Féminisme pro-sexe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le féminisme pro-sexe est un courant du féminisme, issu du milieu queer, qui apparaît dans les années 1980 aux États-Unis et qui voit en la sexualité un domaine qui doit être investi par les femmes et les minorités sexuelles. En faisant « du corps, du plaisir et du travail sexuel des outils politiques dont les femmes doivent s'emparer[1] », il s'oppose au féminisme radical[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'expression « féminisme pro-sexe » apparaît pour la première fois sous la plume d'Ellen Willis, dans Lust Horizons: Is the Women's Movement Pro-Sex?, publié en 1981, un essai dans lequel Willis plaide pour un féminisme caractérisé par une pleine liberté sexuelle, tout en réfutant la condamnation de la pornographie[4].

Thèmes[modifier | modifier le code]

Prostitution[modifier | modifier le code]

Le féminisme pro-sexe réfute les positions abolitionnistes, prohibitionnistes, et les « décisions politiques qui consistent à victimiser les prostituées », car, comme le déclare Virginie Despentes[5], elles ne servent qu'à « marquer le désir masculin, le confiner dans son ignominie. Qu'il jouisse en payant s'il le veut, mais alors qu'il côtoie la pourriture, la honte, la misère. » Il envisage au contraire une redéfinition du « pacte de prostitution » vers un « contrat intersexe sain et clair », celui de la réappropriation politique et économique de la prostitution par les femmes : « le monde économique aujourd'hui étant ce qu'il est, c'est-à-dire une guerre froide et impitoyable, interdire l'exercice de la prostitution dans un cadre légal adéquat, c'est interdire spécifiquement à la classe féminine de s'enrichir, de tirer profit de sa propre stigmatisation. » Dès lors, puisqu'« affirmer que la prostitution est une "violence faite aux femmes" » serait un moyen de faire oublier que « c'est le mariage qui est une violence faite aux femmes, et d'une manière générale, les choses telles qu'elles les endurent », le mouvement pro-sexe souligne que « la sexualité masculine en elle-même ne constitue pas une violence sur les femmes, si elles sont consentantes et bien rémunérées » et que « c'est le contrôle exercé sur les femmes qui est violent, cette faculté de décider à leur place ce qui est digne ou ce qui ne l'est pas ».

Pornographie[modifier | modifier le code]

L'idéologie pro-sexe s'oppose au contrôle patriarcal et à la masculinisation de l'imagerie pornographique, et lui oppose, comme c'est le cas dans les films de Maria Beatty, une esthétique qui explore les aspects de la sexualité féminine.

Elle réfute également les discours qui voient en la pornographie une exploitation du corps : « Dans le discours anti-pornographique, on se perd rapidement : au fait, qui est la victime ? Les femmes qui perdent toute dignité du moment qu'on les voit sucer une bite ? Ou les hommes, trop faibles et inaptes à maîtriser leur envie de voir du sexe, et de comprendre qu'il s'agit uniquement d'une représentation[6] ? » et optent au contraire pour l'utilisation de la féminité comme « arme » : « L'idée que la pornographie ne s'articule qu'autour du phallus est étonnante. Ce sont des corps de femmes que l'on voit. Et souvent des corps sublimés. Quoi de plus troublant qu'une hardeuse ? On n'est plus ici dans le domaine de la bunny girl, la fille d'à côté, qui ne fait pas peur, qui est facile d'accès. La hardeuse, c'est l'affranchie, la femme fatale, celle qui attire tous les regards et provoque forcément un trouble, qu'il s'agisse de désir ou de rejet. Alors pourquoi plaint-on si volontiers ces femmes qui ont tous les attributs de la bombe sexuelle[6] ? »

Wendy McElroy, dans XXX : A woman's right to pornography, soutient également que « la pornographie est possible, personnellement et politiquement pour les femmes. Elle accuse aussi le féminisme puritain de détruire la liberté des femmes à disposer de leur corps et de leur sexe comme elles l'entendent, et d'imposer une idéologie sexuellement correcte dissimulée derrière de fausses préoccupations de bien et de justice[7]. »

Certaines cinéastes participent au mouvement pro-sexe, telles Nina Hartley, réalisatrice de films pornographiques à caractère éducatif et Candida Royalle, fondatrice de Femmes Productions, qui a pour objectif de produire des films pornographiques égalitaires et non sexistes.

Critiques[modifier | modifier le code]

Le féminisme pro-sexe est critiqué pour sa position jugée faussement transgressive qui, en caricaturant l'histoire du féminisme, chercherait à ringardiser les féministes dites « traditionnelles » :

« Pro-sexe ? si l'on s'affuble d'un tel qualificatif, c'est pour donner à penser que les autres sont anti-sexe. On en revient à la ringardisation : en fait les féministes qui se situent dans la lignée des années 1970 seraient quasiment institutionnalisées, bourgeoises, dans les normes, propres sur elles et ayant perdu leur caractère subversif. Sauf que dans la vraie vie, une seule question vaut la peine d'être posée : qui dérange ? Qui remet en cause les rapports de domination ? Une intervention subversive uniquement par la sexualité est-elle viable[8] ? »

En outre, les opposants au féminisme pro-sexe mettent en exergue la compromission de ces dernières dans l'industrie du sexe et leur contribution à la marchandisation de la sexualité :

« Les féministes pro-sexe ne risquent-elles pas d'être récupérées, comme cela semble être le cas aux États-Unis, par le marché du sexe, qui comme tout autre marché, doit engendrer un profit maximum et apporte des bénéfices considérables ? Le sexe est ici consommé comme une marchandise, tout est possible du moment que le tiroir-caisse fonctionne. Est-ce le but à atteindre[8] ? »

Culture pro-sexe[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Témoignages[modifier | modifier le code]

  • (en) Norma J. Almodovar, Cop to Call Girl: Why I Left the LAPD to Make an Honest Living As a Beverly Hills Prostitue, Simon & Schuster, 1993.
  • Claire Carthonnet, J'ai des choses à vous dire. Une prostituée témoigne, Robert Laffont, 2003[10].
  • Catherine François, Paroles de prostituées, éditions Luc Pire, 2001.
  • Lydia Lunch, Paradoxia. Journal d'une prédatrice, La Musardine, 1998.
  • Nina Roberts J'assume, éd. Scali, 2005.
  • (en) Annie Sprinkle, Hardcore from the Heart. The Pleasures, Profits and Politics of Sex in Performance, éd. Continuum, 2001.

Anthologie[modifier | modifier le code]

  • (en) Carole S. Vance (dir.), Pleasure and Danger. Exploring Female Sexuality, Pandora Press, 1993.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Fictions[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Pornographie[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

  • Les Putes, un « groupe activiste non mixte, c'est-à-dire composé uniquement de putes, femmes et transpédégouines, dont le but est l'auto support et la lutte contre la putophobie[12]. »
  • Syndicat du travail sexuel, « un syndicat autogéré qui défend les droits des travailleur du sexe, c'est-à-dire principalement des prostituées, mais aussi des escort girls/boys, des acteurs et actrice pornographiques, des opérateurs de téléphone / webcam rose, des masseurs érotiques, des dominatrices professionnelles, des hôtesses de bar, et des assistants sexuels[13]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Virginie Despentes, Mutantes (Féminisme Porno Punk), éd. Blaq out, 2010.
  2. binKa, « Féminisme radical vs pro-sexe (1) », feministes-radicales.org, 19 novembre 2010.
  3. binKa, « Féminisme radical vs pro-sexe (2) », feministes-radicales.org, 20 novembre 2010.
  4. Esther Resta, La Société patriarcale face à la résistance des femmes. L'Histoire interdite du problème de genre, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2012, p. 178.
  5. Virginie Despentes, « Coucher avec l'ennemi », King Kong Théorie (2006), Le Livre de poche, 2007, p. 57-85.
  6. a et b Virginie Despentes, « Porno sorcières », King Kong Théorie, op. cit., p. 88-108.
  7. Soirée sur le féminisme pro-sexe, blog du collectif féministe « Toison rouge », 25 avril 2009.
  8. a et b Cahiers du genre, hors-série n° 6, « Féminisme(s). Recompositions et mutations », L'Harmattan, 2006.
  9. Cali Rise, « Ariel Levy, les nouvelles salopes sont parmi nous ! », Impudique, 16 octobre 2007.
  10. Judith Perrignon, « Fille de choix », Libération, 9 septembre 2002.
  11. Virginie Despentes revient avec un documentaire sur le « féminisme prosexe », buzz-litteraire.com, 21 décembre 2009.
  12. Emmanuelle Cosse, « Les Putes, une nouvelle association activiste de travailleurs du sexe », Têtu, 6 mars 2006.
  13. À propos du STRASS, site.strass-syndicat.org, consulté le 15 juin 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Féminisme pro-sexe.