Bibost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bibost
Vue d'ensemble du début du XXe siècle
Vue d'ensemble du début du XXe siècle
Blason de Bibost
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton L'Arbresle
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de L'Arbresle
Maire
Mandat
José Pereira
2014-2020
Code postal 69690
Code commune 69022
Démographie
Population
municipale
515 hab. (2011)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 54″ N 4° 32′ 48″ E / 45.7983333333, 4.5466666666745° 47′ 54″ Nord 4° 32′ 48″ Est / 45.7983333333, 4.54666666667  
Altitude Min. 279 m – Max. 584 m
Superficie 5,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Bibost

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Bibost

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bibost

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bibost

Bibost est une commune française, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Les habitants de Bibost s'appellent les Bibolands.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Aucune trace d'occupation n'est attestée pendant la période romaine, tant au niveau archéologique que bibliographique[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Josiane Garbit    
2014 en cours[2] José Pereira    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Bibost fait partie de la communauté de communes du Pays de L'Arbresle.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 515 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
461 510 532 530 570 592 610 602 644
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
589 581 577 592 606 614 596 575 491
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
480 460 416 328 312 316 312 302 276
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
275 258 262 320 351 395 460 462 496
2011 - - - - - - - -
515 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école publique de Bibost est le seul service public résident dans la commune. Il y a une classe de maternelle et deux classes multiniveaux d'enseignement primaire.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Bibost est le point de départ de plusieurs randonnées dans les monts du Lyonnais ainsi que de circuits VTT de moyenne montagne. Un terrain de boule lyonnaise remarquable, un terrain de football, et un city-stade de Basketball sont les équipements sportifs principaux de la commune.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans au cœur d'un ensemble de collines douces en bordure des monts de Tarare. la partie ancienne du village est située de part et d'autre de la route départementale reliant la vallée de la Brevenne à Montrottier.

Environnement[modifier | modifier le code]

Une grande cardère sur les hauteurs de Bibost en février 2012

Les paysages de la commune sont ceux des monts du lyonnais ruraux, où l'agriculture marque fortement le paysage. Ce sont essentiellement des paysages d'arboriculture fruitière centré autour de la culture de la cerise et des élevages bovins, ovins et caprins. Le paysage est néanmoins assez fortement mité de constructions récentes en lotissement et de maisons individuelles prenant de plus en plus la place des terres agricoles.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Croix du Planin.
  • La croix du Planin

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Odile Faure-Brac, Carte archéologique de la Gaule - Le Rhône, 69/1, (ISBN 2-87754-096-0), p. 168
  2. Réélu en avril 2014 : « Bibost. José Pereira a été élu maire », Le Progrès, 6 avril 2014
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]