maryland, Darlington Productions, 1998 (ISBN 1-892848-00-7).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leichter Ladunsträger SdKfz 303 ( Goliath ) Sur le site 2iemeguerre.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]