André Laugier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laugier.

André Laugier (Lisieux, Paris, ) est un chimiste et un minéralogiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à Paris et va s’initier à la chimie dans le laboratoire d'Antoine-François Fourcroy (1755-1809), son cousin.

Il s’engage dans l’armée révolutionnaire en 1792, il fait campagne pendant six mois. À son retour, il est chargé d’utiliser les cloches des églises des régions à l’ouest de la France afin de les transformer en matière première pour l’industrie militaire ou pour la frappe des monnaies.

Sur recommandation de Fourcroy, il est recruté en 1794 à la direction du bureau de contrôle des poudres et salpêtres, fonction qu’il quitte au bout d’un an et demi. Il entreprend alors des études de pharmacie et obtient sa maîtrise en 1797.

Il s’engage comme pharmacien dans l’armée napoléonienne en route pour l’Égypte mais malade, il ne peut quitter la France et reste à Toulon. Là, il donne des cours de chimie et de botanique, notamment à l’école centrale du Var. En 1799, il enseigne la pharmacie à Lille.

En 1803, Fourcroy lui donne un poste d’aide-naturaliste au Muséum national d'histoire naturelle de Paris ainsi que sa suppléance à la chaire de chimie. Il obtient la même année, la chaire d’histoire naturelle des médicaments à l’école de pharmacie.

Il succède à Fourcroy en 1811 à la chaire de chimie du Muséum et en assure la direction à plusieurs moments. Il fait paraître, en 1828, un Cours de chimie générale en deux volumes.

En 1829, il obtient la direction de l’école de pharmacie à la mort Nicolas Louis Vauquelin (1763-1829). La situation financière de Laugier n'a jamais été brillante et Laugier doit cumuler de nombreuses fonctions en parallèle avec ses principales activités. Il est mort du choléra.