Éveux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éveux
Vue d'ensemble au début du XXe siècle
Vue d'ensemble au début du XXe siècle
Blason de Éveux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton L’Arbresle
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de L'Arbresle
Maire
Mandat
Jean Martinage
2014-2020
Code postal 69210
Code commune 69083
Démographie
Gentilé Éveusiens
Population
municipale
1 187 hab. (2011)
Densité 358 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 38″ N 4° 37′ 24″ E / 45.8272222222, 4.6233333333345° 49′ 38″ Nord 4° 37′ 24″ Est / 45.8272222222, 4.62333333333  
Altitude Min. 221 m – Max. 426 m
Superficie 3,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Éveux

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Éveux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Éveux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Éveux
Liens
Site web eveux.fr

Éveux est une commune française, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Éveux est situé sur un plateau vallonné du versant sud-est de la vallée de la Brévenne, à 24 km au nord-ouest de Lyon et à 25 km au sud-ouest de Villefranche.

Éveux est limitée au nord-ouest par L'Arbresle dont elle est séparée par la Brévenne, au nord-est et à l'est par Fleurieux-sur-l'Arbresle et Lentilly, au sud-ouest par Sain-Bel.

Le relief est assez mouvementé et s'étend en grande partie sur le plateau qui s'élève rapidement de la Brévenne à partir de l'Arbresle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom d'Éveux figure à partir du XIe siècle, d'après l'atlas de Debonbourg paru au milieu du XIXe siècle. Le nom de La Tourette figure à partir du XVIIe siècle d'après le même atlas, son château date du début du XVIIe siècle. Il fut élevé par la famille Michon de La Tourette.

Au début du XVIIIe siècle, il est la propriété de la famille Claret de Fleurieux. Quatre générations de cette famille se succédèrent à La Tourette. En 1782, monsieur de Fleurieux de Monverdun, chevalier de Saint-Louis, lieutenant aux gardes françaises, était gouverneur de L’Arbresle et habitait le château. À cette époque, Éveux était annexe du village de Fleurieux en Lyonnais, du ressort de la sénéchaussée de Lyon. Monsieur de Fleurieux en était le seigneur. Le dernier membre de cette famille fut monsieur de Claret de Fleurieux. Pendant la Révolution française, il n'émigra point et vint régulièrement signer le registre de la commune, Éveux ayant acquis sa propre municipalité. Les archives de La Tourette furent détruites, comme bien d'autres par la fureur révolutionnaire, en l'occurrence les gardes nationaux étrangers à la commune, laquelle comptait alors 228 habitants.

Après la tourmente, la « terre » de La Tourette devient la possession de la famille Bellet de Saint-Trivier. Deux membres de cette famille furent maires de la commune au XIXe siècle. En 1850, grâce à l'initiative du vicomte Camille de Saint-Trivier, l'école privée de garçons de L'Arbresle fut fondée, les portes de La Tourette étaient alors ouvertes aux élèves qui s'amusaient dans les bois.

En 1856, la population d'Éveux était de 266 habitants.

En 1873, la propriété fut acquise par monsieur de Jerphanion de Larajasse qui la vendit à Francisque Dulay en 1878, ce dernier fut maire de la commune. En 1883, c'est monsieur de Murard qui est propriétaire, lequel vend de nouveau au comte de Chabannes. Ce dernier fut maire d'Éveux de 1897 jusqu'à sa mort en 1930 mais il était déjà conseiller municipal depuis plusieurs années, si bien qu'il fit partie de la municipalité pendant 42 ans.

Après le décès du comte de Chabannes, cette propriété appartient à monsieur de Villers, qui en 1943, la céda aux dominicains de la province de Lyon.

Le couvent de La Tourette, construit par Le Corbusier, fut inauguré le 19 octobre 1960 par le cardinal Gerlier, archevêque de Lyon et en présence du maître général de l'Ordre des dominicains, Michael Browne, et de Le Corbusier lui-même.

Ce texte est extrait de certaines archives comportant quelques lacunes car au XVIIe siècle, les curés tenaient les registres paroissiaux rendus obligatoires par l'édit de Villers-Cotterets.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008   Bertrand Gonin    
2001 2008 Gilbert Guenet    
1989 2001 Renée Mantelin    
1971 1989 André Thibaud    
1953 1971 Paul Doeuvre    
1947 1953 Monsieur Goutard    
1941 1947 Monsieur Clavier    
1938 1941 Monsieur Carré    
1930 1938 Monsieur Blanc    
1897 1930 Monsieur de Chabannes    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 187 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
215 255 264 259 303 301 266 292 260
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
288 318 264 280 289 269 236 228 258
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
255 244 213 224 243 240 253 250 436
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
417 518 726 817 794 908 926 1 107 1 187
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le couvent Sainte-Marie-de-la-Tourette fut édifié en 1958 par Le Corbusier qui utilisa les Cinq points de l'architecture moderne pour le réaliser. Il est aujourd'hui occupé par des dominicains de la province de France. Il s'agit notamment du seul bâtiment au monde auquel Le Corbusier ait donné son nom.
  • Sur le site de la Tourette se trouvent également un château du XIXe siècle, et dans la partie boisée une intéressante glacière du XVIIIe en tuiles vernissées, restaurée il y a quelques années.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]