Simon Gerrans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Simon Gerrans
Image illustrative de l'article Simon Gerrans
Simon Gerrans lors du Critérium du Dauphiné 2011
Informations
Nom Simon Gerrans
Date de naissance 16 mai 1980 (34 ans)
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Équipe actuelle Orica-GreenEDGE
Spécialité Puncheur[1]
Équipe amateur
2002
2003
2004
Jayco U23
Ringerike
UC Nantes Atlantique
Équipe professionnelle
09.2003-12.2003
09.2004-12.2004
2005-2007
2008
2009
2010-2011
01.2012-04.2012[n 1]
05.2012-[n 2]
Carvalhelhos-Boavista (stagiaire)
AG2R Prévoyance (stagiaire)
AG2R Prévoyance
Crédit agricole
Cervélo Test
Sky
GreenEDGE
Orica-GreenEDGE
Principales victoires
2 championnats

MaillotAustralia.PNG Champion d'Australie sur route 2012 et 2014
6 classiques
Grand Prix de Plouay 2009
Milan-San Remo 2012
Grand Prix cycliste de Québec 2012 et 2014
Liège-Bastogne-Liège 2014
Grand Prix cycliste de Montréal 2014
4 courses à étapes
Tour Down Under 2006, 2012 et 2014
Tour du Danemark 2011
4 étapes dans les grands tours
Tour de France (2 étapes)
Tour d'Italie (1 étape)

Tour d'Espagne (1 étape)
Simon Gerrans en 2011.

Simon Gerrans, né le 16 mai 1980 à Melbourne en Australie, est un coureur cycliste australien, membre de l'équipe Orica-GreenEDGE. Il a débuté sa carrière professionnelle en 2003. Passé par les équipes françaises AG2R Prévoyance (2005-2007) et Crédit agricole (2008), puis Cervélo Test (2009), Sky (2010-2011) et GreenEDGE (depuis 2012), il a remporté le Tour Down Under en 2006, 2012 et 2014, Milan-San Remo 2012, Liège-Bastogne-Liège 2014, deux étapes du Tour de France, une du Tour d'Italie et une du Tour d'Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et début de carrière[modifier | modifier le code]

Simon Gerrans naît à Melbourne et grandit à Jamieson, dans l'État de Victoria[2].

À 17 ans, un accident de moto lui blesse le genou. Suivant les conseils de son voisin Phil Anderson, ancien coureur professionnel, il commence le cyclisme durant sa rééducation. À 19 ans, il déménage en Italie avec l'espoir de faire carrière dans le sport cycliste[3].

En 2002, il se classe cinquième du championnat d'Australie sur route, et remporte ainsi le titre des moins de 23 ans[4].

En 2003, il court dans l'équipe norvégienne Ringerike. Il y reste jusqu'en août, puis rejoint l'équipe portugaise Carvalhelhos-Boavista en tant que stagiaire. Il participe au Tour de l'Avenir avec celle-ci[5], et ne prolonge pas l'expérience[3]. De retour en Australie en fin d'année, il remporte la Melbourne to Warrnambool Classic sous les couleurs du Carnegie Caulfield Cycling Club.

Sur les conseils de Baden Cooke, Gerrans s'engage en 2004 à l'UC Nantes Atlantique[3]. Il termine cette saison dans les rangs amateurs français à la première place du classement national FFC[6], avec sept succès sur des courses nationales et des places d'honneur au Ringerike GP (2e), au Ruban Granitier Breton (3e)[7]. Durant l'été il rejoint l'équipe AG2R Prévoyance en tant que stagiaire, puis signe un contrat professionnel de deux ans[8] et se classe deuxième de Paris-Corrèze en septembre. En octobre, il est sélectionné en équipe nationale et participe pour la première fois aux championnats du monde. Aligné sur l'épreuve en ligne, il ne termine pas la course[9].

2005-2007 : chez AG2R Prévoyance[modifier | modifier le code]

En 2005, Simon Gerrans signe quatre succès : le Tour du Finistère, le Grand Prix de l'industrie, du commerce et de l'artisanat de Carnago et une étape et le classement général du Herald Sun Tour ; et des places d'honneur au Circuit des Ardennes (4e), au Grand Prix de l'industrie et du commerce de Prato (6e), au Tour Down Under (7e) et à la Flèche brabançonne (8e). Il participe à son premier Tour de France, et y obtient une troisième place lors de la 17e étape[10].

Au début de l'année 2006, il remporte la principale course par étape australienne, le Tour Down Under. En février, il se fracture la clavicule lors du Grand Prix d’Ouverture La Marseillaise. La cicatrice s'infectant pendant Tirreno-Adriatico, il est réopéré en mars[11] et doit décliner une sélection en équipe nationale pour les Jeux du Commonwealth[12]. Il participe ensuite au Tour de France et gagne de nouveau le Herald Sun Tour en fin d'année. En 2007, il gagne le Grand Prix de Plumelec-Morbihan, puis s'engage pour la saison suivante avec l'équipe Crédit agricole[13].

2008 : au Crédit agricole[modifier | modifier le code]

Simon Gerrans acquiert une première victoire avec sa nouvelle équipe en mars lors du Critérium international, dont il remporte l'étape de côte et le classement de la montagne. En juin, il gagne la première étape de la Route du Sud et se classe 4e du classement final. Il participe ensuite à son quatrième Tour de France et y décroche son principal succès. Lors de la 15e étape, il s'échappe en début de parcours avec Egoi Martínez, Danny Pate et José Luis Arrieta, qu'il devance à Prato Nevoso. Sélectionné tous les ans pour les championnats du monde depuis 2005, avec pour meilleur résultat une 66e place en 2007, il est retenu en équipe nationale pour les Jeux olympiques de Pékin. Il termine 37e de la course en ligne.

2009 : Cervélo Test[modifier | modifier le code]

Tandis que l'équipe Crédit agricole disparaît en fin de saison, Gerrans signe un contrat de deux ans avec la nouvelle formation Cervélo Test[14], en compagnie de quatre de ses coéquipiers dont le sprinter Thor Hushovd. Il obtient les meilleurs résultats de son équipe lors des classiques ardennaises en avril : 7e de l'Amstel Gold Race, 8e de la Flèche wallonne et 6e de Liège-Bastogne-Liège. Il apporte le mois suivant à Cervélo Test une première victoire sur un grand tour, à l'occasion de la 14e étape du Tour d'Italie. Il remporte le 23 août le Grand Prix de Plouay.

2010-2011 : Sky[modifier | modifier le code]

En 2010, il intègre la nouvelle équipe britannique Sky, qui obtient dès son apparition le statut de ProTeam. Pour ses débuts avec sa nouvelle équipe, il est 22e du Tour d'Andalousie, avec deux podiums d'étapes, et 14e de Paris-Nice. Il chute lors du Critérium international et arrive aux classiques ardennaises en moins bonne forme qu'espéré. Son meilleur résultat durant ce printemps est la onzième place de Liège-Bastogne-Liège[15]. Il dispute en juillet son cinquième Tour de France, qu'il abandonne après huit étapes et deux chutes[16]. Il ne termine pas non plus le Tour d'Espagne, que l'équipe Sky quitte à la fin de la première semaine, après la mort d'un de ses soigneurs, victime d'une septicémie. Plusieurs coureurs de l'équipe avaient auparavant abandonné, malades[17],[18]. Sélectionné en équipe nationale pour la course en ligne des championnats du monde entre Geelong et Melbourne, il abandonne encore lors de cette course, remportée par son ancien coéquipier Thor Hushovd.

En janvier 2011, sa troisième place au championnat d'Australie, derrière Jack Bobridge et Matthew Goss, fait de Simon Gerrans un des favoris du Tour Down Under, première épreuve World Tour de l'année[16]. Quatrième de la troisième étape, il joue davantage un rôle d'équipier pour le sprinter Ben Swift, vainqueur de deux étapes[19]. Dixième du Tour de l'Algarve en février, il est lors de Paris-Nice un des équipiers de Bradley Wiggins, troisième[20]. En avril, Simon Gerransl obtient son meilleur résultat sur une classique ardennaise et un des meilleurs de sa carrière en se classant troisième de l'Amstel Gold Race, derrière Philippe Gilbert, invincible durant ce printemps, et Joaquim Rodríguez[21]. En juin, il fait partie de l'équipe qui aide Wiggins à gagner le Critérium du Dauphiné[20], première victoire sur une course de cette envergure pour Sky. Il est aligné pour le Tour de France, dont Wiggins est présenté comme un des favoris[20]. Celui-ci abandonne pendant la septième étape après une chute, souffrant d'une fracture de la clavicule. Gerrans termine ce Tour à la 96e place. Une semaine après l'arrivée, il est dixième de la Classique de Saint-Sébastien après le déclassement de Carlos Barredo[n 3]. Il s'impose ensuite au Tour du Danemark. Fin août, il prend la deuxième place du Grand Prix de Plouay. Sélectionné en équipe d'Australie pour le championnat du monde sur route au Danemark, il termine la course dans le peloton à la 79e place, tandis que Matthew Goss est deuxième.

2012 : arrivée dans l'équipe GreenEDGE et victoire à Milan-San Remo[modifier | modifier le code]

Durant l'année 2011, Gerrans est l'un des 30 coureurs, dont 17 Australiens, engagés pour former en 2012 l'effectif de la nouvelle équipe australienne GreenEDGE. Celle-ci, comme Sky deux ans auparavant, obtient le statut de ProTour dès son apparition. Gerrans commence la saison par les championnats d'Australie sur route, où il décroche le titre de la course en ligne. Deux semaines plus tard, il remporte la première course du calendrier World Tour de la saison, le Tour Down Under. Il y prend la tête du classement général lors de l'avant dernière étape, où il est battu par Alejandro Valverde, deuxième au classement général. En mars, il participe à Paris-Nice, où il est à nouveau deuxième d'étape derrière Valverde, au lac de Vassivière. Il remporte ensuite la classique Milan-San Remo. Échappé avec Fabian Cancellara et Vincenzo Nibali, il les devance au sprint.

Il obtient un succès prestigieux en septembre au Grand Prix cycliste de Québec 2012, où il engrange 80 points pour l'UCI World Tour. Il part aux trousses du Belge Greg Van Avermaet (BMC Racing), qui s'est détaché dans la Côte de la Montagne avec quatre kilomètres à faire. Il le rejoint et le duo se dispute le sprint, que Gerrans gagne alors que les poursuivants les plus proches ne sont qu'à quatre secondes[23]. Il tente de récidiver deux jours plus tard au Grand Prix cycliste de Montréal et passe bien près de réussir l'exploit, mais doit se contenter de la quatrième place alors qu'il règle le sprint d'un groupe d'une vingtaine de coureurs derrière les trois échappés, dont fait partie Lars Petter Nordhaug (Sky) qui décroche la victoire[24].

2013 : maillot jaune sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

Simon Gerrans commence sa saison 2013 par une victoire d'étape lors du Tour Down Under puis enchaine avec une autre victoire d'étape lors du Tour de Catalogne et une autre sur le Tour du Pays basque. Gerrans poursuit sa saison sur les classiques ardennaises et termine à la 3e place de l'Amstel Gold Race avant de finir 10e sur les routes de Liège-Bastogne-Liège le weekend suivant.

En juillet, il est sélectionné par son équipe pour participer à la 100e édition du Tour de France. Il s'impose lors de la 3e étape devançant d'un rien au sprint Peter Sagan. Le lendemain, la formation Orica-GreenEDGE remporte le contre-la-montre par équipes disputé dans les rues de Nice ce qui permet à Simon Gerrans de s'emparer du maillot jaune[25]. Il conserve ce maillot jaune deux jours avant de le céder à son coéquipier Daryl Impey.

Attendu ensuite aux championnats du monde sur route, Gerrans participe au préalable au Tour d'Espagne. Victime d'une chute lors de la troisième étape, il continue cependant la course bien qu'il ressente des douleurs les jours suivants. Des examens médicaux pratiqués montrent alors qu'il souffre d'une fracture à une hanche, ce qui cause son abandon de la Vuelta à l'issue de la treizième étape, et la fin de sa saison[26].

2014[modifier | modifier le code]

En 2014, Simon Gerrans commence la saison en remportant pour la deuxième fois le championnats d'Australie sur route. Il y devance Richie Porte et Cadel Evans[27]. Comme en 2012, il enchaîne le titre national avec une victoire au Tour Down Under. Vainqueur de la première étape, il devance Cadel Evans d'une seconde au classement général. Il remporte ensuite au mois d'avril la 100e édition de Liège-Bastogne-Liège, au sprint devant Valverde et les autres favoris.

En septembre, il remporte coup sur coup le Grand Prix cycliste de Québec et le Grand Prix cycliste de Montréal, devenant le premier coureur à réussir ce doublé la même année. Il est ensuite sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde 2014[28].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

9 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

3 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenu lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles. En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011 et son classement ne concerne plus que les coureurs membres des 18 équipes ProTeam.

Simon Gerrans obtient son meilleur classement en 2014 : 3e.

Année 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Classement UCI[30] 776e[31] 543e[32] 376e[33]
Classement ProTour[34] nc[35] nc[36] nc[37]
Classement mondial UCI[38] 25e[39] nc[40]
UCI World Tour[41] 38e[42] 6e[43] 45e[44] 3e[45]
UCI Europe Tour 44e[46] 107e[47]
UCI Oceania Tour 9e[48] nc[49]
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2012 au 30 avril 2012
  2. Du 1er mai 2012
  3. a et b Carlos Barredo, initialement deuxième de la Classique de Saint-Sébastien 2011, a été déclassé en juillet 2014 par l'UCI[22].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Cervélo Test Team », sur letour.fr (consulté le 5 mars 2011)
  2. « Sun Tour field announced », sur cyclingnews.com,‎ 4 octobre 2005 (consulté le 30 mai 2009)
  3. a, b et c « Tour de France - Gerrans revient de loin », sur fr.sports.yahoo.com,‎ 21 juillet 2008 (consulté le 30 mai 2009)
  4. « McEwen clinches second national crown », sur cyclingnews.com,‎ 13 janvier 2002 (consulté le 30 mai 2009)
  5. « 40th Tour de l'Avenir - 2.5 », sur cyclingnews.com,‎ septembre 2003 (consulté le 30 mai 2009)
  6. « Gerrans awarded by the French federation », sur cyclingnews.com,‎ 4 octobre 2004 (consulté le 30 mai 2009)
  7. « Results » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur simongerrans.com. Consulté le 30 mai 2009
  8. « Gerrans to AG2r », sur cyclingnews.com,‎ 18 septembre 2004 (consulté le 30 mai 2009)
  9. « Hat-trick for Freire in Verona », sur cyclingnews.com,‎ 3 octobre 2004 (consulté le 31 mai 2009)
  10. « One strange day », sur cyclingnews.com,‎ 20 juillet 2007 (consulté le 31 mai 2009)
  11. « GERRANS Simon », sur letour.fr (consulté le 31 mai 2009)
  12. « Simon Gerrans réopéré », sur ag2r-cyclisme.fr (consulté le 31 mai 2009)
  13. « Gerrans gets Crédit deal, Quick.Step re-signs duo », sur cyclingnews.com,‎ 27 juillet 2007 (consulté le 31 mai 2009)
  14. « Gerrans to Cervélo », sur cyclingnews.com,‎ 19 septembre 2008 (consulté le 31 mai 2009)
  15. Initialement douzième, il est onzième après déclassement d'Alejandro Valverde.
  16. a et b (en) « In form Gerrans returns to winning turf », sur cyclingnews.com,‎ 12 janvier 2011 (consulté le 21 octobre 2012)
  17. (en) « Team Sky withdraws from Vuelta a Espana », sur cyclingnews.com,‎ 4 septembre 2010 (consulté le 21 octobre 2012)
  18. (en) « Augustyn and Swift abandon Vuelta as illness strikes Sky », sur cyclingnews.com,‎ 31 août 2010 (consulté le 21 octobre 2012)
  19. (en) « Swift and Henderson head Sky quinella », sur cyclingnews.com,‎ 23 janvier 2011 (consulté le 22 octobre 2012)
