Annie Sprinkle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Annie Sprinkle
Annie Sprinkle
Annie Sprinkle

Nom de naissance Ellen F. Steinberg[1]
Surnom Annie Sands, Anny Sands, Ann Sprinkle, Ph.D Annie Sprinkle, Annie Sprinkles, Queen of Kink
Naissance 23 juillet 1954 (59 ans)
Philadelphie, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice de films pornographiques
Années d'activité 1972 - 1999
Nombre de films + 83 films et 2 réalisations
Conjoint(e) Beth Stephens
Yeux Marrons
Cheveux Brune
Signes particuliers Tatouages divers...
Distinctions XRCO Hall of Fame, AVN Hall of Fame

Ellen F. Steinberg, dite Annie Sprinkle, née le 23 juillet 1954 à Philadelphie, est une artiste, performeuse, réalisatrice, éditrice, animatrice télé sur le câble et écrivain féministe américaine qui débuta sa carrière en tant que stripteaseuse et actrice pornographique. Elle est diplômée d'un « BFA » en photographie de la School of Visual Arts (1986) et d'un doctorat en sexualité humaine de l'Institute for Advanced Study of Human Sexuality de San Francisco, obtenu en 1992.

Biographie[modifier | modifier le code]

Actrice porno dès l'âge de 18 ans, son plus gros succès est Deep Inside Annie Sprinkle (1981), qu'elle réalise avec Joseph W. Sarno. En 1991, elle crée un atelier intitulé Sluts and Goddesses, à l'origine de son film The Sluts and Goddesses Video Workshop – Or How To Be A Sex Goddess in 101 Easy Steps, codirigé et coproduit par Maria Beatty.

Devenue artiste et militante porno-féministe, elle propose une pédagogie du sexe délurée et jubilatoire, se jouant notamment de la sacro-sainte différence sexuelle, et elle défend le travail du sexe. Dans ses performances, elle remet en cause le rôle d'objet sexuel souvent dévolu aux femmes dans l'industrie du sexe et tire pouvoir de sa sexualité. Sa performance la plus célèbre est Public Cervix Announcement, durant laquelle elle invite le public à contempler son col de l'utérus au moyen d'un spéculum inséré dans son vagin. Ce faisant, elle inverse les rapports de force entre sujet et objet. Lors de The Legend of the Ancient Sacred Prostitute elle se masturbe sur scène de manière ritualisée. Durant 17 ans elle a réalisé des tournées internationales, dont Post Porn Modernist, Annie Sprinkle's Herstory of Porn, Hardcore from the Heart et Exposed; Experiments in Love, Sex, Death and Art[2].

Nom de scène[modifier | modifier le code]

Ellen a choisi de s'appeler Annie à ses débuts dans l'industrie du sexe. Par la suite, elle opta pour le nom Sprinkle (to sprinkle = « arroser, asperger ») en raison de son attirance pour l'humidité, le liquide, l'urine, la cyprine, la sueur[3].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Post-porn modernist: my 25 years as a multimedia whore, Cleis Press, 1998.
  • Dr. Sprinkle's Spectacular Sex—Make Over Your Love Life with One of the Worlds Greatest Sex Experts, Tarcher/Penguin, 2005.
  • Hardcore from the Heart—The Pleasures, Profits and Politics of Sex in Performance, Continuum International Publishing Group, 2001

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Annie Sprinkle sur l’Internet Movie Database.
  2. Bond, Lawrence & Ellen Evert Hopman (1996) People of the Earth: The New Pagans Speak Out (reissued as Being a Pagan: Druids, Wiccans & Witches Today in 2002 Destiny Books ISBN 0-89281-904-9) Interview.
  3. (es) « Annie Sprinkle », Miradas (version en cache du 18 juillet 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]