Château de Chihaya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Chihaya
Image illustrative de l'article Château de Chihaya
Nom local 千早城
Début construction 1332
Propriétaire initial Kusunoki Masashige
Coordonnées 34° 25′ 01″ N 135° 39′ 21″ E / 34.41694, 135.65583 ()34° 25′ 01″ Nord 135° 39′ 21″ Est / 34.41694, 135.65583 ()  
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kansai
Préfecture Osaka

Géolocalisation sur la carte : Japon (ouest)

(Voir situation sur carte : Japon (ouest))
Château de Chihaya

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Château de Chihaya

Le château de Chihaya (千早城, Chihaya-jō?) était un château japonais construit en 1332 par Kusunoki Masashige. Composée essentiellement de défenses en bois et de travaux de terrassement, Chihaya est un exemple parfait de la conception des forteresse du Japon de l'époque Nanboku-chō. Située sur le mont Kongō dans la province de Kawachi, elle a survécu au siège de Chihaya en 1333, mais fut conquise plus tard par les forces des shoguns Ashikaga en 1390 puis abandonnée.

Avec le Shimo Akasaka-jō (赤坂城), autre forteresse de montagne voisine, Chihaya servit de base pour les opérations de Kusunoki et était au cœur de ses défenses dans ses campagnes contre le clan Hōjō au nom de l'empereur Go-Daigo. Construite un an après le siège d'Akasaka, Chihaya fut intentionnellement conçue pour être plus forte, et quand elle fut attaquée l'année suivante en 1333, Kusunoki résista avec succès au siège. Les ponts amovibles faisaient partie des principales caractéristiques défensives du château, avec ses murs en bois, ses défenses en terrassement et sa position stratégique sur le mont Kongō. La forteresse était entourée d'arbres à terre et de rochers qu'on pouvait laisser rouler à flanc de montagne sur une armée approchante, avec des écrans de broussaille pour aider à se protéger des flèches.

À la suite de la défense réussie de 1333, la forteresse vécut dans le calme jusqu'à sa chute en 1390. Bien qu'elle n'ait jamais été détruite à l'issue d'une bataille, il est peu probable qu'en subsistent encore des éléments.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frederic, Louis (2002). Chihaya-jō, Japan Encyclopedia, Cambridge, Massachusetts: Harvard University Press.
  • Sansom, George (1961). A History of Japan: 1334-1615, Stanford, California: Stanford University Press. p. 123-4
  • Turnbull, Stephen (1998). The Samurai Sourcebook, London: Cassell & Co.
  • Hinago Motoo, Japanese Castles, Tokyo, Kodansha,‎ 1986, 200 pages p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :