Bataille de Camlann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
How Mordred was Slain by Arthur, and How by Him Arthur was Hurt to the Death, par Arthur Rackham

La bataille de Camlann est la dernière bataille à laquelle le roi Arthur aurait pris part.

Sources anciennes[modifier | modifier le code]

Les Annales de Cambrie (conservées dans des manuscrits du XIIe siècle) mentionnent la bataille de Camlann où périrent Arthur et Mordred. Il n'est pas précisé s'ils sont alors ennemis ou alliés. Selon Geoffroy de Monmouth (Historia Regum Britanniae, 1135-1138) Arthur qui mène la guerre en Gaule est trahi par sa femme Guenièvre qui appuie l'usurpateur Mordred, fils d'Arthur et de sa demi-sœur Morgane alors qu'il n'était qu'écuyer. Arthur confie alors la moitié de son armée à son fidèle neveu Hoël et revient, lui, sur l'île combattre Mordred. Les deux hommes et leurs alliés respectifs se retrouvent à Camlann. Là, meurt le roi Arthur. Il est alors conduit à Avalon. Le même auteur, dans sa Vita Merlini (1150) évoque à nouveau la mort d'Arthur. Cette fois c'est Merlin lui-même qui mène Arthur, grièvement blessé mais toujours vivant, sur l'île d'Avalon, où il est accueilli par Morgane et ses huit sœurs. La mort d'Arthur à Camlann a été reprise par de nombreux auteurs médiévaux (Malory,...) avec quelques variantes. D'après Chrétien de Troyes, Arthur transperce de sa lance son fils caché, Mordred, qui le blesse à la tête et meurt sur le coup. On raconte qu'après ce coup, on le ramena à Avalon et que sa sœur Morgane l'aurait guéri et qu'il reviendrait un jour. C'est ce qu'on appelle l'espoir Breton[1].

Historicité[modifier | modifier le code]

L’archéologue Leslie Alcock date la bataille de Camlann en 490 après J.-C.. Selon les Annales Cambriae, elle aurait eu lieu en 537, et en 541 selon les Annales de Tigernach[2].

Certains historiens situent Camlann dans la plaine de Salisbury, dans le sud de l’Angleterre. Dans le Lancelot-Graal, cette bataille se déroule d'ailleurs dans la plaine de Salesbières. Pour d'autres, il pourrait s'agir du fort de Camboglanna sur le mur d'Hadrien dans le Cumberland[3].

Camboglanna est en effet liée avec Aballaka / Avallaka (probable Avalon) par le Mur d'Hadrien, dans sa partie ouest, en Cumberland. Elles font partie aussi toutes deux du bassin hydrographique de la rivière Ituna / Eden, qui a correspondu, un temps, au royaume breton de Rheged.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Arthur et sa légende " Historia 1er septembre 2006
  2. Jean Markale, Le Roi Arthur et la société celtique, Payot, 1976
  3. Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et dictionnaire, éditions Robert Laffont, Paris, 2000, p.56