Château de Tahara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Tahara
Image illustrative de l'article Château de Tahara
Sakura-mon reconstruit et douves originales du château de Tahara
Nom local 田原城
Début construction 1480
Coordonnées 34° 40′ 25″ N 137° 16′ 11″ E / 34.673494, 137.269728 ()34° 40′ 25″ Nord 137° 16′ 11″ Est / 34.673494, 137.269728 ()  
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Chūbu
Préfecture Aichi
Commune Tahara

Géolocalisation sur la carte : Japon (ouest)

(Voir situation sur carte : Japon (ouest))
Château de Tahara

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Château de Tahara

Le château de Tahara (田原城, Tahara-jō?) est un château japonais situé à Tahara au sud de la préfecture d'Aichi au Japon. À la fin de la période Edo, le château est le siège du clan Miyake, daimyō du domaine de Tahara aux revenus de 12 000 koku.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1480, Munemitsu Toda (1439-1508), seigneur de guerre quasi indépendant de la péninsule d'Atsumi à l'époque Sengoku, érige le prédécesseur du château de Tahara sur un site faisant face à la baie de Mikawa. Menacé par le pouvoir grandissant du clan Matsudaira au nord, Toda prête allégeance au clan Imagawa mais se trouva plus tard soumis à la loi du clan Tokugawa. Suite au siège d'Odawara en 1590, Toyotomi Hideyoshi attribue la région de Kantō à Tokugawa Ieyasu tandis que les Toda sont dépossédés de leurs possessions qui sont données au vassal de Hideyoshi, Igi Tadatsugu, qui reconstruit les douves et la maçonnerie.

À la suite de l'établissement du shogunat Tokugawa, Toda Katatsugu est « rétrogradé » du statut de hatamoto à celui de daimyō avec 10 000 koku et autorisé à retourner au château de Tahara qui est à présent le centre du domaine de Tahara nouvellement créé (1601). En 1664, son fils Toda Tadamasa est transféré au domaine d'Amaku dans la province de Bungo avec un accroissement de revenus à 21 000 koku tandis que le domaine de Tahara est accordé au clan Miyake qui y réside jusqu'à la restauration de Meiji.

Il reste peu de choses du château original si ce n'est quelques parties des douves et de la maçonnerie puisque tous les bâtiments sont détruits en 1872 selon les directives du nouveau gouvernement de Meiji. À l'intérieur du donjon central de l'ancien château se trouve un sanctuaire shinto dédié aux ancêtres du clan Miyake et un autre consacré au célèbre artiste et savant local, Kazan Watanabe, ainsi que le musée de la ville de Tahara. Quand celui-ci est reconstruit en 1990, une fausse yagura (poivrière) et une porte sont également reconstruites.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Morton S. et Schmorleitz, Castles in Japan, Tokyo, Charles E. Tuttle Co.,‎ 1974 (ISBN 0-8048-1102-4), p. 144–145
  • (en) Hinago et Motoo, Japanese Castles, Tokyo, Kodansha,‎ 1986, 1e éd., 200 p. (ISBN 978-0-87011-766-4)
  • (en) Jennifer et Mitchelhill, Castles of the Samurai: Power and Beauty, Tokyo, Kodansha,‎ 2004, 1e éd., 112 p. (ISBN 978-4-7700-2954-6)
  • (en) Stephen et Turnbull, Japanese Castles 1540-1640, Oxford, Osprey Publishing,‎ 2003, poche, 64 p. (ISBN 978-1-84176-429-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]