Saint-Agnan (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Agnan
Saint-Agnan (Saône-et-Loire)
L'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Intercommunalité Communauté de communes Le Grand Charolais
Maire
Mandat
Marie-France Mauny
2014-2020
Code postal 71160
Code commune 71382
Démographie
Gentilé Saint-Agnanais
Population
municipale
705 hab. (2017 en diminution de 2,76 % par rapport à 2012)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 20″ nord, 3° 52′ 51″ est
Altitude Min. 216 m
Max. 332 m
Superficie 25,72 km2
Élections
Départementales Canton de Digoin
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saint-Agnan
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Agnan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Agnan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Agnan

Saint-Agnan est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Agnan est située dans le canton de Digoin, sur la rive droite de la Loire, entre Digoin et Bourbon-Lancy. Le ruisseau le Blandenan se jette dans la Loire à 2 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Perrigny-sur-Loire Les Guerreaux Rose des vents
N La Motte-Saint-Jean
O    Saint-Agnan    E
S
Coulanges (Allier) Molinet
(Allier)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À Issanghi, hameau de la commune, il exista un prieuré de l'ordre de Grammont, fondé par les sires de Bourbon[1].

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Blandenant[2].

La commune Les Guerreaux a été créée en 1868 en partie à partir de terres qui appartenaient à la commune de Saint-Agnan. Le lieu-dit Le Boulet (anciennement Boulay) qui fut une commanderie de l'ordre du Temple[3] puis de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[4] en faisait partie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Maurice Lavocat    
mars 2008 mars 2014 Paul Aubague    
mars 2014 en cours Marie-France Mauny    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2017, la commune comptait 705 habitants[Note 1], en diminution de 2,76 % par rapport à 2012 (Saône-et-Loire : -0,26 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2901 3001 3121 5571 6171 7261 7601 7491 770
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6911 8001 9201 4131 3641 3471 3721 3151 286
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2611 2201 130940904896869756779
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
729690626613660605626712716
2017 - - - - - - - -
705--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale de Saint-Agnan, vraisemblablement construite au XIIe siècle. À partir de 1894, elle fut agrandie. Elle se compose de nos jours d'une nef unique comportant de trois travées[9].
  • Le prieuré grandmontain d'Issangy[10], en grande partie détruit et dont ce qu'il reste, devenu une ferme, ne constitue qu'une part infime de l'enclos primitif[11]. La chapelle, dont la voûte a disparu, a été couverte d'une charpente et transformée en grange. Vestiges d'un autre bâtiment.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mayeul Brezun, né à Paris mais issu de cette commune a été élu joueur le plus claqué de France a Fifa 20.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. M. Monnier, Description des communes de Saône-et-Loire, réédité par les Editions du Bastion en 1998, , 478 p., p. 14
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Agnan », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 10 août 2012)
  3. Alain Demurger, Le peuple templier, CNRS, , 604 p. (ISBN 978-2-2711-2976-5, présentation en ligne)
  4. Pierre-Frédéric Philippon, « Implantations et réseaux hospitaliers en Bourbonnais (XIIIe-XVe siècle) », dans Damien Carraz (dir.) et al., Les établissements hospitaliers dans le massif central et ses périphéries au Moyen Âge : des territoires aux réseaux, Presses universitaires Blaise Pascal, (ISBN 978-2-8451-6668-4, lire en ligne), p. 36-37,39,44
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. Mme Oursel, « Inventaire du patrimoine, Edifices et objets remarquables recensés au titre de l'inventaire départemental des années 1960 aux années 1980. Saint-Aignan. eglise paroissiale », sur archives.71.fr,
  10. André Cullus Sur les pas des Grandmontains... Le prieuré de Viaye à Saint-Vincent-en-Velay, Beaujeu-Gramond à Blacé-en -Beaujolais, Blandone-Issangy à Saint-Agnan-en-Charolais, Le Gueurce-Barbarandière à Colombier-en-Brionnais, éditions du G.E.R.E.G., 2011.
  11. Paul Aubague (président de l'association La Chapelle de Saint-Denis), « Les vestiges du prieuré grandmontain d'Issangy à Saint-Agnan », revue Images de Saône-et-Loire, n° 197, mars 2019, pages 17 à 21.