Clan Tokugawa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maruni-mitsubaaoi (« Cercle autour de trois feuilles de rose trémière », mon du clan Tokugawa.

Le clan Tokugawa (徳川氏, Tokugawa-shi?) est une puissante famille japonaise de daimyo. Ses membres descendent théoriquement de l'empereur Seiwa (850–880) et forment une branche du clan Minamoto (Seiwa Genji) par le clan Nitta. L'histoire ancienne de ce clan reste cependant mystérieuse[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Minamoto no Yoshishige (1202), petit-fils de Minamoto no Yoshiie (1041–1108), est le premier à prendre le nom de « Nitta » . Il s'allie avec son cousin Minamoto no Yoritomo contre le clan Taira (1180) et l'accompagne à Kamakura. Nitta Yoshisue, quatrième fils de Yoshishige, s'installe à Tokugawa (province de Kozuke) et prend le nom de l'endroit. Leur livre historique provincial ne mentionne cependant ni le clan Minamoto ni le clan Nitta[2].

Le fondateur original du clan Matsudaira serait Matsudaira Chikauji, à l'origine un pauvre prêtre bouddhiste[1],[3]. Il descendrait de Nitta Yoshisue à la huitième génération et aurait été témoin de la ruine des Hitta dans leur guerre contre les Ashikaga. Il s'installe à Matsudaira (province de Mikawa) où il est adopté par la famille de sa femme. Leur livre familial prétend que ce clan original est le clan Ariwara[2]. Parce que cet endroit aurait été récupéré par Nobumori Ariwara, une théorie veut que le clan Matsudaira est lié à Ariwara no Narihira[4].

Matsudaira Nobumitsu, (XVe siècle), fils de Chikauji, est en place au château d'Okazaki et renforce l'autorité de la famille dans la province de Mikawa. Matsudaira Kiyoyasu, l'arrière-arrière petit-fils de Nobumitsu, renforce la puissance de son clan mais il est assassiné. En 1567, son petit-fils Ieyasu (1542–1616) obtient de l'empereur la permission de faire revivre le nom de « Tokugawa ». Ce faisant, il peut prétendre descendre du clan Minamoto.

Le clan parvient au pouvoir à l'époque Sengoku et à la fin de la période Edo il dirige le Japon comme par ses shoguns. Il y a en tout quinze shogun Tokugawa. Leur domination est si générale que certains livres d'histoire parlent de l'« ère Tokugawa » plutôt que de la « période Edo ».

Par ailleurs, les chefs du Gosanke (les trois branches avec des domaines féodaux dans les provinces d'Owari, Kishū et Mito) portent le nom « Tokugawa ». Les branches supplémentaires s'appellent le Gosankyō: Les clans Tayasu, Hitotsubashi et Tokugawa Shimizu. De nombreux daimyo portant le nom Matsudaira descendent des Tokugawa. Il en est ainsi des Matsudaira de Fukui et Aizu par exemple. Les membres du clan Tokugawa procèdent à des mariages avec les daimyo dominants ainsi qu'avec la famille impériale.

Le principal sanctuaire familial du clan Tokugawa est le Tōshō-gū à Nikkō, et le temple principal se trouve à Kan'ei-ji à Tokyo. L'héritage du clan est en partie géré par la Tokugawa Memorial Foundation (en).

Emblème[modifier | modifier le code]

L'emblème (mon) du clan Tokugawa, appelé la « triple rose trémière », (bien qu'identifié à tort à la rose trémière, le « aoi » appartient en réalité à la famille des aristoloches et correspond au gingembre Asarum), est une icône immédiatement reconnaissable au Japon, symbolisant également tant le clan Tokugawa que le dernier shogunat.

Cet emblème provient d'un clan mythique, le clan Kamo, que la légende fait descendre du Yatagarasu[5],. Le village de Matsudaira se trouve dans le district de Higashikamo, préfecture d'Aichi. Bien que l'empereur Go-Yōzei a offert un nouvel emblème, Ieyasu continue d'utiliser le mon qui est sans relation avec le clan Minamoto[6].

Dans les Jidai-geki, l'emblème est souvent utilisé pour situer l'histoire dans le cadre de la période Edo. Et dans les œuvres qui se déroulent au cours de la restauration de Meiji, le rôle de l'emblème est d'indiquer l'allégeance de son porteur au shogunat par opposition aux loyalistes dont la cause est symbolisée par le chrysanthème du trône impérial. Une comparaison peut être faite avec l'iconographie de la rose rouge et blanche de la guerre des Deux-Roses anglaise, telle que rapportée par Walter Scott au début du XIXe siècle, dans Anne de Geierstein (1829).

Membres de la famille[modifier | modifier le code]

Obligés[modifier | modifier le code]

Clans[modifier | modifier le code]

Obligés importants[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ja) « 徳川家康展 », Aichi Prefectural Library
  2. a et b (ja) « 十四松平の城・寺・墓を訪ねて », Okazaki,‎ 2000
  3. (ja) Ryōtarō Shiba, « Ieyasu Tokugawa », Shinchosha,‎ 1962
  4. (ja) Kazue Tanaka. 古代史の謎を解き明かす「モード・タ」. Google Books. via Bungeisha. 2000. 101.
  5. (ja) « 賀茂別雷神社 », Kyoto sightseeing taxi
  6. (ja) Ryu Miura. 戦国武将・闇に消されたミステリー. Google Books. via PHP Kenkyusho. 2005. 283.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]