Dettwiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dettwiller
Église simultanée et monument aux morts au centre du village.
Église simultanée et monument aux morts au centre du village.
Blason de Dettwiller
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Canton Saverne
Intercommunalité C.C. de la région de Saverne
Maire
Mandat
Claude Zimmermann
2014-2020
Code postal 67490
Code commune 67089
Démographie
Gentilé Dettwillerois
Population
municipale
2 699 hab. (2011)
Densité 251 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 17″ N 7° 28′ 03″ E / 48.754722, 7.4675 ()48° 45′ 17″ Nord 7° 28′ 03″ Est / 48.754722, 7.4675 ()  
Altitude Min. 162 m – Max. 218 m
Superficie 10,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Dettwiller

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Dettwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dettwiller

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dettwiller
Liens
Site web www.dettwiller.fr

Dettwiller (Dettweiler en allemand) est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Dettwiller se prononce [dɛvilɛʁ ] en français mais [dɛˑ.vilʀ] en alsacien.

Le surnom de Bachknippe a été donné aux habitants à l'époque où l'industrie de la chaussure était prédominante à Dettwiller. Ce nom désigne le tranchet du cordonnier.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé dans la vallée de la Zorn entre les Vosges à l'ouest, la plaine d’Alsace à l'est, les collines du pays de Hanau au nord et les hauteurs du Kochersberg au sud.

Situé à 8 km de Saverne et à 36 km de Strasbourg, Dettwiller est desservi par la ligne SNCF Sarrebourg-Strasbourg et la RD 421.

Le Canal de la Marne au Rhin passe également aux abords du village et sépare le ban communal de celui de Lupstein.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Rosenwiller[modifier | modifier le code]

Hameau fondé en 1664 par Reinhold de Rosen. Il est situé au nord de la commune et est rattaché administrativement à celle-ci.

Article détaillé : Rosenwiller (Dettwiller).

Forêt du Fallberg[modifier | modifier le code]

Forêt communale de 308 hectares située dans la vallée de la Zinsel, non loin de Dossenheim[1].

Copropriété indivisée de Saverne et Dettwiller depuis 1400 ; les bourgeois des deux communes eurent le droit d'en retirer leur bois de chauffage et de construction en 1425. Saverne ayant été ruinée par la guerre de Trente Ans, sa part de forêt fut rachetée par Reinhold de Rosen. Saverne racheta sa part à Conrad de Rosen en 1699 après avoir remboursé ses dettes. Un autre traité accorda en 1725 aux habitants de Rosenwiller les mêmes droits forestiers qu'aux habitants de Dettwiller et de Saverne, chacun ayant ainsi droit à 16 stères de bois de chauffage.

Après la Révolution, la forêt fut partagée entre Saverne et Dettwiller proportionnellement à leur population respective. En 1845, les habitants de Dettwiller renoncèrent à leur droit de bois gratuit afin de pouvoir payer la construction du nouveau clocher de l'église.

L'exploitation de la forêt est aujourd'hui régie par l'ONF, le bois récolté étant toujours vendu chaque année aux enchères et les bénéfices reversés à la mairie.

La Wolfenhutte[modifier | modifier le code]

Maison forestière de la forêt du Fallberg, appartenant également à la commune.

Wiesentau[modifier | modifier le code]

Village disparu ; autrefois situé entre Rosenwiller, Hattmatt, Imbsheim, Printzheim et Gottesheim[2].

Une ferme est mentionnée pour la première fois en 994 dans l'acte de donation de la forêt de Wisinthowa de l'empereur Otton III à l'abbaye de Seltz. Vers 1275 apparurent des habitations autour d'une chapelle dédiée à saint Blaise (protecteur du bétail)[Note 1]. Au XIVe siècle le village passa tour à tour des mains des évêques de Metz à celles des seigneurs de Lutzelbourg, puis celles des Munch de Wilsperg pour enfin arriver sous la possession des seigneurs de Lichtenberg en 1372.

Le village disparut avant la fin du XVe siècle, possiblement des suites du passages des écorcheurs dans la région dès 1444. Le ban ne comptant alors plus que des prés et des terres labourables, une partie de celui-ci fut loué pour 18 ans par Reinhold de Rosen en 1664 lors de la fondation de Rosenwiller. Le ban fut enfin partagé entre les habitants de Hattmatt par les comtes de Hanau-Lichtenberg en 1736.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Dettwiller
Steinbourg Rosenwiller Gottesheim
Saverne Dettwiller Wilwisheim
Waldolwisheim Altenheim Lupstein

Géologie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dettwiller sur la carte de Cassini.

Le nom du village est évoqué pour la première fois dans des textes en 784[3] dans le recueil des chartes de l'abbaye de Wissembourg qui mentionne dendunuuilare dans ses possessions[4],[Note 2]. On retrouve à nouveau ce nom en 788[5],[Note 3] et en 797[6],[Note 4]. Plus tard, en 1120, un fragment de terrier de l'abbaye de Marmoutier évoque Dettenvilre[7] et vers la même époque les revenus du Meier du Dinghof d'Ingenheim mentionnent Deddenwilre ainsi que la forêt du Faleberg[8].

Bien que le rotule colonger[Note 5] de 1380 fasse déjà apparaitre la graphie définitive Dettwiller[9], une carte de Daniel Specklin datant de 1576 mentionne la commune sous le nom de Detwilre[10]. La carte de Cassini, établie vers 1770, indique Dettweiller. Enfin, lors des occupations allemandes (1871-1918 et 1940-1944), le nom du village s'orthographia Dettweiler et parfois Dettweiller[11].

Il s’agit d’une formation toponymique en -willer « groupe habitations rurales, hameau » précédé d’un anthroponyme germanique Detto[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dettwiller est situé au carrefour d'anciennes routes celtiques reliant Brumath (Brocomagus) à Saverne (Tres Tabernae, les trois tavernes) et Wasselonne à Niederbronn-les-Bains. Lorsqu'après leur conquête de la Gaule les Romains établirent des camps retranchés le long de la frontière germanique, il est possible qu'ils firent du village celtique de Dettwiller un avant-poste du bastion de Tres Tabernae.

L'abbaye de Wissembourg (784 - IXe siècle)[modifier | modifier le code]

Les avoués de l'abbaye de Neuwiller (Xe siècle - 1260)[modifier | modifier le code]

Les engagements des comtes de Lichtenberg et des comtes de Deux-Ponts-Bitche (1260 - 1396)[modifier | modifier le code]

La ville de Strasbourg (1396 - 1651)[modifier | modifier le code]

Les Rosen (1651 - 1848)[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine (1848 - présent)[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dettwiller

Les armes de Dettwiller se blasonnent ainsi :
« De sable à la faux d'argent, emmanchée d'or, posée en bande. »[13].

Le blason est utilisé par la mairie sur les documents officiels. Le texte de l'Armorial de la Généralité d'Alsace (1861) indique seulement : « La communauté des habitants de Dietwiller et d'Ossenheim porte : De sable à une faux d'argent emmanché d'or. »[14]
On le trouve sur la maison Will, construite - ou du moins restaurée - à l'époque où Dettwiller dépendait de la ville de Strasbourg (entre la fin du XVe siècle et 1651). On le trouve également sur des bornes au Fallberg où le village possède une forêt.

L'origine et la signification de ces armes demeurent pour l'instant inconnues.

Description du blason
D’or à trois roses de gueules.svg Blason D’or à trois roses de gueules.
Notes Ce blason est utilisé entre 1654 et 1788 lorsque la famille de Rosen possédait le village.
Statut Blason de la famille de Rosen.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1945[11],[15]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Claude Zimmermann[16] - agriculteur
mars 2008 mars 2014 Gabriel Osswald[17] - artisan menuisier
mars 1995 mars 2008 Jean-Paul Wantz PS retraité
mars 1977 mars 1995 Pierre Amann - inspecteur divisionnaire SNCF
mars 1965 mars 1977 Eugène Burckel - gérant de la Caisse d'Epargne de Dettwiller
octobre 1945 mars 1965 René Friedel - comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous relate l'évolution démographique du village d'après les chiffres obtenus lors des recensements.


En 2011, la commune comptait 2 699 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 6],[Note 7].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 332 1 455 1 637 1 798 2 294 2 184 2 082 2 116 2 085
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 842 1 850 1 875 1 809 1 777 1 962 2 029 2 074 2 093
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 087 2 186 2 111 1 955 2 053 2 200 2 282 2 422 2 446
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 558 2 626 2 743 2 598 2 544 2 584 2 637 2 699 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2004[19].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église simultanée[modifier | modifier le code]

Église et monument aux morts de Dettwiller.

L'église simultanée se trouve au centre du village dans le quartier du Hohgraben ou Hohgrawe (de l'allemand hohen Graben, grand fossé), ancien noyau historique de la commune.

Un premier édifice, dont la date de construction est inconnue, fait place à une nouvelle église citée dès 1255[20]. Elle aurait été fondée par Jacques de Lorraine, évêque de Metz l'année précédente et c'est de là aussi que viendrait l'attribution du patronat à saint Jacques le Majeur.

Dès 1530, catholiques et protestants luthériens se partageaient l'église pour célébrer les cultes. Un pasteur venait tous les dimanches de Strasbourg jusqu'en 1547 où la ville, possédant Dettwiller, imposa la religion protestante sur son territoire. Lorsqu'en 1684 Louis XIV permit aux catholiques de célébrer leur culte dans une église protestante, ceux-ci furent trop peu nombreux dans le village et dépendirent encore de la paroisse de Wilwisheim. Il fallut attendre 1692 pour que des messes catholiques fussent à nouveau célébrées à Dettwiller.

La partie supérieure du clocher de l'église servait de refuge. Incendiée en 1445 par les Armagnacs, elle fut une première fois reconstruite.

En 1783, l'église, trop petite et délabrée, dut être agrandie. Sophie Rose de Rosen, qui possédait alors le village, estima qu'il n'était pas nécessaire pour elle de participer financièrement aux travaux et refusa la modification du clocher. La communauté des paroissiens décida alors de construire un nouveau chœur et d'agrandir la nef.
Pour cela, le cimetière qui entourait alors l'église dut être déplacé. Un nouveau cimetière fut donc construit du côté de Gottesheim en 1780, le premier enterrement y eut lieu trois ans plus tard.
Cet allongement de l'église nécessita également la construction d'un mur de soutènement. Des pierres provenant de l'ancien édifice ainsi que des pierres tombales de l'ancien cimetière, sur lequel l'église empiète maintenant, furent utilisées à cet effet. La nef dut aussi être décalée par rapport à l'axe du clocher afin de rester sur un sol assez stable.
Finalement en 1785, le premier baptême put être célébré après deux ans de travaux.

Cependant, ce rehaussement de la nef empêcha la diffusion du son des cloches vers le nord-ouest. Il fut donc décidé en 1842 de rehausser le campanile. Ces derniers travaux de construction donnèrent ainsi à l'église son clocher à la forme particulière que l'on ne rencontre nulle part ailleurs dans la région.
Une croix surmontée d'une girouette en forme de coq furent ajoutés l'année suivante.

Depuis, l'église n'a subi que quelques travaux de rénovation.
Un nid de cigognes se trouve également à l'extrémité de la nef opposée au clocher.

La synagogue[modifier | modifier le code]

Synagogue de Dettwiller.

Une communauté juive est attestée dans le village dès le XVIe siècle ; une première synagogue fut construite au XVIIIe siècle. Son exigüité et son état de délabrement conduisirent en 1833 à l'envoie de plaintes à la mairie par la communauté juive du village. Le conseil municipal accorda enfin des subventions en 1843 mais ne les versa qu'en 1854. La nouvelle synagogue, conçue par Maestlé, l'architecte-voyer de Saverne, fut construite sur l'emplacement de l'ancienne et mesure 13 m sur 9 m.

Un bain rituel était aménagé au sous-sol et la tribune accueillant les femmes a été détruite lors de la Seconde Guerre mondiale.