  20. a, b et c (en) « Simon Gerrans: 'individual success isn't everything' », sur cyclingnews.com,‎ 28 juin 2011 (consulté le 22 octobre 2012)
  21. (en) « Gerrans back to his best with third in the Amstel Gold Race », sur cyclingnews.com,‎ 18 avril 2011 (consulté le 22 octobre 2012)
  22. (en) « Menchov case an example of the UCI's "new way of communicating" on doping violations », sur cyclingnews.com,‎ 13 juillet 2014 (consulté le 15 juillet 2014)
  23. Alexandre Mignot, « Gerrans domine Van Avermaet », sur cyclismactu.net,‎ 7 septembre 2012 (consulté le 22 septembre 2012)
  24. (en) Sadhbh O'Shea, « Nordhaug guts out a victory in Montréal », Cycling News, Future Publishing Limited,‎ 9 Septembre 2012 (lire en ligne)
  25. « Orica, un nouveau monde », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 2 juillet 2013
  26. « Saison terminée pour Gerrans », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 7 septembre 2013
  27. (en) « Gerrans takes top step on dream podium », sur cyclingnews.com,‎ 11 janvier 2014 (consulté le 3 février 2014)
  28. (en) « Australian squad for 2014 World Championships announced », sur cyclingnews.com,‎ 15 septembre 2014
  29. L'équipe Sky abandonne la course en raison de la mort de leur masseur Txema González le 3 septembre. Un virus, sans rapport avec le décès de González, avait déjà affecté l'équipe pendant la course causant le retrait anticipé de trois coureurs (Annonce du retrait de l'équipe sur son site officiel)
  30. « 2005 UCI Road Rankings », UCI (consulté le 7 avril 2013)
  31. [PDF]« Classement UCI Route / UCI Road Ranking - Classement Individuel au 13.11.2002 », UCI (consulté le 13 novembre 2012)
  32. [PDF]« Classement UCI Route / UCI Road Ranking - Classement Individuel au 09.11.2003 », UCI (consulté le 7 avril 2013)
  33. [PDF]« Classement UCI Route / UCI Road Ranking - Classement Individuel au 31.12.2004 », UCI (consulté le 7 avril 2013)
  34. « Classement ProTour », sur uciprotour.com (consulté le 6 avril 2013)
  35. « Classement ProTour au 14/10/2006 », sur mémoire-du-cyclisme.eu,‎ 14 octobre 2006 (consulté le 7 avril 2013)
  36. « Classement ProTour au 20/10/2007 », sur memoire-du-cyclisme.eu,‎ 20 octobre 2007 (consulté le 7 avril 2013)
  37. « Classement ProTour au 20/09/2008 », sur memoire-du-cyclisme.eu,‎ 20 septembre 2008 (consulté le 7 avril 2013)
  38. « Classement mondial UCI », sur uci.ch (consulté le 11 novembre 2011)
  39. « Classement Mondial UCI 2009 », sur uci.ch,‎ octobre 2009 (consulté le 7 avril 2013)
  40. « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 7 avril 2013)
  41. « UCI WorldTour », sur uciworldtour.com (consulté le 6 avril 2013)
  42. « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 7 avril 2013)
  43. « UCI WorldTour Ranking - 2012 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 7 avril 2013)
  44. « UCI WorldTour Ranking - 2013 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 15 octobre 2013)
  45. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)
  46. « 2005 UCI Road Rankings - 9/30/2005 - Individual Ranking - Men Elite and Under 23 - Europe Tour », Union cycliste internationale (consulté le 7 avril 2013)
  47. « Cycling - Road 2009 - Men Elite UCI Europe Tour Ranking Individual - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 7 avril 2013)
  48. « 2005 UCI Road Rankings - 9/30/2005 - Individual Ranking - Men Elite and Under 23 - Oceania Tour », Union cycliste internationale (consulté le 7 avril 2013)
  49. « Cycling - Road 2009 - Men Elite UCI Oceania Tour Ranking Individual - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 7 avril 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :