Georges Hayem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges Hayem

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Georges Hayem photographié en 1912

Naissance 24 novembre 1841
Paris (France)
Décès 27 août 1933 (à 91 ans)
Paris (France)
Domicile 91, Avenue Henri-Martin.
Nationalité Drapeau de France Français
Champs médecine
Institutions hôpitaux de Paris, Faculté de médecine de Paris, Académie de médecine
Renommé pour hématologie

Georges Hayem, né le 24 novembre 1841 à Paris et mort le 27 août 1933 dans la même ville, est un médecin des hôpitaux de Paris, d'abord spécialiste du système digestif puis considéré comme l'un des pères de l'hématologie[1], professeur à la Faculté de médecine de Paris et membre de l'Académie de médecine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Flore Abraham (1817-1878) et de Simon Hayem (1811-1895); il a pour frères Charles Hayem, Armand Hayem[2] (1845-1890) et Julien Hayem (1847-1932). Son père, qui avait créé une grande maison de commerce dans le quartier du Sentier, l'encourage à suivre la voie commerciale pour préparer sa succession. Après ses années de scolarité primaire, il entre au lycée Bonaparte dans le but de poursuivre des études commerciales. Mais il est très rapidement attiré par les sciences : il est reçu Bachelier ès sciences en 1861 et s’inscrit à la Faculté de Médecine.

Major de l’externat, en novembre 1862, il réussit le concours de l’internat en 1863 et il est affecté à Bicêtre. Le 1er janvier 1865, il entre aux Enfants Malades puis à Lariboisière avant de devenir l’interne puis l'assistant d’Alfred Vulpian à l'Hôpital de la Salpêtrière. Sa Médaille d’Or de l’internat lui permet d’effectuer deux années supplémentaires dans le service Auguste Ambroise Tardieu.

Il soutient sa thèse de Doctorat en Médecine ayant pour titre Etudes des diverses formes d’encéphalite (Anatomie et physiopathologie), le 15 mai 1868. En 1872, il est reçu à l'agrégation en soutenant deux thèses : Des bronchites (pathologie générale et classifications) (1869), Des hémorragies intra-rachidiennes (1872). En 1872, il est admis au Bureau Central des hôpitaux. Après un passage à l’Hôpital de la Charité, où il est suppléant de Jean-Baptiste Bouillaud. Enfin, il obtient le poste de chef de service à l’hôpital Saint-Antoine où il restera trente trois ans. Il dirige la Revue des sciences médicales en France et à l'étranger[3]. Il est membre de la Société de biologie[4].

En 1879, à l'âge de 37 ans, il est désigné à la chaire de Thérapeutique et de Matière médicale de la Faculté de médecine de Paris. Pendant 15 ans son enseignement sera fondé sur des recherches expérimentales personnelles et sur des observations cliniques. Ses travaux sur la transfusion sanguine, en 1881, marquent une étape importante dans l’histoire de cette thérapeutique et le nom de Georges Hayem reste attaché à cette méthode.

C’est avec difficulté qu’il réussit à se voir attribuer un laboratoire d’expérimentation digne de ce nom alors que durant de nombreuses années il mène ses recherches dans des conditions précaires. En 1879 et 1880, il poursuit à l’École vétérinaire de Maison-Alfort, avec Gustave Barrier[5] des expériences sur la coagulation sanguine.

En 1893, il obtient la chaire de Clinique Médicale, alors installée à l’Hôpital Necker et il réussit à la faire transférer à Saint-Antoine : « Il attendit plusieurs années les constructions qui en font une clinique modèle, avec ses laboratoires particuliers et son propre amphithéâtre relié aux salles des malades » écrivait Paul Busquet, dans la biographie qu’il lui a consacré.

Le 5 janvier 1886, il est élu membre de l’Académie de médecine à la sectionde thérapeutique. Le 19 novembre 1911,frappé par la limite d’âge, alors qu’il abandonne son service de Clinique Médicale, ses collègues, ses élèves, ses amis se réunissent à l’amphithéâtre de la Clinique pour lui remettre sa médaille exécutée par Paul Roger-Bloche[6]. En 1917, il devient vice-président de l’Académie puis président l’année suivante.

