Carmélide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Carmélide

Lieu de la légende arthurienne

Description de cette image, également commentée ci-après

Two Knights do Battle before Cameliard (Deux chevaliers se battent devant Carmélide), par Howard Pyle dans The Story of King Arthur and His Knights (1903).

Localisation Bretagne ou Grande-Bretagne
Régime politique Monarchie
Capitale Carohaise
Personnages Léodagan

La Carmélide est, dans la légende arthurienne, le plus souvent la patrie du roi Léodagan, le père de la reine Guenièvre. C'est le cas notamment dans le Merlin de Robert de Boron. Thomas Malory appelle cette région « Caméliard » dans son livre Le Morte d'Arthur. Il existe différentes hypothèses contradictoires pour la localiser, en Grande-Bretagne (Cornouailles, Pays de Galles) ou dans le pays de Carhaix en Bretagne.

La Carmélide dans la littérature médiévale[modifier | modifier le code]

La roi Arthur rencontre dame Guenièvre, par Howard Pyle dans The Story of King Arthur and His Knights, 1903.

Il existe différentes graphies selon les sources, notamment Cameliard, Cameide, Camiyard, Carmaide, Carmeli(k)e et Ta(r)meli(r)de[1]. La Carmélide est un royaume sur lequel règne Léodagan, père de Guenièvre et gardien de la Table Ronde[2]. Carohaise en est vraisemblablement la capitale, puisque Léodagan y tient sa résidence principale. C'est le lieu où le roi Arthur rencontre Guenièvre pour la première fois. Il est aussi fait mention d'une église St Stephen, où Arthur épouse Guenièvre (dans d'autres textes, ce mariage a lieu à Camelot)[3]. L'un des amant de la fée Morgane, sir Guyanor (ou Guyomard), viendrait de Carmélide[1].

La Carmélide fait partie des premières missions du roi Arthur nouvellement couronné, qui vient défendre ce royaume assiégé par les Saxons et leur roi Claudias de la Terre Déserte, afin d'aider son vassal, le roi Léodagan[1]. Dans la vulgate Merlin, Carhaix (correspondant à Carohaise) est une riche ville de Carmélide, sur laquelle règne Léodagan. Cleodalis en est l'intendant[4]. Il est aussi fait mention de Pedugrain plusieurs fois dans le cycle arthurien comme la cité la plus importante de Grande Bretagne et de Carmélide, ou dans les marches d'Irlande et de Carmélide[5].

Dans les œuvres modernes[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des lieux de la légende arthurienne, la Carmélide est mentionnée dans la série Kaamelott d'Alexandre Astier. Elle donne même son nom au septième tome de l'adaptation en bande dessinée, Contre-attaque en Carmélide[6].

Localisation[modifier | modifier le code]

Il existe différentes hypothèses pour localiser la Carmélide, les textes de la littérature arthurienne étant contradictoires entre eux. Les auteurs anglais soutiennent qu'elle est sur l'île de Grande-Bretagne. Un indice est la position de la ville de Bedingran / Pedugrain, décrite comme étant « aux marches de l'Irlande et de la Carmélide »[3]. Les théories des auteurs anglais la placent ainsi parfois au Pays de Galles, parfois en Cornouailles (où les racines historiques seraient plus fiables[7], basées sur l'étymologie Camel ou Camelford pour désigner les Cornouailles[1]), et parfois dans le Nord[8].

Dans la tradition française[9], Maël-Carhaix en Bretagne correspondrait au pays nommé Carmélide[10]. L'origine du mot est à rechercher dans les langues celtiques, le gaulois *car (breton ker ou caer) signifiant « lieu fortifié » et *metl-os (à l'origine du nom de *Medle / *Mezle) « colline ». Le pays environnant est en effet constitué de collines, et est traversé par l'aqueduc romain qui part de Saint-Symphorien / Brécillen, en Paule, pour aboutir à Carhaix (la Carohaise de la Légende)[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Bruce 2013, p. 106
  2. (en) Alan Lupack, The Oxford Guide to Arthurian Literature and Legend, Oxford University Press, 2007, p. 457
  3. a et b (en) John Darrah, Paganism in Arthurian Romance, Boydell & Brewer, 1997, (ISBN 0859914267 et 9780859914260), p. 222
  4. Bruce 2013, p. Entrée « Carhaix »
  5. Le Roman en Prose de Lancelot Du Lac, Slatkine, 1938, p. 136
  6. Alexandre Astier et Steven Dupré, Kaamelott - tome 7 - Contre-attaque en Carmélide, Casterman BD, (ISBN 2822204659 et 9782822204651), 48 p.
  7. (en) Mike Ashley, The Mammoth Book of King Arthur: Reality and Legend, the Beginning and the End--The Most Complete Arthurian Sourcebook Ever, Carroll & Graf, 10 avril 2005, (ISBN 0786715669 et 978-0786715664), p. 612
  8. An Index of the Arthurian Names in Middle English, vol. 10, Stanford University Press, 1952, (ISBN 080470094X et 9780804700948), p. 54
  9. Leo Carruthers, directeur du Centre d'Etudes Médiévales Anglaises, Paris La Sorbonne, dans le documentaire Aux Sources de Kaamelott, acte I - Les mœurs et la femme
  10. Jean-Claude Even et Maria Kernivinenn, Emgann Karaes, J.C. Even,‎ 1996 (ISBN 2909252116 et 9782909252117), p. 45; 51; 129. Étude republiée dans Lignes et lignages dans la littérature arthurienne: actes du 3e Colloque arthurien organisé à l'Université de Haute-Bretagne, 13-14 octobre 2005 sous la dir. de Christine Ferlampin-Acher et Denis Hüe, coll. Interférences, Presses universitaires de Rennes, 2007
  11. Page consacrée à la Carmélide sur le site de l'auteur du livre précédemment cité Jean-Claude Even : marikavel.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christopher W. Bruce, The Arthurian Name Dictionary, Routledge,‎ 2013, 544 p. (ISBN 1136755373 et 9781136755378)
    Livre numérique