Félix Guyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guyon.

Félix Guyon

Description de cette image, également commentée ci-après

Félix Guyon vers 1870

Naissance 21 juillet 1831
Saint-Denis (France)
Décès 20 juillet 1920 à 89 ans.
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Champs chirurgie
Renommé pour pionnier de l'urologie moderne

Jean Casimir Félix Guyon, né le 21 juillet 1831 à Saint-Denis de la Réunion et mort le 20 juillet 1920 à Paris, est un chirurgien français. Fondateur de l'école de chirurgie urologique française, il est le créateur de la “Clinique des voies urologiques” de l'Hôpital Necker, première chaire française exclusivement consacrée à l'urologie[1]. Son nom reste attaché au canal ulnaire du poignet (canal ou loge de Guyon) et à une seringue utilisée en urologie. Il est l'un des pionniers de la lithotritie et de la prostatectomie. Le site nord (Saint-Denis) du centre hospitalier universitaire de La Réunion porte aujourd'hui son nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît le 21 juillet 1831 à Bourbon[2]. Son père Jean-Baptiste Casimir[3], originaire de Lorient se destinait à être chirurgien de marine. Sa mère, Rose Delpit, est créole d’origine périgourdine. En 1835, la famille regagne Cherbourg et Casimir soutient sa thèse de médecine à Paris l’année suivante sur la fièvre intermittente observée à Madagascar. La famille s’établit à Nantes où le père meurt le 24 mars 1846, obligeant la mère à élever ses quatre enfants.

Encouragé par son grand-père paternel (pharmacien en chef de la marine), Félix Guyon poursuit ses études à l’École de médecine de Nantes, après son baccalauréat ès lettres en 1849 et ès sciences en 1850 à Rennes. Remarqué par ses qualités, il est externe à Paris puis reçu interne en 1853 (quatrième de sa promotion). Il y rencontre les grands maîtres parisiens de la médecine de l’époque : Joseph-François Malgaigne, Philibert Joseph Roux, François-Amilcar Aran et Alfred Velpeau dont il sera le plus jeune élève. En 1858, sous la direction de ce dernier, il soutient sa thèse[4] sur Les cavités de l'utérus à l'état de vacuité . Il épouse la même année sa cousine revenue de La Nouvelle-Orléans. En 1860, il se présente une première fois à l’agrégation en présentant un travail sur les tumeurs fibreuses de l’utérus . Il est nommé chirurgien des hôpitaux à l’âge de 31 ans, après avoir été prosecteur depuis 1858. En 1863, il est reçu à l'agrégation en soutenant une thèse sur les «vices de conformation de l'uretère». Il exerce dans un service de maternité, alors que la discipline de l’obstétrique moderne est balbutiante, publie sur la fièvre puerpérale. En 1867, il succède au docteur Civiale qui s'était intéressé à la lithotritie à l'Hôpital Necker.

Après la défaite française de 1870, il reprend ses études sur les pathologies urinaires, proposant des solutions chirurgicales aux infections rénales et vésicales sévères. Il étudie les pathologies prostatiques, calculeuses et tumorales vésicales. Sa renommée s’étend rapidement et l’école française d'urologie est reconnue à travers le monde, attirant de nombreux élèves français et étrangers. Félix Guyon met au point une grande seringue de verre qui portera son nom et pouvait réaliser très rapidement des destructions-broyages de calculs urinaires in situ (lithotritie).

En 1876, il prend la chaire de Pathologie Externe de l'Hôpital Necker occupée alors par Dolbeau. Gaston Contremoulins[5],[6] créera un laboratoire de radiologie dans son service en 1897. Il entre en 1878 à l’Académie de Médecine qu’il préside en 1901 puis à l’Académie des Sciences en 1892.Il est le fondateur des Annales des maladies des organes génito-urinaires et du Journal d'urologie médicale et chirurgicale. Il a pour élève Robert Proust (le frère cadet de Marcel Proust ), Jacques-Louis Reverdin[7] de Genève, Félix Legueu[8].

Parti à la retraite en 1906 sans jamais avoir pu retourner sur son île natale, mais après avoir formé un autre grand spécialiste de l'urologie également créole, le Cubain Joaquín Albarrán. . Sa renommée s'est rapidement étendue et l’école française d'urologie est reconnue à travers le monde[9] : il sera à l'origine, avec vingt de ses confrères, de la Société internationale d'Urologie[10] en 1907. Il en est le tout premier président entre 1907 et 1914. Le premier Congrès se tiendra à Paris en septembre 1908. Il meurt le 20 juillet 1920 à Paris.

Éponymie[modifier | modifier le code]

Porche classé à l'inventaire des monuments historiques de l'«Ancien Hôpital Colonial Félix Guyon» à Saint-Denis-de-la-Réunion
  • seringue de Guyon : seringue de grand volume (jusqu'à 150 ml) utilisée pour les instillations vésicales[11],[12] et urétrales[13].
  • loge ou canal de Guyon : tunnel ostéo-fibreux[14] du bord antérieur et interne du poignet où chemine le nerf ulnaire.
  • syndrome du tunnel de Guyon : compression du nerf ulnaire dans son passage dans le canal de Guyon[15].
  • signe de Guyon : « ballotement rénal, sensation que l'on obtient en pratiquant la palpation bi-manuelle du rein, quand on repousse légèrement et brusquement avec la main lombaire la tumeur au devant de la main antérieure[16] ».
  • amputation de Guyon : amputation sus-malléolaire du pied[17] (variante de l'amputation selon James Syme (en)).
  • isthme de Guyon : isthme de l'utérus.
  • épreuve des trois verres de Guyon : test diagnostique visuel direct permettant de distinguer les hématuries macroscopiques initiales, terminales (signant l'origine du saignement) ou totales.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Légion d'honneur[18] :
    • Legion Honneur Chevalier ribbon.svg chevalier le 14 août 1868,
    • Legion Honneur Officier ribbon.svg officier le 5 février 1893,
    • Legion Honneur Commandeur ribbon.svg commandeur le 12 novembre 1906.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Félix-Guyon Award
  • Médaille Félix Guyon[21] : distinction attribuée par l'Association Française d'Urologie.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Etude sur les cavités de l'utérus à l'état de vacuité, [Thèse de médecine présentée à la Faculté de Médecine de Paris], no 48, Rignoux (Paris), 1858, Texte intégral.
  • Des tumeurs fibreuses de l'utérus, [Thèse présentée au concours pour l'agrégation], Martinet (Paris), 1860, Texte intégral
  • «Note sur une disposition anatomique propre de la face antérieure de la région du poignet et non encore décrite par le docteur»., in : Bull. Soc. Anat. de Paris, 6 : p. 184-186, 1861.
  • Des vices de conformation de l'urèthre chez l'homme et des moyens d'y remédier, Delahaye (Paris) , 1863 - 179 pages, Texte intégral .
  • Éléments de chirurgie clinique , J.-B. Baillière et fils (Paris), 1873, disponible sur Gallica.
  • Leçons cliniques sur les maladies des voies urinaires, professées à l'hôpital Necker, J.-B. Baillière et fils (Paris), 1881, disponible sur Gallica.
  • Notices sur les titres et les travaux scientifiques du Dr Félix Guyon, Gauthier-Villars et fils (Paris), 1892, Texte intégral
  • Leçons cliniques sur les maladies des voies urinaires : sémiologie, diagnostic, pathologie et thérapeutique générales : professées à l'hôpital Necker. Antisepsie, cathétérisme, anesthésie , J.-B. Baillière et fils (Paris), 1903, disponible sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La vie universitaire à Paris, ouvrage publié sous les auspices du Conseil de l'Université de Paris, par Paul Boyer,Maurice Caullery,Alfred Croiset, et al., A. Colin (Paris), 1918, p. 108 disponible sur Gallica
  2. Mario Serviable: La Réunion des grands homme, Editions Clip/ARS Terres Créoles, Collection Indigotier. 1996.
  3. A. Dureau: «Guyon (Jean-Baptiste Casimir)», in: Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, publ. sous la dir. de M. A. Dechambre, série 4, tome 11, GRO - GYR, p. 785, (Paris), 1886, Texte intégral
  4. Félix Guyon : Les cavités de l'utérus à l'état de vacuité, Thèse de médecine de Paris, no 48, 1858, Texte intégral
  5. Notice biographique
  6. Necker, berceau mondial de la radiologie urinaire en 1896
  7. Notice biographique
  8. Notice biographique
  9. La science française. 1 / Exposition universelle et internationale de San Francisco, Larousse (Paris), 1915, p. 359-360 disponible sur Gallica
  10. (en) Société Internationale d'Urologie -History
  11. Article seringue du Larousse médical
  12. Seringues vésicales argentées du Prof. Guyon
  13. Seringue à instillation in : Dictionnaire de médecine, chirurgie de Littré 21e  éd. par A. Gilbert, Baillière (Paris), 1908.
  14. Anatomie de la loge de Guyon
  15. Compression du nerf cubital au canal de Guyon
  16. Signe de Guyon in : Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie et des sciences qui s'y rapportent; 21e  éd. par A. Gilbert, Baillière (Paris), p. 758
  17. Figure disponible in : Doyen, Eugène Louis Traité de thérapeutique chirurgicale et de technique opératoire Tome cinquième : opérations sur les organes génito-urinaires et sur le membre inférieur, A. Maloine(Paris), 1908-1913, p. 589
  18. « Notice no LH/1252/24 », base Léonore, ministère français de la Culture
  19. Académie nationale de chirurgie
  20. Académie nationale de médecine
  21. Médaille Félix Guyon

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.C. Roda: «Félix Guyon (1831-1920)», in : Hommes et Destins - Dictionnaire biographique d'Outre-Mer, Pulications de l Académie des Sciences d'Outre-Mer (Paris), t. 4, p. 362-363, Texte disponible.
  • Aux grands Hommes de l’Outre-mer Française
  • Mario Serviable, La Réunion des grands hommes. Éditions Clip / ARS Terres Créoles, collection Indigotier, 1996.
  • L. Merlin, Professeur à l'École de médecine ravale de Rochefort, Archives de Médecine Navale, 1875, 20, p. 378-384.
  • J.P. Devèze : Les anatomistes bretons Thèse de médecine, Rennes, 1968. Ronéotypée - 246 pages - 2 volumes - 8 figures hors texte.
  • Florence Revel: « Félix Guyon : Médecin et créateur de l'urologie », in : Journal de l'Ile Bourbon .
  • (de) J. J. Mattelaer: «Jean Casimir Félix Guyon (1831–1920) — Erster Lehrstuhlinhaber für Urologie», in: Wegbereiter der Urologie, 2002, p. 35-45.
  • (en) Marios Loukas, Sanjay Linganna and Robert Jordan : «Jean Casimir Félix Guyon—Urologist and anatomist», in: Clinical Anatomy, Volume 20, Issue 1, January 2007,p. 1–2, DOI: 10.1002/ca.20411
  • (en) J.P. Bourque: «History of french urology», in: Can Med Assoc J., 1945; December; 53(6): 594–597 Texte intégral
  • (en) Haas L.F.:«Félix Guyon», in: J Neurol Neurosurg Psychiatry. 2003 Jun;74(6):698. Neurological Stamp : Félix Guyon.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :