Seaborgium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seaborgium
DubniumSeaborgiumBohrium
W
   
 
106
Sg
 
               
               
                                   
                                   
                                                               
                                                               
   
                                           
Sg
Tableau completTableau étendu
Informations générales
Nom, symbole, numéro Seaborgium, Sg, 106
Famille d'éléments Métal de transition
Groupe, période, bloc 6, 7, d
Masse volumique 35 g·cm-3 (prédiction)[2]
No CAS 54038-81-2[3]
Propriétés atomiques
Masse atomique [269]
Configuration électronique [Rn] 7s2 5f14 6d4 (simulation[2])
Électrons par niveau d’énergie 2, 8, 18, 32, 32, 12, 2
Système cristallin Cubique centré[1]
Propriétés physiques
État ordinaire Présumé solide[1]
Isotopes les plus stables
Iso AN Période MD Ed PD
MeV
265Sg {syn.} 9,8 s α 8,90
8,84
8,76
261Rf
265mSg {syn.} 16,2 s α 8,70 261mRf
267Sg {syn.} 1,4 min 83 % FS
17 % α

8,20

263Rf
269Sg {syn.} 3,1+3,7−1,1 min α 8,50(6) 265Rf
271Sg {syn.} 1,9 min 33 % FS
67 % α

8,54

267Rf
Précautions
Élément radioactif
Radioélément à activité notable
Directive 67/548/EEC

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le seaborgium (symbole Sg) est l'élément chimique de numéro atomique 106. Il a été synthétisé pour la première fois en 1974 indépendamment et presque simultanément par une équipe aux États-Unis et une autre en URSS, alors en pleine guerre froide, et qui s'opposèrent quant au nom à donner à ce nouvel élément ; la controverse ne fut résolue qu'en 1997 dans le cadre d'un compromis global concernant la dénomination des éléments 104 à 108, et l'élément 106 reçut alors son nom définitif en référence à Glenn Seaborg, l'un des rares scientifiques à être ainsi honoré de son vivant.

Il s'agit d'un transactinide très radioactif, dont l'isotope connu le plus stable, le 269Sg, a une période radioactive d'environ 3,1 min. Situé sous le tungstène dans le tableau périodique des éléments, il appartient au bloc d et présente les propriétés chimiques d'un métal de transition.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'élément 106 a été découvert presque simultanément par deux laboratoires différents. En juin 1974, une équipe de chercheurs soviétiques conduite par Gueorgui Fliorov à l'Institut unifié de recherches nucléaires (JINR) de Doubna rapporta avoir produit un isotope d'une masse atomique de 259 et d'une demi-vie de 7 ms ; il s'avéra en fait qu'il s'agissait de seaborgium 260[4] :

54
24
Cr
+ 208
82
Pb
262
106
Sg*
260
106
Sg
+ 2 1
0
n
.
54
24
Cr
+ 208
82
Pb
262
106
Sg*
261
106
Sg
+ 1
0
n
.

En septembre 1974, une équipe américaine dirigée par Albert Ghiorso au Lawrence Berkeley National Laboratory (LBNL) rapporta avoir réalisé la fusion 249Cf(18O,n)263mSg, identifié par une septantaine de désintégrations α avec une période de 0,9±0,2 s et une section efficace de 0,3 nb en accord avec les prévisions.

18
8
O
+ 249
98
Cf
267
106
Sg*
263m
106
Sg
+ 4 1
0
n
259
104
Rf
+ α255
102
No
+ α.

Étant donné que le travail des Américains fut confirmé indépendamment en premier lieu, ceux-ci suggérèrent comme nom seaborgium en l'honneur du chimiste américain Glenn T. Seaborg. Ce nom suscita une grande controverse car Seaborg était encore vivant. Un comité international décida en 1992 que les laboratoires de Berkeley et de Doubna devaient partager le crédit de la découverte de l'élément 106.

Entretemps, l'UICPA adopta le nom unnilhexium (symbole Unh) comme nom systématique provisoire. En 1994, un comité de l'UICPA recommanda que le nom rutherfordium fût adopté pour l'élément 104 et adopta une règle pour que plus aucun élément ne soit nommé en l'honneur d'une personne vivante. La société chimique américaine (American Chemical Society) s'opposa vivement à cette règle. En 1997, dans le cadre d'un compromis portant sur l'attribution des noms pour les éléments 104 à 108, le nom seaborgium fut reconnu internationalement pour l'élément 106.

Isotopes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Isotopes du seaborgium.

12 radioisotopes sont connus, de 258Sg à 271Sg, ainsi que deux isomères (261mSg et 263mSg). L'isotope à la plus grande durée de vie est 269Sg avec une demi-vie de 3,1 minutes[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Andreas Östlin et Levente Vitos, « First-principles calculation of the structural stability of 6d transition metals », Physical Review B, vol. 84, no 11,‎ , article no 113104 (DOI 10.1103/PhysRevB.84.113104, Bibcode 2011PhRvB..84k3104O, lire en ligne)
  2. a et b (en) Darleane C. Hoffman, Diana M. Lee et Valeria Pershina, « Transactinide Elements and Future Elements », The Chemistry of the Actinide and Transactinide Elements,‎ , p. 1652-1752 (ISBN 978-94-007-0210-3, DOI 10.1007/978-94-007-0211-0_14, Bibcode 2011tcot.book.1652H, lire en ligne)
  3. Base de données Chemical Abstracts interrogée via SciFinder Web le 15 décembre 2009 (résultats de la recherche)
  4. (en) Robert C. Barber, N. N. Greenwood, A. Z. Hrynkiewicz, Y. P. Jeannin, M. Lefort, M. Sakai, I. Ulehla, A. H. Wapstra et D. H. Wilkinson, « Discovery of the transfermium elements. Part II: Introduction to discovery profiles. Part III: Discovery profiles of the transfermium elements (Note: For Part I see Pure Appl. Chem., Vol. 63, No. 6, pp. 879-886, 1991) », Pure and Applied Chemistry, vol. 65, no 8,‎ , p. 1757-1814 (DOI 10.1351/pac199365081757, lire en ligne)
  5. (en) V.K. Utyonkov, « Synthesis of superheavy nuclei at limits of stability: 239,240Pu + 48Ca and 249-251Cf + 48Ca reactions », Super Heavy Nuclei International Symposium, Texas A & M University, College Station TX, USA, march 31 – april 2, 2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


  1 2                               3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
1  H     He
2  Li Be   B C N O F Ne
3  Na Mg   Al Si P S Cl Ar
4  K Ca   Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5  Rb Sr   Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6  Cs Ba   La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7  Fr Ra   Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Nh Fl Mc Lv Ts Og
8  119 120 *    
  * 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142  


Métaux
  Alcalins  
  Alcalino-  
terreux
  Lanthanides     Métaux de  
transition
Métaux
  pauvres  
  Métal-  
loïdes
Non-
  métaux  
Halo-
  gènes  
Gaz
  nobles  
Éléments
  non classés  
Actinides
    Superactinides