Courzieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courzieu
Vue du bourg avec l'église Saint-Didier
Vue du bourg avec l'église Saint-Didier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Vaugneray
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de L'Arbresle
Maire
Mandat
Jean-Bernard Cherblanc
2014-2020
Code postal 69690
Code commune 69067
Démographie
Gentilé Courzieurois
Population
municipale
1 139 hab. (2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 37″ N 4° 34′ 18″ E / 45.7436111111, 4.57166666667 ()45° 44′ 37″ Nord 4° 34′ 18″ Est / 45.7436111111, 4.57166666667 ()  
Altitude Min. 269 m – Max. 908 m
Superficie 27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Courzieu

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Courzieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courzieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courzieu

Courzieu est une commune française, située dans le département du Rhône et la région Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Courzerois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Courzieu (Curisius, nom gaulois[2]) fait partie des 18 communes de la Communauté de communes du Pays de L'Arbresle. La commune est située sur la Via Agrippa (Saintes-Lyon), dite aussi Voie d'Aquitaine, à 35 km de Feurs et 35 km du centre de Lyon par le col de Malval (732 mètres)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans une charte datée du 27 août 925[4], l'archevêque de Lyon Rémy II et le comte Guillaume consentent une donation faite de quatre curtils et vignes ainsi qu'un anniversaire en la fête de Saint-Martin à l'église de Courzieu par le seigneur Andelfred, sa femme Richborge et leur fils Sévère, à l'abbaye de Savigny (Rhône).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001   Jean Lardellier    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'hameau de la Giraudière au début du XXe siècle

En 2011, la commune comptait 1 139 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 455 1 591 1 541 1 500 1 624 1 634 1 604 1 610 1 698
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 659 1 667 1 585 1 627 1 674 1 645 1 591 1 556 1 535
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 387 1 322 1 262 1 050 1 154 1 094 1 020 1 012 964
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
929 864 836 880 1 013 1 134 1 156 1 162 1 139
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Oppidum du Châtelard : oppidum occupé de la Tène à la période gallo-romaine. Inscrit à l'inventaire des Monuments historiques depuis 1989[7] ;
  • Parc animalier[8] : il a la vocation de conservation des espèces tout en étant éducatif et ludique. Consacré tout d'abord aux rapaces, on y trouve depuis peu des loups[Quand ?]. Loin du zoo, les visiteurs y trouveront un « spectacle » respectant les animaux, verront des démonstrations des capacités des rapaces. L'enclos des loups peut se visiter. Le parc est accessible par le réseau des transports en commun de Lyon et la ligne 325 des cars départementaux.
  • L'église Saint-Didier de Courzieu construite en 1896, en remplacement de l'ancienne église devenue trop petite, sur les ruines de l'ancien château.
  • Le clocher de l'église Saint Didier-de-Courzieu, abrite un carillon de 8 cloches très actif[9], dont une datant de 1726 classée monument historique[10] sonnant encore à la volée pour chaque office.
  • Un train touristique à voie normale circule à la belle saison entre l’Arbresle et Sainte-Foy-l'Argentière afin de faire redécouvrir d’anciennes locomotives et wagons restaurés par l’association « Chemin de fer touristique de la Brévenne » effectuant un arrêt dans la gare de Courzieu-Brussieu au hameau de la Giraudière.
  • L'aqueduc de la Brévenne, l'un des aqueducs qui alimentait Lugdunum se trouve en partie sur la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Sources historiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]