La synagogue n'est actuellement plus en usage, la communauté juive à Dettwiller n'étant plus assez importante.

Le monument aux morts[modifier | modifier le code]

Un premier monument fut érigé suite à la Première Guerre mondiale mais fut remplacé par l'occupant lors de la Seconde Guerre mondiale. À la fin de cette dernière, un nouveau monument fut érigé le 9 novembre 1946 sur la place de l'église. Premier monument aux morts construit dans l'arrondissement de Saverne après la guerre, il fut inauguré le 18 mai 1947.

Ce monument est composé d'un socle carré sur lequel se tient la famille d'un soldat tombé au front. Un agneau symbolisant la paix se trouve sur la droite de cette famille.
Le socle ne comporte pas les noms des villageois victimes des combats mais l'inscription « À nos morts ».

Les griffes du diable[modifier | modifier le code]

Les griffes du diable.

Des griffes du diable (de) sont visibles sur les montants de la porte murée se trouvant au sud de l'église. Les origines de ces rainures verticales ont suscité de nombreuses hypothèses mais toutes postulent un aiguisage de lames contre la pierre[21]. À Dettwiller, l'hypothèse de soldats aiguisant leurs armes et celle des tailleurs de pierres affutant leurs outils ont été écartées.

L'idée selon laquelle les tisserands aiguisaient leurs navettes semblent plus probable ; elle a déjà été attestée à Rosheim et Rouffach ; on retrouve également de telles marques à Pfaffenheim. Au XVIIIe siècle en effet, des familles de tisserands habitaient à côté de l'église et il n'est pas impossible qu'ils se soient servis de ses murs pour ré-affuter les pointes émoussées de leurs navettes.

Quant au fait que ce genre de marque se trouve généralement sur les murs des églises, il peut être expliqué par des idées superstitieuses ainsi que par le fait qu'au Moyen Âge les églises comptaient parmi les rares bâtiments construits en pierres.

La gare[modifier | modifier le code]

Dettwiller possède une halte ferroviaire desservie par le TER Alsace.

Article détaillé : Gare de Dettwiller.

Événements et fêtes à Dettwiller[modifier | modifier le code]

  • Dernier dimanche du mois d'août : messti du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Reinhold de Rosen (° 1604 - † 1667) – Possesseur de Dettwiller de 1652 à sa mort.
  • Conrad de Rosen (° 1628 - † 1715) – Possesseur de Dettwiller de 1667 à sa mort.
  • Alfred Roll (° 1846 - † 1919) – Artiste peintre de la mouvance naturaliste[22],[23].
  • Tim Moser (° 1883 - † 1956) – Historien local, a écrit de nombreux articles sur l'histoire et le folklore du village.
  • René Allenbach (° 1889 - † 1958) – Artiste peintre et ancien directeur de l'École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg.
  • René Stabmann (° 1894 - † 1969) – Artiste peintre et ancien professeur à l'École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg.
  • Maréchal Leclerc (° 1902 - † 1947) – Le soir du 22 novembre 1944, avec le colonel Rouvillois, il prépara la libération de Strasbourg dans la maison se trouvant en face de la mairie. Une rue de Dettwiller porte son nom.
  • Général Marc Rouvillois (° 1903 - † 1986) – Libéra Dettwiller le 22 novembre 1944 lors de la Seconde Guerre mondiale. Nommé citoyen d'honneur du village en 1946, une rue et un quartier de Dettwiller portent son nom.
  • Paul Gerber (° 1917) – Historien local, a écrit de nombreux articles sur l'histoire du village et la famille de Rosen.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Club Patrimoine de Dettwiller, Dettwiller Rosenwiller : Bachknippe Gèscht un Hit, t. 1, Strasbourg, Carré Blanc Éditions,‎ 2006, 192 p. (ISBN 2-84488-083-5)
  • Club Patrimoine de Dettwiller, Dettwiller Rosenwiller : Bachknippe Gèscht un Hit, t. 2, Strasbourg, Carré Blanc Éditions,‎ 2010, 160 p. (ISBN 2-84488-126-2)
  • Jean-Luc Flohic, Le patrimoine des communes du Bas-Rhin, t. 2, Éditions Flohic,‎ 1999 (ISBN 2-84234-055-8)
  • Paul Gerber, Herrenstein avec Dettwiller et Dossenheim : Histoire de la Seigneurie de Herrenstein et remarques sur son château, vol. 91-92, Saverne, Bull. Soc. Hist. Archéol. Saverne,‎ 1975, 52 p.
  • Paul Gerber, La famille de Rosen en Alsace et en Franche-Comté, vol. 103, Saverne, Bull. Soc. Hist. Archéol. Saverne,‎ 1978, 48 p.
  • Inventaire general des monuments et des richesses artistiques de la France, Bas-Rhin : Canton Saverne, Paris, Impr. Nationale,‎ 1978 (ISBN 2-11080-714-8)
  • (la) Kaspar Zeuß, Traditiones possessionesque Wizenburgenses : codices duo cum supplementis, Köhler,‎ 1842, 390 p. (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « so liegt ein Kirchlein u. dann ein bruderhaus in der kleinen wiesentau ; soch Kirchlein ist S. Blasio consecriert » Document de 1540
  2. « similiter dono in zuzuzenheim marca et niuuora marca et ad daugendorp et ad bizzirichesheim et creodcheim et ad geizuuilare et ad dendunuuilare et ad scaphhuson et ad urenuuilare uinia una et ad urenheim et ad slaumareshaim. »
  3. « similiter in urenheim uel in ilenuuilare seu hittendorphe siue in dendunuuilare nec non et in matra. »
  4. « uel uuilo donatores donamus in elemosina gerbaldi in uillis cognominantibus bruningouuilare ad dendunuuilare ad seaphhusa ad matra ad meistreshaim. »
  5. Règlement de la cour colongère.
  6. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  7. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin communal de Dettwiller, mai 1982
  2. Bulletin communal de Dettwiller, décembre 1980
  3. Paul Gerber, Dettwiller et l'abbaye de Wissembourg - VIIIe et IXe siècles, Bull. Soc. Hist. Archéol. Saverne, 1984, cahiers 126-127, pp. 43-46
  4. Kaspar Zeuß, Traditiones possessionesque Wizenburgenses, 1842, p. 64 (charte 60)
  5. Ibid., p. 66 (charte 62)
  6. Ibid., p. 105 (charte 102)
  7. Charles-Edouard Perrin, « Essai sur la fortune immobilière de l'abbaye alsacienne de Marmoutier aux Xe et XIe siècles », Collection d'Etudes sur l'histoire du droit et des institutions en Alsace, 1935, vol. 10
  8. Archives Départementales du Bas-Rhin ; série G 3131
  9. Archives Départementales du Bas-Rhin ; série E 1455 et E 1459
  10. Club Patrimoine ; Dettwiller Rosenwiller : Bachknippe Gèscht un Hit - Tome 1, Mémoire de vies, 2006, p. 7 (ISBN 2-84488-083-5)
  11. a, b et c Registres d'État civil de Dettwiller
  12. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 244b
  13. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)
  14. Tim Moser ; À propos des armoiries de Dettwiller ; Bull. Soc. Hist. Archéol. Saverne ; 1957 ; cahier 22 ; p. 82
  15. a et b Travaux de Christian Remmer, disponibles à la bibliothèque de Dettwiller
  16. [PDF] Résultats définitifs des élections municipales et communautaires 2014.
  17. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  20. Club Patrimoine ; Dettwiller Rosenwiller : Bachknippe Gèscht un Hit - Tome 1, Mémoire de vies, 2006, pp. 56-66, (ISBN 2-84488-083-5)
  21. Tim Moser, Des griffes du diable à Dettwiller, Bull. Soc. Hist. Archéol. Saverne, 1957, cahier 22, p. 85
  22. http://celtiq.perso.neuf.fr/alfredrol.html
  23. Collectif sous la direction d'Olivier Le Bihan ; Alfred Roll 1846-1919 - Le naturalisme en question, Somogy, 2007, (ISBN 978-2-75720-159-6)