Château de Bellerive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Bellerive
Image illustrative de l'article Château de Bellerive
Vue lointaine du château depuis la route
Protection Bien culturel d'importance nationale
Coordonnées 46° 15′ 28″ N 6° 11′ 45″ E / 46.257781, 6.195752 ()46° 15′ 28″ Nord 6° 11′ 45″ Est / 46.257781, 6.195752 ()  
Pays Suisse
Canton Genève
Commune Collonge-Bellerive

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

(Voir situation sur carte : canton de Genève)
Château de Bellerive

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Château de Bellerive

Le château de Bellerive est un château genevois situé sur le territoire de la commune de Collonge-Bellerive, en Suisse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château a été construit entre 1668 et 1672[1] sur des parcelles appartenant du XVe siècle au XVIe siècle à la famille Journal, de Collonge[2]. Il a été à l'origine d'une grave crise diplomatique entre les États de Savoie et Genève : quelques années après l'Escalade et malgré la signature du traité de Saint-Julien, les relations entre les deux entités restaient en effet mauvaises. Dans ce cadre, la décision de Genève de lever un impôt sur le sel transporté par le lac Léman entre la Bourgogne et la Savoie provoque la colère des Savoyards. Le duc de Savoie Charles-Emmanuel II de Savoie décide alors de faire construire un dépôt de sel en dehors de la ville afin que les transports puissent contourner cette dernière[3].

Cependant, le bâtiment construit dès 1666 ressemble rapidement plus à un château fort qu'à un simple dépôt de sel, en particulier avec ses 6 tours, son port fermé par des chaînes et ses pièces d'artillerie. Cette construction, que tant Genève que Berne considèrent comme une violation du traité de Saint-Julien interdisant toute fortification aux abords de la ville de Genève ; la tension ne diminuera qu'après la mort du duc Charles-Emmanuel II et la décision de son successeur Victor-Amédée II de Savoie de modifier les plans du bâtiment pour le rendre plus conforme à sa destination de simple grenier fortifié[4].

Devenu domaine national en 1789 lors de la révolution française[2], le château fut vendu à des particuliers. Il est inscrit comme bien culturel d'importance nationale[5] et est, depuis les années 1980, la propriété du prince Sadruddin Aga Khan, ancien Haut commissaire aux réfugiés auprès de l'Organisation des Nations unies[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philip Jamin, « Le fort de Bellerie », dans Flâneries historiques au pays romand, p. 165-173
  • Théodore Foëx, « Un épisode des relations de Genève avec la Savoie, 1666-1700: le château de Bellerive », Indicateur d'histoire suisse, no 48,‎ 1917, p. 61-92
  • Le château de Bellerive, Fondation du Prince Sadruddin Aga Khan,‎ 1983
  • André Bur, « Quand les Genevois menaçaient de brûler Bellerive », dans Des archives à la mémoire : mélanges d'histoire politique, religieuse et sociale offerts à Louis Binz, Genève, Société d'histoire et d'archéologie de Genève,‎ 1995, p. 395-425

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Quelques dates... », sur collonge-bellerive.ch (consulté le 25 avril 2013)
  2. a et b « Le château de Bellerive », sur swisscastles.ch (consulté le 25 avril 2013)
  3. Ric Berger, Autour du Léman: excursions et découvertes, Éditions Cabédita,‎ 1992 (ISBN 9782882950758), p. 37-38
  4. Ric Berger et Jean-Gabriel Linder, Les châteaux de la Suisse: Suisse romande et Tessin, Éditions Cabédita,‎ 1994 (ISBN 9782882951168), p. 48-49
  5. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Genève
  6. (en) « Hidden secrets of the universe », sur jarpages.org (consulté le 25 avril 2013)

Sur les autres projets Wikimedia :