Damprichard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Damprichard
Blason de Damprichard
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Maîche
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Maîche
Maire
Mandat
Guy Sigvart
2008-2014
Code postal 25450
Code commune 25193
Démographie
Population
municipale
1 789 hab. (2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 43″ N 6° 52′ 56″ E / 47.2452777778, 6.88222222222 ()47° 14′ 43″ Nord 6° 52′ 56″ Est / 47.2452777778, 6.88222222222 ()  
Altitude Min. 780 m – Max. 1 023 m
Superficie 21,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Damprichard

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Damprichard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Damprichard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Damprichard
Liens
Site web www.mairie-damprichard.fr

Damprichard est une commune française, située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

On surnomme ses habitants les Culs-Brûlés.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fontaine Dan Richet en 1361 ; Damprichard en 1631 ; Damrichard en 1759.[1]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Damprichard est située en Franche-Comté, dans l'est du département du Doubs, à 64,6 kilomètres à vol d'oiseau à l'est de Besançon[2], à 30,2 kilomètres à vol d'oiseau au sud de Montbéliard[3], et à 55 kilomètres à vol d'oiseau au nord-est de Pontarlier[4]. Elle se situe à proximité de la frontière franco-suisse.

Communes limitrophes de Damprichard
Thiébouhans Trévillers, Ferrières-le-Lac Belfays, Urtière
Cernay-l'Église Damprichard Charmauvillers
Charquemont Charquemont Charmauvillers

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 15 juin 1940, les environs de Damprichard sont le théâtre d'une âpre et ultime bataille entre les Allemands (corps blindé du général Guderian) et le 45e corps d'armée français du général Marius Daille, composé de la 67e division d'infanterie, de la 2e division polonaise de chasseurs et de la 2e brigade de spahis.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2006 2008 Dumollo    
mars 2008 2014 Guy Sigvart[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 789 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
920 783 908 654 1 066 1 006 978 1 010 1 030
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
999 1 091 1 142 1 065 1 167 1 170 1 200 1 188 1 186
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 186 1 177 1 358 1 254 1 242 1 359 1 356 1 389 1 532
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 741 1 763 2 016 1 907 1 858 1 768 1 788 1 787 1 769
2011 - - - - - - - -
1 789 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Le maximum de la population a été atteint en 1975 avec 2 016 habitants.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Madeleine. Le 6 juin 1742 à dix heures du matin on commence à démolir l'ancienne église en vue de bâtir au même endroit la « neuve église » actuelle. Tous les habitants, du plus grand au plus petit, mettent la main à la tâche ; on s'en va quérir des pierres à La Seignotte, à Rangevillers, à La Montay, à Urtières et jusqu'au Cernier d'Ambay. La construction dure trois ans. C'est cette église, agrandie en 1862, réparée en 1960 puis entièrement rénovée intérieurement et extérieurement au début des années 1980 qui dresse son clocher caractéristique au centre de l'agglomération.[8]
  • Monument aux morts. Dans les derniers jours de la guerre 39-40, la région de Damprichard devint théâtre d'opérations. Dès le mardi 18 juin le village recevait les premiers obus allemands, mais c'est durant toute la journée du 19 juin que les affrontements furent les plus chauds : Polonais du général Prugard-Kelting et Spahis algériens résistèrent jusqu'en fin d'après-midi, s'accrochant au terrain sur les hauteurs de Cernay et dans la plaine de Damprichard. Le nombre impressionnant de soldats polonais dont les noms sont gravés dans le marbre du monument à la gloire de ces héroïques combattants est suffisamment éloquent pour évoquer l'âpreté des combats de juin 1940.[9]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Locmaria-Plouzané (France)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, Besançon, Cêtre,‎ 1983
  2. « Calcul de l'orthodromie entre Damprichard et Besançon », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 23 décembre 2011)
  3. « Calcul de l'orthodromie entre Damprichard et Montbéliard », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 23 décembre 2011)
  4. « Calcul de l'orthodromie entre Damprichard et Pontarlier », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 23 décembre 2011)
  5. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, Besançon, Cêtre,‎ 1983
  9. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 2, Besançon, Cêtre,‎ 1983

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :