Laurent Valla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valla.

Lorenzo Valla

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Lorenzo Valla, polémiste et pionnier de la philologie

Nom de naissance Lorenzo della Valle
Autres noms Laurentius Valla « Romanus » ou en français Laurent Valla
Activités secrétaire pontifical
Naissance 1407
Rome
Décès 1457
Rome
Langue d'écriture néo-latin
Mouvement Humanisme
Genres essai, poésie

Œuvres principales

  • De Latinæ Linguæ Elegantiis (1444)
  • De falso credita et ementita Constantini donatione libri duo (« Sur la donation de Constantin, à lui faussement attribuée et mensongère », 1447)

Compléments

  • De grammatica

Lorenzo Valla (né "della Valle"), dont le nom latinisé est Laurentius Valla, connu dans les lettres françaises sous le nom de Laurent Valla (Rome, 14071457), humaniste, philosophe et polémiste italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lorenzo Valla étudia le latin et le grec à Rome sous la direction des professeurs Leonardo Bruni et Giovanni Aurispa, puis la rhétorique et la philosophie à l'université de Padoue. Tenté par la carrière diplomatique, il dut cependant se résoudre, après deux échecs successifs auprès du Saint-Siège (1428, 1431), à enseigner dans les universités de Pavie, Naples et Rome. Ses leçons de rhétorique à Pavie, où il critiquait la corruption du latin du célèbre juriste Bartolus de Saxoferrato, lui firent de nombreux ennemis.

Finalement, il obtint en 1433 la protection d'Alphonse V d'Aragon et rejoignit la cour de Naples comme secrétaire particulier. Cet emploi laissait tout loisir à Valla de poursuivre ses recherches sur les écrits des Pères de l'Église. Les résultats de ses études sur les Actes des Apôtres, tendant à démontrer que ce livre n'avait pas été rédigé par les Apôtres eux-mêmes, lui valut une mise en accusation devant l'Inquisition, dont il se tira avec l'appui de son protecteur. Il publia ensuite que la lettre du Christ à Abgar d'Édesse[1], ainsi que d'autres documents naguère considérés comme sacrés, étaient des faux, mettant en cause le caractère chrétien de l'idéal monastique. Lorsqu'en 1444 il voyagea à Rome, il ne put échapper à la haine de ses nombreux ennemis qu'en se déguisant pour s'enfuir à Barcelone, d'où il reprit le bateau pour Naples.

La roue tourna à la mort du pape Eugène IV en février 1447. Alors que Valla était de nouveau à Rome, le nouveau souverain pontife Nicolas V le recruta comme secrétaire apostolique et le fit nommer à la Curie romaine. Désormais respecté pour son savoir, Valla conserva son crédit sous le règne de Calixte III.

L'humaniste[modifier | modifier le code]

Dans ses premiers travaux, il se présenta comme un porte-parole ardent d'un nouvel humanisme devant réformer la langue et l'éducation. Il rechercha des textes oubliés de l'Antiquité classique, pensant que l'esprit gréco-romain qui avait été perdu au Moyen Âge devait être rétabli. Connaissant aussi bien le grec que le latin, il fut choisi par le pape Nicolas V pour traduire Hérodote et Thucydide en latin.

Par sa focalisation sur des disciplines humanistes, c'est-à-dire la poésie, la rhétorique, l'éthique, l'histoire et la politique, il accorda une dignité spéciale à la vie et à la conduite de l'homme. Dans un travail exemplaire, Valla démontra que le long texte nommé Donation de Constantin, qui tendait à légitimer le pouvoir temporel des papes, n'était qu'une contrefaçon grossière puisque le texte latin avait été écrit très vraisemblablement en 754, soit quatre siècles après la mort de Constantin Ier en 337. Selon l'historien Carlo Ginzburg, il y aurait d'ailleurs une allusion masquée aux critiques historicistes selon lesquelles la fin du Deutéronome n'aurait pu être écrite par Moïse lui-même, thèse déjà soutenue par Rabbi Salomon au XIe siècle [2].

À 26 ans, il écrivit De Voluptate, un dialogue en trois livres qui analyse le plaisir et opte pour une condamnation humaniste de la scolastique et de l'ascétisme monastique. Agressif dans sa tonalité, cet ouvrage a été reçu avec hostilité. Dans l'Arbitrio de libero il démontra que le conflit entre la prescience divine (la grâce) et la volonté du libre arbitre ne pourront jamais être résolus. Ses propos seront repris mot pour mot par Martin Luther. Mais ce sont les six livres des Latinæ de linguæ Elegantiis, ou en abrégé Elegantiæ (1444) qui constituent son œuvre maîtresse. Il y présente une défense philologique brillante du latin classique dans laquelle il oppose l’élégante prose des écrivains latins de l'Antiquité (particulièrement celle de Cicéron, Sénèque et Quintilien) à la maladresse du latin d'Église médiéval. Ce travail eut une énorme influence. Diffusé d'abord sous forme manuscrite, il fut imprimé pour la première fois à Rome en 1471 (sous le titre Elegantiae linguae latinae). Il se diffusa dès lors très rapidement et connut 60 rééditions avant 1537.

Les recherches de Valla sur les erreurs textuelles dans la Vulgate ont incité des érudits, Érasme entre autres, à étudier les Évangiles dans le texte grec originel.

Lorenzo Valla et le gothique[modifier | modifier le code]

Le terme gothique appliqué au domaine de l'art apparaît au XIVe siècle. Lorenzo Valla utilise ce terme pour désigner la forme d'écriture du moyen âge[3]. En 1550, un disciple de Michel-Ange, Vasari, utilisa le mot « gothique » pour désigner l'art médiéval dans un sens péjoratif, par opposition au style classique. Le sens péjoratif se répandit au XVIe et XVIIe siècle. Ainsi, Molière parle-t-il, en 1669, des « fades goûts des ornements gothiques »[4].

Ce préjugé subsistera jusqu'au XIXe siècle, lorsque ce style fut réhabilité par les Romantiques. Viollet-le-Duc, architecte français, publia vers 1860 son Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle en dix volumes. Aujourd'hui, si le mot « gothique » est toujours très usité, certains le nomment plutôt « style ogival », en référence aux croisées d'ogives qui caractérisent les nefs d'églises à partir de 1140.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Sur le plaisir (De Voluptate, 1431), Éditions Encre Marine, 2004, préface de Michel Onfray, traduction de Laure Chauvel.
  • Du libre arbitre (1439), trad. Jacques Chomarat, Vrin, 1983.
  • (la) Lorenzo Valla (trad. Jean-Baptiste Giard), Sur la donation de Constantin, à lui faussement attribuée et mensongère. [« De falso credita et ementita Constantini donatione libri duo (1440) »], Paris, éd. des Belles Lettres, coll. « La roue à livres »,‎ 1547 (réimpr. 1993), 13,5×21 cm broché, XXI + 151 p. (ISBN 2-251-33920-5, présentation en ligne)

Études[modifier | modifier le code]

, Grasset et Fasquelle2006, Le livre de poche 2008 p. 151-176.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette lettre est donnée par Eusèbe de Césarée dans son Histoire ecclésiastique (1.13.5-1.13.22). Cette lettre serait un faux du IVe siècle.
  2. Ginzburg, Carlo, "La Lettre tue. Sur quelques implications de la deuxième épître aux Corinthiens, 2, 3.6", in Critique, n°769-770, 2011
  3. Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française
  4. Molière, poême intitulé La Gloire du Val-de-Grçace

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :