Yves Détraigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yves Détraigne
Illustration.
Yves Détraigne inaugurant une exposition.
Fonctions
Sénateur de la Marne
En fonction depuis le
(21 ans, 2 mois et 4 jours)
Élection 23 septembre 2001
Réélection 25 septembre 2011
24 septembre 2017
Groupe politique UCR (2011-2012)
UDI-UC (2012-2017)
UC (depuis 2017)
Maire de Witry-lès-Reims

(28 ans, 7 mois et 3 jours)
Successeur Michel Keller
Président de la communauté de communes de Beine-Bourgogne

(11 ans, 11 mois et 30 jours)
Prédécesseur Structure créée
Successeur Structure supprimée
Conseiller général de la Marne
élu dans le canton de Bourgogne
Prédécesseur Maurice Prévoteau
Successeur Éric Kariger
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Reims (Marne)
Nationalité Française
Parti politique UDF, MoDem, AC puis UDI
Diplômé de ENA

Yves Détraigne, né le à Reims, est un homme politique français, sénateur de la Marne. Membre du MoDem, il a annoncé le se mettre « en retrait » du parti, sans le quitter[1]. En , il rejoint l'Alliance centriste[2], le parti de Jean Arthuis. Il adhère ensuite à l'Union des démocrates et indépendants.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'ENA (promotion Solidarité), il a été magistrat à la Chambre régionale des comptes d'Île-de-France pendant près de 20 ans.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Maire de Witry-lès-Reims[modifier | modifier le code]

Yves Détraigne est élu maire de Witry-lès-Reims (Marne) en (réélu en 2008, au premier tour avec 73,59 % des voix).

Il a présidé l'association des maires de la Marne (AMM) pendant 22 ans et le syndicat de valorisation des ordures ménagères de la Marne (SYVALOM) depuis sa création en 1999 jusque 2017.

En tant que maire de Witry-lès-Reims, il siège au sein de la communauté de communes de la Plaine de Bourgogne dont il devient président en [réf. nécessaire]. En 2013, la commune s'étend à de nouvelles communes et devient la communauté de communes de Beine-Bourgogne[3], toujours présidée par Yves Détraigne. Fin 2016, la communauté de communes disparaît en fusionnant au sein du Grand Reims ; ses fonctions de président de l'intercommunalité cessent alors.

Conformément à la législation limitant le cumul des mandats en France, il démissionne en de son mandat de maire de Witry-lès-Reims et donc de celui de président de l'association des maires de la Marne[4],[5]. Après 28 ans de mandat, son deuxième adjoint, Michel Keller, lui succède[5]. En , il est nommé maire honoraire de Witry-lès-Reims[6]

Conseiller général du canton de Bourgogne[modifier | modifier le code]

Élu au Conseil général de la Marne à l'âge de 37 ans, il y a présidé pendant sept années la Commission des Finances avant de siéger en qualité de vice-président de l'Assemblée départementale jusqu'à sa démission en , date de son entrée au Sénat.

Sénateur de la Marne[modifier | modifier le code]

Depuis , il est membre de la Commission des Lois au Sénat et membre de la Haute Cour de Justice. Il siège également au sein du Conseil d'orientation pour la prévention des risques naturels majeurs[réf. nécessaire].

Il est également membre de la Commission d'accès aux documents administratifs (CADA) et du Conseil d'orientation de la simplification administrative (COSA). Depuis 2006, il siège au sein de la Commission consultative relative à l’élimination des déchets d’équipements électriques et électroniques, appelée communément « D3E »[réf. nécessaire].

Il soutient Alain Juppé pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[réf. nécessaire].

Lors des élections sénatoriales de 2017, Yves Détraigne est réélu pour un nouveau mandat. La liste d'union de la droite et du centre sur laquelle figure le sénateur remporte en effet les trois sièges que compte le département de la Marne, en rassemblant 54,18 % des suffrages[7],[8].

Si selon le quotidien Le Monde, il a fait partie des quinze parlementaires qui ont été l’objet, fin 2018, d’un signalement judiciaire de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique pour avoir, selon ses investigations, mésusé de leur indemnité représentative de frais de mandat[9], le Parquet National Financier a classé sans suite ce dossier après enquête.

Depuis octobre 2020, il siège au sein de la Commission des Affaires Étrangères, de la Défense et des Forces Armées du Sénat.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Union - article du 8 mai 2008 « Nous nous mettons en retrait du Modem, nous ne le quittons pas. Il ne s’agit pas pour nous de rejoindre l’UMP ou le Nouveau centre »
  2. http://www.alliance-centriste-champagne-ardenne.fr/2009/10/21/compte-rendu-de-la-reunion-du-12-octobre-2009/
  3. « Caurel / Nouvelle communauté de communes Les premiers vœux de la CCBB », sur lunion.fr, L'Union, (consulté le ).
  4. Aurélie Jacquand, « Yves Détraigne quitte la mairie de Witry-les-Reims : "Il y a quand même un peu d'émotion" », sur francebleu.fr, France Bleu Champagne-Ardenne, (consulté le ).
  5. a et b Céline Lang, « Witry-lès-Reims : Yves Détraigne (UDI) laisse sa place de maire pour rester sénateur », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France 3 Grand Est, (consulté le ).
  6. « Interview: Yves Détraigne fait maire honoraire de Witry-lès-Reims : Il avait renoncé à son mandat après 28 ans en raison du non-cumul des mandats », sur lunion.fr, L'Union, (consulté le ).
  7. « Élections sénatoriales dans la Marne: le trio Savary, Férat, Detraigne réélu », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Sénatoriales 2017 : dans la Marne, réélection des trois sénateurs sortants », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Anne Michel, « Quinze parlementaires soupçonnés de détournement de fonds publics », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )