Montjoie-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montjoi.
Montjoie-le-Château
Montjoie-le-Château.
Montjoie-le-Château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Canton Saint-Hippolyte
Intercommunalité Communauté de communes de Saint-Hippolyte
Maire
Mandat
Claude Martelet
2014-2020
Code postal 25190
Code commune 25402
Démographie
Population
municipale
33 hab. (2011)
Densité 6,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 02″ N 6° 54′ 09″ E / 47.3505555556, 6.902547° 21′ 02″ Nord 6° 54′ 09″ Est / 47.3505555556, 6.9025  
Altitude Min. 395 m – Max. 773 m
Superficie 5,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 14.svg
Montjoie-le-Château

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Montjoie-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montjoie-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montjoie-le-Château

Montjoie-le-Château est une commune française située dans le département du Doubs en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Monte Gyena en 1239 ; Læti mons en 1369 ; Montjoye-sur-Doub en 1377 ; Montjoye en 1398 ; Montjoie en 1790 ; Montjoie-le-Château depuis le 24 janvier 1922[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villars-lès-Blamont Haute-Ajoie
(CH, Jura)
Rose des vents
Chamesol N Vaufrey
O    Montjoie-le-Château    E
S
Soulce-Cernay Courtefontaine

Histoire[modifier | modifier le code]

Siège d'une seigneurie puis baronnie créée par les seigneurs de Glère elle sera transmise aux barons de Thuillières par le mariage de la fille de Guillaume II de Glère-Montjoie avec Didier de Montreux. De cette union naitra Jeanne, dame de Montreux en Ferrette, qui va épouser Guillaume de Thuillières donnant ainsi naissance à la branche de Thuillières-Montjoie.

Article détaillé : Seigneurie de Montjoie-le-Château.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Joseph Klinguer[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 33 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
107 108 106 90 131 158 166 165 160
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
136 140 127 125 123 120 120 136 123
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
89 83 90 50 61 43 34 34 30
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
31 29 23 17 21 22 24 33 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Donjon du château de Montjoie
Article détaillé : Château de Montjoie-le-Château.

Restes d'un imposant château bâti dès le début du XIIIe siècle par les sires de Glère, durant les guerres de Méranie.

Assiégé sans résultat en 1428 par Jean de Thierstein, bailli de Ferrette, il fut pris en 1444 par les troupes impériales, en 1475 par les confédérés helvétiques lors de Guerres de Bourgogne et ne fut définitivement mis en ruines qu'en juin 1635 par les troupes françaises du Maréchal de La Force.

Laissons l'Abbé Richard (in Essai sur l'histoire de la Maison & Baronnie de Montjoie - 1860 - Besançon) nous conter sa triste fin : "le 22 mars 1634, le rhingrave Otto-Louis, général des Suédois, après avoir défait les troupes du marquis de Bade, allié du duc de Lorraine, qui soutenait les Espagnols, arrive bientôt sur les frontières de la Franche-Comté et somme le baron de Montjoie de lui livrer passage, sous peine d'être traité en ennemi. Le baron en réfère aux gouverneurs du comté de Bourgogne, ainsi qu'au marquis de Conflans, et réclame leur secours sans quoi, disait-il, il ne pouvait se défendre et était contraint d'accepter la protection de la France, qui lui était offerte. Le marquis lui répond sur-le-champ qu'il n'a rien à craindre, puisqu'il est placé sous l'égide de l'empereur ; que si le rhingrave attaque les montagnes, il a 10000 hommes de milice et des montagnards armés pour voler à son secours. Cette réponse encourage le baron de Montjoie qui, comprenant que la défense des montagnes lui appartient, envoie au rhingrave la réponse du marquis et lui refuse le passage. Otto-Louis n'ose s'avancer plus loin. Le baron de Montjoie est moins heureux l'année suivante. Le maréchal de La Force, commandant un corps français de 12000 hommes, vient camper à la fin de mai 1635 sous le château de Montjoie. Saint-Belmont, capitaine lorrain, s'était jeté dans la forteresse, dont l'assise sur un roc élevé au milieu d'une vallée profonde était sa meilleure défense. Une sommation est signifiée à Saint-Belmont, et il refuse de se rendre. Pour attaquer la forteresse avec avantage, le maréchal avait à loger son canon sur un tertre incliné de l'autre côté du ravin, au couchant ; mais pour y arriver, il n'y avait qu'un chemin dans l'étroit espace de cette coupure, au pied même des murs du château. Saint-Belmont tuait à coups de mousquet les bœufs et les chevaux attelés pour monter les canons ; et tant qu'il eut des munitions, jamais l'ennemi ne put occuper avec son artillerie le point dominant la forteresse. Quand la poudre vint à manquer, le capitaine lorrain ne se rendit pas encore : il subit plusieurs volées de canon et ne capitula qu'après que la brèche fut praticable, après plus de trois semaines d'une honorable défense. Les vainqueurs firent sauter les tours et les murailles du château, en brûlèrent les maisons, ainsi que celles du bourg ; la chapelle seule fut épargnée, ses murailles, rougies par le feu à l'extérieur, attestent encore de nos jours l'intensité de l'incendie."

Des tentatives de restauration ont été entreprises dans le courant des années 1980 (consolidation du donjon pentagonal, défrichement général du site, fouilles partielles qui ont mis au jour une superbe série de carreaux de poêle recouverts d'une glaçure à base de plomb de couleur verte et datant de la fin du XVIe siècle ainsi que quelques objets hétéroclites : clous en fer forgé, broche en bronze d'un clavendier, monnaies (rappen de Brisach & double parisis royal de Charles IV)...

Un boulet de canon, d'un diamètre d'environ 9 centimètres, datant du siège du château de 1635, a été mis au jour dans les années 1930, il est actuellement en possession d'un particulier du village.

Ce site castral d'une surface de plus de 85 ares, possédait trois enceintes. La chapelle castrale était enserrée entre la première et la seconde enceinte. Il est encore possible d'admirer les vestiges de la seconde enceinte ainsi que de la porterie qui était protégée par une massive tour en encorbellement. Cette dernière présente au visiteur un superbe mur à gros bossages. Il doit dater du XVe siècle. Les vestiges du massif donjon pentagonal (similaire à celui de Montbéliard ou du Bernstein dans le Bas-Rhin) sont encore des plus imposants. On peut y voir l'emplacement de deux cheminées superposées au premier et au second étage. À droite de la cheminée au premier étage sont un lave-mains et l'accès aux latrines donnant dans le fossé.

À noter les vestiges des caves comblées de gravats (logis seigneuriaux à côté du donjon) ainsi que d'une salle souterraine desservie par un escalier et éclairée par une petite fenêtre (derrière la tour en encorbellement), l'emplacement d'une poterne donnant accès dans la combe du château.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Claudine de Montjoie (1571-1612) qui mourut en odeur de sainteté selon la légende : fille de Jean II, réputé pour son avarice et son absence de cœur, elle fit d'importantes aumônes contre l'avis de ses parents. Un jour son père la surprit alors qu'elle descendait au bourg, il lui fit ouvrir son tablier et aussitôt les vivres qui s'y trouvaient se transformèrent en un bouquet de roses. Son père en fut transformé. Inhumé dans la chapelle de Montjoie, son corps s'est conservé jusqu'à nos jours. Il est visible dans une châsse dans la paroi à droite de la nef.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 4, Besançon, Cêtre,‎ 1985
  2. [PDF] Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Nicolas Richard, Essai sur l'histoire de la maison et baronnie de Montjoie, 1860 Google livres

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]