Il est le premier président et fondateur de la Société Française d'Hématologie en 1931.

Apport scientifique[modifier | modifier le code]

L’œuvre de Georges Hayem est considérable, en particulier dans le domaine de l’hématologie. « Si la naissance de la clinique est contemporaine de l'arrivée des médecins sur la scène de l'hôpital, il faut encore attendre quelques années pour que la méthode expérimentale quitte le laboratoire de physiologie pour devenir l'outil de la compréhension des maladies et de la thérapeutique. C'est à ce moment essentiel de l'histoire de la pensée médicale que sont données Les leçons sur les modifications du sang de Georges Hayem, publiées en 1881. Avec G. Hayem se dessinent une explication des modes d'action de la thérapeutique et une nouvelle discipline, l'hématologie, qui s'organise à partir d'un objet scientifique : le sang »[7].

C’est lui qui, le premier, décrivit en 1877, l’érythroblaste « chez l’adulte, les hématies sont générées par les hématoblastes » écrivait-il[8]; il étudia ensuite la coagulation, qu’il fit connaître dans d’importants mémoires publiés en 1878[9] et 1879 et son nom reste attaché à la physiologie de l’hémostase, avec le « clou plaquettaire de Hayem » ou le temps de coagulation[10]. En 1889, il publia un volume intitulé Du sang et de ses altérations anatomiques : dans cet ouvrage, il écrivait : « L’avenir appartient à l’hématologie : c’est elle qui nous apportera la solution des grands problèmes nosologiques ». Les recherches ultérieures ont confirmé le bien-fondé de ses travaux.

Les travaux sur le système nerveux sont d’ordre expérimental, anatomo-pathologique et clinique : ils portent sur l’encéphalite, le ramollissement cérébral, les myosites, l’atrophie musculaire …

Le système digestif fut aussi l’une des préoccupations de Hayem et de ses élèves : il publia ses observations dans un important ouvrage, qui fut repris dans le Traité de Médecine et de Thérapeutique en 1897, avec la collaboration de son élève Gaston Lion, puis réédité en 1913[11]. Il convient enfin de mentionner ses publications sur les affections du foie : les cirrhoses, les ictères, les hépatites …

Le surnom de "Dr choléra", qui lui fut parfois attribué est lié aux succès inespérés qu’il obtint dans le traitement de cette affection en luttant contre la déshydratation par des injections intra veineuses au moment des épidémies[12].

« Sa vie fut un modèle de labeur, de perspicacité et de conscience scientifique : c’est une des figures les plus originales et les plus remarquables parmi les médecins de notre temps » écrivait le professeur Albert Dastre en 1911 dans son éloge du professeur Hayem.

Le nom de Hayem fut donné en 1935 à la place du Docteur-Hayem dans la quartier de la Muette à Paris. L'Institut de recherche sur les leucémies de l'hôpital Saint-Louis porte son nom depuis 1960.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Contribution à l'étude histologique du cancer de l'estomac : classement des types, impr. de Mame (Tours), [s.d.], disponible sur Gallica.
  • Études sur le mécanisme de la suppuration, A. Delahaye (Paris), 1870, disponible sur Gallica.
  • Des hémorrhagies intra-rachidiennes, [thèse présentée au concours pour l'agrégation (section de médecine et de médecine légale), et soutenue à la Faculté de médecine de Paris le 26 avril 1872], A. Delahaye (Paris), 1872, Texte intégral.
  • De la méningite dans l'érysipèle de la face, [leçon de la Clinique médicale de la Charité recueilie par M. Chevallereau], Imp. A. Parent (Paris), 1875, disponible sur Gallica.
  • Leçons cliniques sur les manifestations cardiaques de la fièvre typhoïde, [recueillies par Boudet de Pâris],Progrès médical (Paris) , 1875.
  • Notice sur les travaux scientifiques, Impr. Barousse (Paris), 1876, Texte intégral.
  • Eloge de M. Le Courtois, prononcé à la Société anatomique (Janvier 1876), impr. de Cerf et fils (Versailles), 1876, disponible sur Gallica.
  • Recherches sur l'anatomie normale et pathologique du sang, G. Masson (Paris), 1878, disponible sur Gallica.
  • «Recherches sur l'évolution des hématies dans le sang de l'homme et des vertébrés», in: Archives de physiologie normale et pathologique , G. Masson (Paris), 1878, tome 5, série 2, p. 693-734; tome 6, série 2, p. 201-262; p. 577-613, Texte intégral.
  • Leçons sur les modifications du sang sous l'influence des agents médicamentaux et des pratiques thérapeutiques, [par Georges Hayem,recueillies et rédigées par Lucien Dreyfus-Brisac(1849-1903)], G. Masson (Paris), 1882, disponible sur Gallica.
  • Notice sur les travaux scientifiques, [avec un supplément 1879-1882], G. Masson (Paris), 1882, Texte intégral.
  • Traitement du choléra, G. Masson (Paris), 1885.
  • Du Sang et de ses altérations anatomiques, G. Masson (Paris), 1889, disponible sur Gallica.
  • Exposé des titres et des travaux scientifiques, [édition de 1887 augmentée d'une liste complémentaire des publications de l'auteur de 1887 à 1893], G. Masson (Paris), 1893, Texte intégral.
  • De la valeur clinique du chimisme stomacal, [rapport de M. le professeur G. Hayem], Association typographique (Lyon), 1894, disponible sur Gallica.
  • Leçons de thérapeutique, [Les agents physiques et naturels], G. Masson (Paris), 1894, Texte intégral.
  • Des Injections salines intra-veineuses, [Leçon inaugurale faite à l'hôpital Saint-Antoine et recueillie par Lenoble], G. Carré et C. Naud (Paris), 1896.
  • Leçons sur les maladies du sang, [recueillies par E. Parmentier et R. Bensaude], Masson (Paris), 1900, disponible sur Gallica.
  • Notice sur les titres et travaux scientifiques, Masson et Cie (Paris), 1901, Texte intégral.
  • Les évolutions pathologiques de la digestion stomacale, Masson (Paris), 1907, disponible sur Gallica.
  • De l'emploi du sous-nitrate de bismuth dans les maladies du tube digestif, [G. Steinheil (Paris)], 1907.
  • De l'application de l'examen du sang pur au diagnostic des maladies infectieuses, [conférence faite à la Société de médecine et de climatologie de Nice, le 19 février 1915], impr. de l'"Éclaireur" (Nice), 1915, disponible sur Gallica.
  • De la formation du sang dans les cellules vaso-formatives des oiseaux, impr. de L. Maretheux, [1915].
  • Hématoblaste. Troisième élément du sang, [Avant-propos et annotations, par le docteur L. Rivet, médecin des hôpitaux], Les Presses Universitaires de France (Paris), 1923, disponible sur Gallica.

Éponymie[modifier | modifier le code]

Tombeau de Georges Hayem au cimetière du Père-Lachaise à Paris.
  • Solution de Hayem[13]
  • Chambre de Hayem
  • Signe de Hayem et Sonneburg
  • Maladie ou syndrome de Hayem-Widal[14]: anémie hémolytique acquise.
  • Syndrome de Jaksch-Hayem
  • Syndrome de Georges Hayem et Knud Faber

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Duval: Concours des prix de l'Académie de médecine. M. Hayem, juge et partie l'un de ces concours, Alcan-Lévy (Paris), 1890.
  • «Hayem (Georges)», in: Dictionnaire national des contemporains, [contenant les notices des membres de l'Institut de France, du gouvernement et du parlement français, de l'Académie de médecine], sous la dir. de C.-E. Curinier,Office général d'éd. de librairie et d'impr. (Paris), 1899-1919, tome 4, p. 28-29, disponible sur Gallica.
  • « Biographie du Professeur Hayem », in: Le Rictus : journal humoristique mensuel. tome I, Paris, s. n., 1905 1906, Texte intégral.
  • Pierre Maurel: Les Professeurs de clinique de la Faculté de Médecine de Paris, Steinheil (Paris), 1907.
  • Hommage au Professeur Georges Hayem , Impr. L. Maretheux, 1911.
  • Paul Busquet: Les biographies médicales, J-B. Paris Baillière et fils (Paris), 1930.
  • Paul Carnot: «Nécrologie. Le Professeur Hayem (1841-1933)», in: Paris médical : la semaine du clinicien, 1933, n° 90, partie paramédicale, p. 292-3, Texte intégral.
  • Fernand Bezançon: L'œuvre de Georges Hayem (1841-1933), Masson (Paris), 1934.
  • Georges Rosenthal: « Un grand médecin français, Georges Hayem (1841-1933) »,in: Revue d'histoire de la médecine hébraïque, no 11, décembre 1951.
  • Desgranges G.: La vie et l'œuvre de Hayem, [Thèse de médecine, Paris], 1963.
  • Bastide P.- Th. méd. Paris Lariboisière. 1971.
  • Gérard Schaison: «La vie et l’œuvre de Georges Hayem», in: Hématologie, Volume n° 6, Numéro 1, Supplément, Janvier-Février 2000, p. 74-76.
  • Sacha Guitry : Manuscrit intitulé Hayem , daté Évian, 1931 , [avec second titre autographe ( Le Professeur Hayem ) et petit dessin original], 14 pp.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Bernard : «Les journaux et revues de l'hématologie française», in: Hématologie, Volume 1, Numéro 1, 7-8, Janvier - Février 1995,"Note historique", Texte intégral.
  2. Armand Hayem est né le 24.07.1845 à Paris. Homme de Lettres, il écrit sous le pseudonyme de Victor Sem. Il est élu conseiller général de Montmorency en 1871. Défenseur des thèses de Proudhon, il publie plusieurs brochures politiques; il est également l'auteur de : Le Mariage(1872)Texte intégral, Le Collier (1881), L'Etre social (1881)disponible sur Gallica, La Science, l'Homme au XIXeme Siècle(1885) , Le Don Juanisme (1886)disponible sur Gallica, Don Juan d'Armana(1886) et Vérités et Apparences (1891). Il décède en 1890 à Paris.
  3. Revue des sciences médicales en France et à l'étranger, Archives en ligne
  4. Membres de la Société de biologie de 1848 à 1940.
  5. Gustave Barrier (1853-1945) était professeur à Maisons-Alfort, membre de l’Académie de Médecine - section vétérinaire.
  6. «Les cérémonies médicales. La médaille du Professeur Hayem», in: Paris médical : la semaine du clinicien, 1911, n° 04, partie paramédicale, p. 707-14, Texte intégral.
  7. P. Triadou: «Quelques éléments d’histoire de l’hématologie biologique», in: Annales de Biologie Clinique, Volume 58, Numéro 1, 19-28, Janvier - Février 2000, Histoire de la biologie clinique, Texte intégral.
  8. Des Hématoblastes et de la coagulation du sang, Paris, O. Doin, 1878 (Érythropoïèse)
  9. Recherches sur l’anatomie normale et pathologique du sang, Masson
  10. les laboratoires d'analyses médicales utilisent le temps de coagulation en tube (ou méthode de l'éprouvette) ou temps de Hayem (ou méthode de Hayem)
  11. Maladies de l'estomac, par Georges Hayem et Gaston Lion, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1913 note: Brouardel et Gilbert. Nouveau traité de médecine et de thérapeutique publié en fascicules, sous la direction de MM. A. Gilbert,... L. Thoinot,...
  12. Traitement du choléra, par Georges Hayem, Paris, G. Masson, 1885
  13. (en) Hayem's solution dans le site who named it
  14. « Sur une variété particulière d'ictère chronique. Ictère infecteux chronique splénomégalique », in: La Presse médicale, 9 mars 1898, 21, p. 121-5, Texte intégral

Liens externes[modifier | modifier le code]