Sturmpanzer IV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sturmpanzer IV Brummbär
Image illustrative de l'article Sturmpanzer IV
Caractéristiques générales
Équipage 5 (conducteur, commandant,
canonnier, 2 chargeurs)
Longueur 5,9 m
Largeur 2,88 m
Hauteur 2,5 m
Masse au combat 28,2 tonnes
Armement
Armement principal 15cm StuH 43 L/12
Armement secondaire 1 MG34
Mobilité
Moteur Maybach HL120TRM1 essence
Puissance 300 ch (220,6 kW)
Suspension Ressort à lames
Vitesse sur route 40 km/h (route)
24 km/h (tout-terrain)
Puissance massique 10,64 ch/tonne
Autonomie 210 km (route)

Le SdKfz 166 « Sturmpanzer IV Brummbär » (Ours gris) ou « Stupa » était un canon d’assaut destiné au soutien de l’infanterie, basé sur le châssis du Panzer IV et utilisé par la Wehrmacht au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Développement[modifier | modifier le code]

Le Sturmpanzer IV fut conçu pour fournir un appui feu direct à l’infanterie, particulièrement en milieu urbain. Des véhicules antérieurs comme le Sturminfanteriegeschutz 33 B ou encore le StuG III, n’étaient pas entièrement appropriés pour ce rôle, et il fut par conséquent décidé au début de 1942 de développer un nouveau véhicule. Le résultat de ces recherches fut l'adaptation d'une superstructure au blindage épais (100 mm sur l'avant, 50 mm sur les côtés), abritant un obusier de 150 mm SIG 33, sur un châssis de Panzer IV Ausf. E ou F, l'obusier pouvant tirer des obus explosifs ou des obus anti-char à charge creuse. Il pouvait emporter trente trois obus avec différentes charges propulsives.

La conception originale du Sturmpanzer IV souffrait d’une série de défauts qui furent peu à peu résolus au cours du processus de production. Le plus important était le poids élevé et le fort recul de l’obusier StuH 43, qui surchargeait le châssis Panzer IV et faisait de l’ensemble un véhicule de poids très élevé. En outre, les premiers véhicules souffraient de ruptures de transmission et leur moteur manquait de puissance.

Une autre faiblesse résidait dans l’absence de mitrailleuse, ce qui facilitait les attaques à courtes portée de l’infanterie. Les premières versions emportaient à l’intérieur un pistolet mitrailleur MP40 qu’on pouvait utiliser au travers de meurtrières se trouvant sur le côté de la superstructure.

En octobre 1943, il fut décidé de redessiner la structure du Sturmpanzer IV ainsi que l’obusier StuH 43 en vue de remédier à ces défauts. Une version nouvelle et allégée du canon StuH 43 fut mise en production, le StuH 43/1 L/12. Il fut utilisé à partir de la seconde série mise en production.

À la mi-1944, on ajouta une nouvelle superstructure qui présentait un manteau redessiné ainsi qu’une réduction générale de sa hauteur. Cette nouvelle conception introduisait aussi à l’avant un support pour installer une mitrailleuse MG34 munie de 600 coups.

Production[modifier | modifier le code]

La production commença en mai 1943 et se poursuivit jusqu’en mars 1945. Un total de 298 Sturmpanzer IV furent construits, en quatre séries. Au début, on utilisa de nouveaux châssis de Panzer IV, mais à partir de la mise en production de la seconde série, on construisit sur des châssis récupérés de Panzer IV Ausf. F, Ausf. G et Ausf. H.

Un modèle tardif, le Sd.Kfz. 166, Sturmpanzer IV, exposé au Munster Panzermuseum, en Allemagne.

Engagements[modifier | modifier le code]

Les Brummbär furent utilisés au combat sur le front de l'Est, notamment au cours de la bataille de Koursk, sur le front de l’Ouest et en Italie. Après quelques difficultés initiales rencontrées avec les premiers exemplaires mis en production, le Sturmpanzer IV se révéla être un excellent véhicule pour l’appui feu. Les unités de Brummbär furent souvent utilisées comme des unités de pompiers, dépêchées au plus fort des combats pour contenir les attaques ennemies.

Véhicules survivants[modifier | modifier le code]

Quatre Sturmpanzer IV ont survécu à la guerre. Ils peuvent être vus au Musée des Blindés à Saumur, en France, au Deutsches Panzermuseum en Allemagne, au Kubinka Tank Museum près de Moscou et au United States Army Ordnance Museum près d’Aberdeen, au Maryland.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]