Émile Oscar Guillaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume.

Émile Oscar Guillaume (1867-1942), est un sculpteur français. Il a défendu des idées pacifiques à travers plusieurs de ses sculptures.

Il ne doit pas être confondu avec Émile Louis Guillaume (1900-1975), peintre régionaliste breton ou avec le sculpteur Eugène Guillaume (1822-1905).

Biographie[modifier | modifier le code]

Émile Guillaume est né à Paris[1]. Lorsqu'il réalise le monument aux morts de Haspres en 1923, il est « sculpteur statuaire à Neuilly-sur-Seine »[2]. Il meurt à Neuilly-sur-Seine en 1942[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

La Délivrance, copie de l'original de 1920, Finchley, Angleterre
  • Une statue en bronze d'Aristide Briand, installée en 1934, se trouve à Hardencourt-Cocherel, non loin d'Houlbec-Cocherel où il est inhumé. La même statue est aussi sur le port de Ouistreham, où Briand aimait à passer ses vacances.
  • Un monument en l'honneur d'Aristide Briand, orné de statues dues également à Émile Guillaume, se trouve à Pacy-sur-Eure[4], inauguré le 11 novembre 1933[5].
  • Un monument en l'honneur de l'industriel François Mercier, élevé à Tronget (Allier), sa commune natale, en 1922.
  • La Délivrance (1920), bronze doré, monument aux morts à Nantes qui suscita des polémiques à son époque[6]. Elle sera déboulonnée plusieurs fois puis réinstallée définitivement en 1987[7]. Onze copies devaient être faites pour orner plusieurs villes de France et de Belgique[8].
  • Le Pluviôse (1913), monument commémoratif de la catastrophe du sous-marin Pluviôse (Q51), érigé à Calais.
  • Plusieurs statues pour des monuments aux morts : Ballancourt-sur-Essonne (1921) (des copies de cette œuvre se trouvent sur les monuments de Bray-sur-Seine, Toucy, Varetz ; l'exemplaire de Bray a sans doute été utilisé par le sculpteur pour participer au salon de la Société des artistes français en 1922, sous le no 3362 du catalogue[10]), Haspres (1923)[2], Blida (1924, détruit après l'indépendance de l'Algérie)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les monuments aux morts sculptés en France : ex-département d'Algérie - Bilda », sur www.monumentsauxmorts.fr, Alain Choubard (consulté le 30 avril 2012).
  2. a et b « Haspres (59198) - Valenciennes », sur monumentsmorts.univ-lille3.fr, base de données de monuments aux morts, Institut de recherches historiques du Septentrion, université de Lille 3, archives départementales du Nord (consulté le 30 avril 2012).
  3. (de) « Vente Auktionshaus Kaupp », sur auction.fr (consulté le 30 avril 2012).
  4. « Aristide Briand », sur http://www.ville-pacy-sur-eure.fr, mairie de Pacy-sur-Eure (consulté le 17 juin 2012).
  5. Carte postale ancienne sur le site Communes.com.
  6. Dossier sur le site Pédagogia Académie de Nantes.
  7. Notice sur le site Jardins de Nantes.
  8. Notice sur le site Peace monument in France.
  9. Voir l'article sur Wikipédia anglophone.
  10. « Les monuments aux morts sculptés en France : Essonne - Ballancourt-sur-Essonne », sur www.monumentsauxmorts.fr, Alain Choubard (consulté le 30 avril 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :