Vendenesse-lès-Charolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vendenesse-lès-Charolles
Vendenesse-lès-Charolles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Canton Charolles
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Charolais
Maire
Mandat
Pierre Ducerf
2014-2020
Code postal 71120
Code commune 71564
Démographie
Population
municipale
744 hab. (2015 en diminution de 6,65 % par rapport à 2010)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 34″ nord, 4° 20′ 18″ est
Altitude Min. 280 m
Max. 400 m
Superficie 27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vendenesse-lès-Charolles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vendenesse-lès-Charolles

Vendenesse-lès-Charolles est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vendenesse-lès-Charolles fait partie du Charolais et du Pays Charolais-Brionnais.

La commune est parcourue par une rivière, la Semence.

Transport[modifier | modifier le code]

Vendenesse-lès-charolles se situe à 18 min de Paray-le-Monial et 40 min de Mâcon (autoroutes A6, A40 ; gare TGV Mâcon-Loché), via la RCEA.

Deux arrêts de bus se trouvent sur le territoire de la commune : le Bourg et la Fourche pour la ligne 9 du Buscéphale Digoin-Paray-Charolles-Mâcon. Les transports scolaires, assumés par le conseil départemental de Saône-et-Loire, sont gratuits.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Viry Saint Bonnet de Joux Rose des vents
Charolles N Beaubery
O    Vendenesse-lès-Charolles    E
S
Vaudebarrier Ozolles

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Vendenesse parait être d'origine celtique et avoir été formé du préfixe Vindos (blanc) ; celui de Sermaize (un lieu-dit de la commune) serait dû à la présence d'une colonie agricole de Sarmates implantée en ces lieux pendant l'occupation romaine. De nombreux vestiges ont pu être ainsi découverts. À Saint-Brancher (lieu-dit de la commune) se tenaient d'importantes foires le jour de la Saint-Pancrace. Les marchands étrangers étaient hébergés aux frais du comte de Charolais. Cette foire fut transférée en 1762 à Charolles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Pierre Ducerf    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2].

En 2015, la commune comptait 744 habitants[Note 1], en diminution de 6,65 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6261 8061 7191 7261 8111 6021 6361 6301 645
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6501 5481 5131 5461 5201 4751 5351 5021 473
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4271 3391 2971 1301 0961 0801 037980919
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
904849801797750699769779788
2013 2015 - - - - - - -
758744-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Commerces et lieux de vies[modifier | modifier le code]

Le commerce reste dynamique, malgré la population peu élevée et la proximité de Charolles, avec boulangerie-épicerie, boucherie, restaurant-bar, ainsi que des artisans.

Une zone d'activité a été implantée en Molaize, le long de la RCEA.

Éducation[modifier | modifier le code]

Une école maternelle primaire.

Sport[modifier | modifier le code]

Vendenesse boxe, club de foot, de gym, etc.

Un agorespace, un stade de foot, terrain de tennis...


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les trois fours à chaux de Vendenesse, d'une hauteur de 20 mètres, ont été construits dans les années 1880 par la Compagnie des Fours à Chaux des Dombes. L'emplacement des fours a été choisi en fonction de la présence de calcaire de bonne qualité à cet endroit et de la possibilité de s'approvisionner facilement en charbon (combustible), en provenance des mines de Montceau-les-Mines et Blanzy. Les ouvriers extrayaient la pierre calcaire dans la carrière voisine et la transformaient par cuisson dans les fours. Après deux mois de cuisson à 1 000 degrés, on récupérait à la basse la pierre calcaire cuite appelée chaux vive. Arrosée ensuite à la bluterie, elle était transformée en chaux éteinte (poudre blanche). La production s'est arrêtée en 1961, suite à la disparition de la voie ferrée et faute de rentabilité. Après avoir été inscrits à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques (arrêté du 13 août 1993), les fours ont été classés au titre des MH, par décision du 16 juin 1998, préalable à une restauration qui a été conduite de 1999 à 2002[5]. Ils sont aujourd'hui reconnus comme les derniers fours à chaux de France surmontés de cheminées en brique[réf. nécessaire]. Ils se visitent de mai à octobre (visites libres ou guidées notamment pour les scolaires) et sont ouverts le dimanche de la Journée du Patrimoine en septembre[réf. souhaitée].
  • Château de Collanges : le château semble remonter au Xe siècle. Il a subi au cours des siècles de nombreuses transformations. Il n'est pas ouvert à la visite[6].
  • Église paroissiale Saint-Denis.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Bocage charolais avec ses haies, ses forêts, étangs.
  • Faune : chevreuils, sangliers, lièvres, renards etc. À noter la présence de castors dans la rivière qui est la Semence, se jetant dans l'Arconce à Charolles.
  • Le siège de la branche locale de l'association de sauvegarde des races d'arbres locaux Les Croqueurs de pommes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. « Les fours à chaux de Vendenesse-lès-Charolles », article de Michel Fondot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » no 126 de juin 2001 (pages 15 et 16).
  6. Demeure dont le propriétaire, en 1978, était la comtesse de Lur-Saluces. Source : Châteaux et manoirs de Saône-et-Loire : quelques châteaux de Saône-et-Loire qui n'ont pas été retenus pour l'ouvrage consacré aux châteaux de France, article du colonel de La Comble paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » no 37 (avril 1978), p. 9.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :