Fessevillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fessevillers
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Maîche
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Maîche
Maire
Mandat
Thierry Verney
2014-2020
Code postal 25470
Code commune 25238
Démographie
Population
municipale
173 hab. (2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 52″ N 6° 54′ 54″ E / 47.2811111111, 6.91547° 16′ 52″ Nord 6° 54′ 54″ Est / 47.2811111111, 6.915  
Altitude Min. 485 m – Max. 975 m
Superficie 6,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Fessevillers

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Fessevillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fessevillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fessevillers

Fessevillers est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté. Fessevillers est une étape de randonnée sur le GR5[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fischwilar en 1168, 1177 ; Fesseveler en 1308 ; Fischvillar en 1431[2].

Fessevillers est une commune installée sur le versant nord-ouest de la vallée du Doubs, touchant sa rive gauche et à la frontière suisse sur 250 mètres. Elle est riveraine avec les communes d'Indevillers, Les Plains-et-Grands-Essarts, Trévillers, Ferrières-le-Lac, Belfays, Urtière, Goumois ainsi que la commune suisse de Saignelégier.

Le village de Fessevillers est en bordure du plateau de Maîche, placé sur un passage reliant ce plateau de Maîche aux Franches-Montagnes suisses, franchissant le Doubs sur le pont de Goumois.

Le hameau du Plain s´étend sur un replat dans la côte descendant vers le Doubs, ayant formé une section avec le hameau de Montsacier-Dessous ; ce hameau est généralement en étroite relation avec le moulin du Plain situé au bord du Doubs, mais sur le territoire de la commune d´Indevillers, ainsi que les lieux des Champs du Doubs et de la Caborde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fessevillers est connu d´après des documents concernant son église écrits depuis 1168, appelée alors Fischwilar. C´est l´un des plus anciens villages historiquement connus dans cette région de la boucle la plus orientale du Doubs, appelée le Clos du Doubs franco-suisse. Dans cette région, en 1177, l'église de Fessevillers avait le titre d'église-mère et elle desservait quatre chapelles à Indevillers, Courtefontaine, Trévillers et Charmauvillers, dans lesquelles étaient délégués des vicaires.

De par sa situation, Fessevillers subit de nombreux passages des troupes militaires et d´importance destructions, notamment au cours de la guerre des Deux Bourgogne en 1774-1475, et de la guerre de Dix Ans (1634 - 1644).

À la fin du XVIIe siècle, une verrerie s'établit à La Caborde au bord du Doubs et fonctionna de 1691 à 1716, utilisant le bois des forêts des côtes du Doubs. Des verriers de la Caborde, Jean Raspiller (1703) et Melchior Schmitt (1704) sont inhumés dans l´église de Fessevillers où l´on voit encore leurs pierres tombales. Georges Raspiller, frère de Jean, doit y être également, mais il est difficile de l'identifier : plusieurs pierres dans l'église, avec des symboles "verriers", mais sans inscriptions.

À 2,5 km du village, vers l'est, le hameau du Plain comptait une trentaine d´habitants au XIXe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fessevillers Blason Coupé: au 1er d'azur chargé à dextre d'un soleil d'or et à senestre d'une croix potencée et alésée d'argent cantonnée de quatre croisettes du même, au 2e de sinople à la roue de moulin d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Robert Cattin[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 173 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
200 173 159 205 234 235 244 250 264
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
228 229 225 179 217 213 219 190 201
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
171 173 155 135 118 117 122 136 129
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
111 94 91 117 105 139 160 166 175
2011 - - - - - - - -
173 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue sur l'église.
  • La chapelle Sainte-Anne-du-Plain

Dans ce hameau, une chapelle a été édifiée à la fin du XVe siècle. Une inscription au fronton du retable surmontant l'autel, rappelle que "cette chapelle a été fondée en l'honneur de tous les saints par la famille des Voisard du Plain et de Montsacier en l´an 1482". Cette chapelle privée fut longtemps "commune et bien" des familles Voisard, puis appartint au propriétaire de la ferme voisine. Aux familles Voisard, ont succédé les familles Choulet. Dédiée à tous les saints, elle fut bientôt dénommée chapelle Sainte-Anne comme en témoigne une pierre tombale de 1618 de la chapelle d´Indevillers, ancienne église de ce village. Pendant la Révolution française, son statut de bien privé lui permit d´échapper à la nationalisation et à la vente. Une nouvelle cloche est installée en 1804 au moment de sa réouverture comme chapelle.

Au long du XIXe siècle siècle, elle est gérée par les chefs de famille, Voisard, puis Choulet, réunis en une fabrique, tenant registre des recettes et des dépenses. À de nombreuses reprises il fallut faire des travaux de réparation, en raison de la vétusté, d´un incendie de la ferme proche en 1833, de plusieurs atteintes de la foudre. Actuellement, a lieu un pèlerinage le dernier dimanche de juillet rassemblant 3 à 400 personnes.

Elle a bénéficié de deux vitraux modernes créés et réalisés par le maître-verrier Hubert Deininger et remis à la chapelle en 2002 par la famille de Rainer Voisard d´Ulm. Depuis cette époque, une association des "Amis de la chapelle du Plain" veille, avec les membres de la famille Choulet, à maintenir ouverte et accueillant cette chapelle de Sainte-Anne-du-Plain, au milieu de la prairie[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gîte de Fessevillers », sur www.le-gr5.com (consulté le dimanche 15 novembre 2009)
  2. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 3, Besançon, Cêtre,‎ 1984
  3. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. "Association des Amis de la chapelle du Plain" chez Bernard Narbey, 35 rue de l´Oratoire, 25000 Besançon, France: bernard.narbey@free.fr
  • Dictionnaire des communes du département du Doubs, 3e tome, 1984, Cêtre éditeur à Besançon.
  • « La Chapelle du Plain », cahier du Clos du Doubs no 1 de juillet 2002, brochure de 44 pages du GHETE Au Clos du Doubs, DL no 796.
  • « Verriers et Verreries au Clos du Doubs », cahier no 4 de juin 2004, 60 pages, du GHETE Au Clos du Doubs, DL no 0909

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]