Saint-Vincent-Bragny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent.

Saint-Vincent-Bragny
Saint-Vincent-Bragny
L'église Saint-Vincent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Canton Charolles
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Charolais
Maire
Mandat
Jacky Comte
2014-2020
Code postal 71430
Code commune 71490
Démographie
Population
municipale
1 005 hab. (2016 en augmentation de 0,4 % par rapport à 2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 32′ 06″ nord, 4° 07′ 33″ est
Altitude Min. 241 m
Max. 332 m
Superficie 41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Vincent-Bragny

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Vincent-Bragny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-Bragny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-Bragny
Liens
Site web saint-vincent-bragny.fr

Saint-Vincent-Bragny est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune est implantée une forêt domaniale : la forêt de Carterand (contenance : 160,86 ha), peuplée majoritairement de feuillus[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Clessy Chassy Oudry Rose des vents
Rigny-sur-Arroux N Palinges
Saint-Aubin-en-Charollais
O    Saint-Vincent-Bragny    E
S
Digoin Saint-Léger-lès-Paray Volesvres

Toponymie[modifier | modifier le code]

Suppression de la commune de Bragny-en-Charollais, arrêté de 1971. Réunie à Saint-Vincent-lès-Bragny qui devient Saint-Vincent-Bragny.

Histoire[modifier | modifier le code]

Territoire des deux anciennes communes.

En 1161, l'évêque de Nevers, Bernard de Saint-Saulge, reconnait par des lettres envoyées à l'abbé Bernard II que l'église de Saint-Martin de Bragny appartient à l'abbaye de Saint-Martin d'Autun[2]. En avril 1164, le pape Alexandre III, réfugié en France, reconnaît par une que l'abbaye de Saint-Martin d'Autun possède bien le patronage de la cure de : " Ecclesiam Braigniaco ". En 1232, un accord intervient entre Jean, comte de Châlon et l'abbaye de Saint-Martin d'Autun, sur la juridiction de Bragny et de Chenôves[3].

En 1373, le père abbé, Alexandre de l'abbaye de Saint-Martin d'Autun, donne aux religieux du Prieuré de Bragny, leur vie durant des terres à Girolles et à Sermizelles. Prieuré dont les bénéfices reviennent à Saint-Martin d'Autun[4].

En 1972, les communes de Bragny-en-Charollais et de Saint-Vincent-lès-Bragny pour former la commune actuelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 Paul Pluchaud    
mars 2008 en cours Jacky Comte    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 1 005 habitants[Note 1], en augmentation de 0,4 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
610631720802850869803793838
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
872902961902962928925841817
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
813776696565569541537491508
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5064717977968588539199281 021
2016 - - - - - - - -
1 005--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le Football avec le club de l'AS Saint-Vincent-Bragny[9].

Association[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Vincent de Bragny à l'intérieur une " Vierge au chapelet de Mme Dupin, copie de Murillo de 1873[10].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue du prieuré.
  • Château de la Chassagne, inscrit aux Monuments historiques. Arrêté du , (Cad. BX, 7 à 28)
  • Prieuré de Bragny, inscrit aux monuments historiques. Arrêté du , (Cad AY49) dit " Prieuré Saint-Martin de Bragny ", dont les revenus appartiennent à l'abbaye de Saint-Martin d'Autun. Vers 1500, le prieur de Bragny, adresse une lettre à l'abbé de Saint-Martin d'Autun : Tristan de Salazar, lui faisant savoir qu'il dépose une requête au roi pour obtenir justice en nos mex et maison de la Boutière et qu'on y dresse un signe patibulaire à un pilier[11].
  • Anciennes carrières qui, pendant des siècles et jusqu'à l'apparition du ciment armé, fournirent, avec celles de Clessy, les encadrements de portes et de fenêtres, les marches d'escalier et les manteaux de cheminées de quantités de demeures de Digoin, Gueugnon et Paray-le-Monial[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : « Les forêts domaniales », article rédigé en collaboration avec la direction départementale de l'Office national des forêts et paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 31 (novembre 1976), pp. 7-10.
  2. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun: Charte N° XVII. Texte en ligne.
  3. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte n°XLVII. Texte en ligne
  4. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte N° CXXXI.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. AS Saint-Vincent-Bragny
  10. Ministère de la Culture base Arcade notice, AR 325274.
  11. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, Charte N°XIII, supplément vers 1500.
  12. Source : L'habitat rural ancien dans la région de Digoin, article de Paul Chaussard paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 39 (automne 1978), pp. 5-8.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]