Antoine Froment

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antoine Froment, né à Mens dans le Dauphiné en 1508 ou 1509 et mort à Genève le 6 novembre 1581, est un réformateur et pasteur genevois. Il est considéré, au même titre que Jean Calvin ou Guillaume Farel - dont il a été l'élève et qu'il a suivi dans plusieurs villes de Suisse romande -, comme un précurseur de la Réforme protestante à Genève[1].

Le 1er janvier 1533, il prêche à la place du Molard, à Genève. Mis en garde par le Conseil de la ville, il devra, quelques jours plus tard, quitter Genève. Il retourne alors à Yvonand, paroisse dont il avait la charge comme pasteur depuis deux ans.

Il est également l'époux de la théologienne Marie Dentière - seule femme à avoir son nom inscrit sur le Monument international de la Réformation[2].

Outre sa carrière théologique, il a aussi mené une carrière littéraire. De 1549 à 1552, il a été l'assistant du chroniqueur et historien genevois François Bonivard.

Il est aussi l'auteur de «Les actes et gestes merveilleux de la cité de Genève, nouvellement convertie à l’Évangile»[3].

Il est mort à Genève le 6 novembre 1581.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. "Dès 1530, Farel prêche à Genève, avec la recommandation des Bernois qui ont adopté la Réforme en 1528. Puis, en 1533, les réformés de la ville sortent du bois et organisent avec Antoine Froment un prêche sur la place du Molard. L’agitation réformée gagne la ville. L’évêque pro-savoyard déserte et Genève, assurée du soutien de Berne, opte pour la Réforme, rompant ses derniers liens avec la Savoie catholique." in http://www.imprimeriedesarts.ch/spip/spip.php?article21
  2. "Le nom de Marie Dentière a été gravé sur le Mur des Réformateurs en novembre 2002" in http://www.protestant.ch/enpg/enpg_web.nsf/categ/A8F8D571889F8A7CC1256C640057668A?OpenDocument
  3. Michelet (Hist. de France, XI. 91): "Nul livre plus amusant que la chronique de Froment, hardi colporteur de la grâce, naif et mordant satirique que les dévotes génevoises, plaisamment dévoilées par lui, essayèrent de jeter au Rhône."

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Antoine Froment, Les actes et gestes merveilleux de la cité de Genève, nouvellement convertie à l’Evangile. Édité par G. Revilliod, Genève, 1854.
  • Louis J. H. Dupont, Antoine Froment ou Les Commencements de La Reforme à Genève. Thèse éditée à compte d'auteur, Strasbourg 1857.
  • Lewis W. Spitz, The Rise of Modern Europe. Harper and Row, New-York 1985.
  • Émile G. Léonard, A History of Protestantism, Volume One: The Reformation. Bobbs-Merrill Company Inc, Great Britain 1968.
  • Maurice Bossard, "Chroniqueurs du XVIe siècle" in Histoire de la littérature en Suisse romande. Payot, Lausanne 1996. .Tome 1, p. 95-107.
  • Charles Chenevière, Farel, Froment, Viret, réformateurs religieux au XVIe siècle. Édité par Ch. Gruaz, Genève 1835.

Articles connexes[modifier | modifier le code]