L'Hôpital-le-Mercier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Hôpital et Le Mercier.
L'Hôpital-le-Mercier
Église Saint-Sylvestre.
Église Saint-Sylvestre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Charolles
Canton Canton de Paray-le-Monial
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Charolais
Maire
Mandat
Georges Bordat
2014-2020
Code postal 71600
Code commune 71233
Démographie
Population
municipale
299 hab. (2014)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 34″ nord, 4° 00′ 56″ est
Altitude Min. 229 m
Max. 256 m
Superficie 16,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Hôpital-le-Mercier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Hôpital-le-Mercier

L'Hôpital-le-Mercier est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Hôpital-le-Mercier est un petit village d'environ 300 habitants dans le Charolais. Situé sur les bords de la Loire, cette commune se trouve à quelques kilomètres seulement des départements de l'Allier et de la Loire. Plutôt calme, le village s'articule autour d'un bourg et de plusieurs lieux-dits tel que les Bordes, Le Quart ou encore les Crots-Barbes. Les alentours sont principalement composés de prés dans lesquels les éleveurs font paître leurs bêtes, des vaches de race charolaise pour la majorité. L'Hôpital-le-Mercier se trouve à proximité d'autres villages tels que Saint-Yan, Montceaux-l'Étoile ou Varenne-Saint-Germain.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chassenard
(Allier)
Saint-Yan Rose des vents
N Saint-Yan
O    L'Hôpital-le-Mercier    E
S
Luneau
(Allier)
Vindecy Montceaux-l'Étoile

Histoire[modifier | modifier le code]

Les habitants se nomment les Hospitois. La tradition prétend qu’à l’origine, il y avait dans ce village un hôpital pour les lépreux, desservi par des religieuses qui portaient le nom de sœurs bonnes. Il était situé au lieu-dit appelé encore aujourd’hui les Sorbonnes et qu’on nommait à la fin du XVIIIe siècle : Esserbonnes ou Es-serbonnes. Au moment où Courtepée (un abbé sous-professeur du collège de Dijon) visitait la paroisse en 1776, il ne restait déjà plus aucune trace de cet hôpital. Ce n’était plus qu’un souvenir conservé par le nom du lieu, mais qui pourrait remonter à plusieurs siècles, c’est-à-dire à l’époque où la paroisse a commencé d’exister, et d’où elle a pu tirer son nom.

Quant aux mots Le Mercier, ajoutés à L’Hôpital, d’aucuns prétendent qu’ils viendraient du mot latin merces, edis qui veut dire : gage, récompense, pour indiquer que cet hôpital aurait cela de particulier que les malades y étaient admis à titre de récompense et gratuitement. On trouve parfois dans de vieux actes, au lieu de L'Hôpital-le-Mercier, L'Hôpital de Murcy ou de Murcye.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1978 en cours Georges Bordat   Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 299 habitants, en diminution de -5,08 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
302 334 364 380 372 420 393 405 411
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
435 423 407 386 375 413 393 392 397
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
367 376 359 332 342 341 325 318 292
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
258 267 294 290 306 300 299 315 299
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces et bureau de poste les plus proches à Saint-Yan. Station service entre Saint-Yan et L'Hôpital-le-Mercier. Un bar restaurant vient d'ouvrir ses portes dans le bourg.

École[modifier | modifier le code]

École (avec garderie et cantine) pour les enfants de 5 à 11 ans (maternelle à Saint-Yan)..

Avant 1880 il existait à l'Hôpital-le-Mercier une école privée de filles[5] tenues par des religieuses de la "Congrégation de l'Enfant Jésus" de Claveisolles (Rhône). En 1894 un nouveau bâtiment a été construit. L'école prend le nom de "Ecole Sainte-Elisabeth". L'école peut accueillir des internes (14 en 1932). L'école ferme ses portes en 1959. En 1994 la commune achète les bâtiments qui abritent alors mairie et salles communales.

Sports[modifier | modifier le code]

Cours d'équitation poney et cheval.

Associations[modifier | modifier le code]

Associations (Retraités, Donneurs de Sang, Ball'trap). Foot, activités paroissiales, école de musique et harmonie à Saint-Yan.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Sylvestre.
  • Chapelle ancienne dans le cimetière ; église du XIXe dans le Bourg.
  • Salle des Fêtes pouvant tenir au moins 100 personnes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Berger André "Essai historique sur l'Hôpital Le Mercier" ronéoté 2005 44 p disponible à la bibliothèque municipale de Paray-le-Monial.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :