Montlebon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montlebon
Montlebon
Montlebon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Canton Morteau
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Morteau
Maire
Mandat
Catherine Rognon
2014-2020
Code postal 25500
Code commune 25403
Démographie
Gentilé Belmontoise, Belmontois
Population
municipale
1 963 hab. (2011)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 33″ N 6° 36′ 29″ E / 47.0425, 6.60805555556 ()47° 02′ 33″ Nord 6° 36′ 29″ Est / 47.0425, 6.60805555556 ()  
Altitude Min. 750 m – Max. 1 287 m
Superficie 27,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Montlebon

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Montlebon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montlebon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montlebon

Montlebon est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Monlebon en 1373 ; Mont le Bon en 1649 ; Montlebon depuis 1692[1].

Les habitants de Montlebon s'appellent les Montlebonais(es) ou les Belmontois(es).

La commune est située dans le val de Morteau (Haut-Doubs) à la frontière suisse (Le Cerneux-Péquignot).

L'altitude est comprise entre 750 et 1 287 mètres au Meix-Musy.

Cette commune est constituée de trois villages plus ou moins indépendants qui ont chacun leur église, leur cimetière, leur salle des fêtes : Montlebon, Derrière-le-Mont et les Fontenottes. Il y a aujourd'hui une école seulement à Montlebon bien qu'autrefois Derrière-le-Mont et les Fontenottes possédaient également les leurs, de taille cependant beaucoup moins conséquente.

Communes limtrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Morteau Les Fins Villers-le-Lac Rose des vents
N
O    Montlebon    E
S
Grand'Combe-Chateleu Le Cerneux-Péquignot
(CH, NE)

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montlebon Blason De sable au mont d’or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Albert Rognon UMP Conseiller général
mars 2008 2014 Christophe André[2] UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 963 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 698 1 297 1 398 1 119 1 174 1 256 1 254 1 268 1 298
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 320 1 279 1 374 1 311 1 356 1 394 1 362 1 218 1 228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 225 1 213 1 217 1 109 1 224 1 265 1 277 1 221 1 317
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 394 1 435 1 465 1 404 1 587 1 710 1 873 1 919 1 963
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Couvent des Minimes de la Seigne. Le couvent a été construit dans le dernier quart du XVIIe siècle. Le couvent est aujourd’hui occupé par la mairie et l'église paroissiale, les bâtiments sont propriétés de la commune. Les façades et toitures des bâtiments conventuels ainsi que la chapelle font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 30 octobre 1973[5].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Descente-alpage-montlebon-APPAT.JPG
  • La descente d'alpage

La descente d'alpage est une fête folklorique puisqu'il n'y a plus d'alpage dans le val de Morteau depuis plusieurs décennies. Au cours de cette journée, l'Association Pour le Partage Avec Tous (APPAT), souhaite rappeler ou présenter au public la vie de nos aïeux. Le défilé s'organise autour de 300 vaches qui descendent de la montagne. Pour cette journée, ces animaux portent une coiffe particulière appelée des bout-à-culs. Les chars, tractés par des chevaux comtois, sont des vitrines de la vie d'autrefois. Il est également possible d'apprécier les prestations des harmonies des villages alentour. La population belmontoise apporte également sa contribution, les grands comme les petits. Depuis 1990, la manifestation est programmée tous les deux ans, le troisième dimanche de septembre.

  • Seign'art

Le couvent des minimes de Sur La Seigne accueille l'exposition. Elle regroupe une trentaine d'artistes résidant dans la commune. Peinture, musique, chant, sculpture, patchwork, culture de bonzaï, modélisme, etc., sont à l'honneur. La manifestation est programmée tous les deux ans, le troisième dimanche de septembre en alternance avec la descente d'alpage.

  • Son et Lumière

Le son et lumière est organisé tous les 2 ou 3 ans dans le village de Montlebon sur la place des Minimes. Il regroupe 50 à 100 figurants pour jouer des scènes d'autrefois, sous une bande son. Les derniers thèmes abordés furent l'horlogerie du val de Morteau, l'invasion des Vikings à Montlebon, ou encore la Première Guerre mondiale (joué en 2011). Il est organisé par l'APPAT, association belmontoise (Association Pour le Partage avec Tous).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas-François Rougnon (1727-1799), professeur de médecine
  • Claude-Antoine Simon-Vermot (1759-1806), colonel d'artillerie du Consulat et de l'Empire (Thierry Choffat, Jean-Marie Thiébaud, Gérard Tissot, "Les Comtois de Napoléon - Cent destins au service de l'Empire", Cabédita, collection Archives vivantes, 2006, p. 243-244).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre,‎ 1985
  2. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  5. « Couvent des Minimes de la Seigne », base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :